Essai Jaguar XE P250 R-Dynamic S (21.01.2020)

Lancée en 2015, la nouvelle entrée en gamme de Jaguar, désignée XE, était porteuse de grandes ambitions pour la marque : il faudrait réussir là où, en son temps, la X-Type avait échoué. Et par rapport à celle qui n’était finalement qu’une Mondeo à carrosserie différente (Jaguar était alors propriété de Ford), la XE a plutôt convaincu. En la remettant à jour après 4 années de carrière, la marque au félin corrige les points qui pouvaient l’être. Une opération judicieuse et convaincante à même de l’aider à poursuivre favorablement sa carrière. (Marc Lacroix)

DEHORS

Avec les évolutions apportées au millésime 2020, le style s’affirme et se fait sensiblement plus virile (voir présentation MY20 ci-dessous). Notre exemplaire bénéficiait de la finition R-Dynamic, une option à 2.600€ aux élans sportifs plus affirmés, façon SVR (label des ultra-sportives de JLR).

 

DEDANS

Les remarques majeures émises envers la Jaguar XE concernaient principalement son niveau de finition décevant et Jaguar a bien rectifié le tir. La qualité a beaucoup progressé, avec des matériaux nettement améliorés.

 

En style et au niveau fonctionnel, les évolutions s’inspirent des autres Jaguar, avec par exemple un levier traditionnel (comme F-Type) en lieu et place de la molette circulaire pour commander la boîte automatique « ZF » 8 rapports, ou le volant multifonction de l’I-PACE.

 

A 410 litres, la contenance du coffre reste en deçà de la concurrence.

 

EQUIPEMENT/TECHNIQUE

Pour notre finition R-Dynamic S, le tableau de bord à instrumentation digitale avec double écran central tactile était une option à 600€. Idem pour le Touch Pro Duo (deux écrans couleur multi-tactile dans la console centrale) : 343€.

 

Aides au stationnement avant et arrière, caméra de recul, aide au maintien de trajectoire, connexions Android Auto et Apple Car Play font partie de l’équipement de série. En revanche, dommage que le GPS Connected Navigation Pro soit optionnel pour notre finition, 311 € étant à ajouter au 778 € de ce dernier puisqu’uniquement disponible en combinaison avec le système de reconnaissance des panneaux de signalisation avec limiteur de vitesse adaptive (TSR). Pire, la banquette fractionnable 40/20/40 sera facturée 446€ si vous souhaitez en disposer (ceci quelle que soit la finition !). Autre option (641€) montée sur notre exemplaire, le rétroviseur ClearSight (sélection mode miroir ou image vidéo).

 

Sous le capot, le 4 cylindres « Ingenium » JLR à essence fournit 250 ch, d’où l’appellation P250 (« P » pour Petrol, les diesels étant désignés par un « D »), puissance renvoyée aux seules roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte 8 automatique signée « ZF », seule possibilité proposée pour la transmission ; le dispositif se complète de palettes au volant.

 

A BORD

Sièges électriques et volant ajustable autorisent une position de conduite adaptée à chacun. On appréciera du reste l’excellent confort des assises. Si l’habitabilité arrière n’est pas le point fort de la XE, l’ambiance à bord est veloutée et agréables. Le nouveau système multimédia Touch Pro Duo s’avère clair et relativement intuitif.

 

SUR LA ROUTE

Déjà réputée pour son comportement dynamique, la Jaguar XE confirme précision et douceur. Le compromis retenu pour le calibrage de la suspension nous a paru excellent, ni trop ferme, ni trop souple, mais confortable et efficace. La boîte de vitesses est quant à elle parfaitement adaptée et, dans la grande majorité des cas, réagit comme on le souhaite. Agréable à l’usage, la direction eut été un rien plus consistante que cela ne nous aurait pas dérangé.

 

Commande de chauffage (réglage de la température, de la ventilation et des sièges chauffants par un seul bouton rotatif/poussoir) et système ClearSight vous nécessiteront peut-être un petit temps d’adaptation. Ce dernier consiste en une image vidéo projetée qui s’avère plus panoramique que le miroir traditionnel et de ce fait propice à la réduction des angles morts. Discrètement et idéalement située sur l’arrière du toit (intégrée au petit « aileron de requin » – l’antenne -), la petite caméra est insensible aux conditions météo. Le cas échéant, vous pouvez sélectionner le miroir plutôt que ce système de caméra, via un simple interrupteur situé à la base du rétro.

 

Les 250 ch du 2 litres essence n’ont d’autant rien d’impressionnants que la bande son n’est absolument pas « sexy »… Au début, nous doutions même de la présence d’un bloc « sans plomb » sous le capot de notre exemplaire… En revanche, l’isolation phonique semble encore un peu plus efficace. Proposé selon les modes de conduite Normal, Eco et Pluie/Verglas/Neige, le JaguarDrive Control peaufinées divers réglages (suspension, rapports de boîte, régime moteur…).

 

BILAN

Jouissant de longue date d’une véritable image de marque « Premium », Jaguar a tenu à « populariser » sa famille avec cette XE. Avec ce lifting et les évolutions qui vont avec (système d’infodivertissement, optimisation de la qualité…), elle reste plus que jamais une alternative intéressante/séduisante aux concurrentes allemandes.

Liste prix Jaguar XE (au 21.01.2020)


Jaguar XE 2019 : Ce qui change (15.04.2019)

En ce début 2019, la Jaguar XE a bénéficié d’un lifting de mi-carrière. Voici ce qu’il faut en savoir de la nouvelle (rouge à droite) à comparer de la version sortante (grise à gauche). (Marc Lacroix)

 

Nouveau bouclier avant ; optiques légèrement redessinées ; adoption éclairage 100 % diodes.

 

Nouveau bouclier arrière signature lumineuse modifiée ; double sortie d’échappement séparée.

 

Les variantes R-Dynamic (la rouge) affiche un style qui leur est propre par rapport aux version « standards » (la grise).

 

Les compteurs circulaires sont remplacés par une dalle numérique ; à noter aussi qu’un levier classique remplace la molette de commande boîte automatique ; la boîte manuelle disparait elle aussi.

 

Apparition d’un 2e écran tactile pour climatisation, chauffage des sièges… (comme sur le I-Pace) ; le rétroviseur intérieur peut s’utiliser en écran sur simple pression d’un bouton.

 

Suppression logique étant donné l’évolution du marché, le diesel 163 ch est supprimé, d’où augmentation du prix d’accès à 42.890€ (D180 RWD) ; D240 disparaît lui aussi.

 

Prix ICI.


Jaguar XE : Story (14.04.2019)

Lancée en 2015, la nouvelle « petite » Jaguar avait une sacrée mission : faire oublier la X-Type (2001-2009) imaginée par Ford, propriétaire de l’époque de la marque au félin, en vue d’augmenter ses ventes en Europe, soit-il même au détriment de son prestige. (Marc Lacroix)

2001 : Lancement X-Type ;

2003 : la X-Type devient la 1ere Jaguar à moteur diesel (2.0-130 ch et 2.2-155 ch) ;

03/2004 : Présentation X-Type Estate ;

 

03/ 2014 : Annonce de l’arrivée imminente d’une XE (Salon de Genève) ;

09/2014 : Présentation officielle (Mondial de Paris) ;

01/2015 : Sacré « Plus belle voiture de l’année 2014 » ;

06/ 2017 : Présentation XE SV Project 8 (série de 300 exemplaires à 170.000€/ pièce ; construites à la main par dpt SVO ; 5 litres V8 et boost pour 600 ch et 700 Nm ; 0-100 km/ h en 3″3) ;

02/2019 : présentation version faceliftée ;


Jagaur XE : une P300 de… 300 ch (08.07.2019)

Jaguar annonce que son trio XE, XF et F-Pace est maintenant disponible avec un nouveau moteur essence « Ingenium » badgé P300… pour 300 ch. (Marc Lacroix)

Moteur : Le nouveau moteur turbo 4 cylindres 2.0-300 ch produit un couple de 400 Nm ; émissions CO² annoncées pour seulement 153 g/km (F-Pace), 157 (XE) et 163 (XF) ; Dernière introduction d’une série d’améliorations apportées aux modèles XE, XF et F-PACE : « Ingenium » 2.0-200 ch (XE et XF uniquement) et 250 ch, diesel biturbo 2.0-240 ch.

Transmission : Boîte de vitesses automatique ZF à 8 rapports ; propulsion ou traction intégrale.

Performances : 0-100 km/h en 6″6 (F-Pace) ; 5″8 (XF business 4×4) ; 5″5 (XE 4×4).

Equipement : Les nouvelles mises à jour année-modèle 2018 comprennent aussi : ouverture gestuelle du coffre (XF et XE) et technologie Configurable Dynamics (permet de personnaliser les réglages de la boîte de vitesses automatique, de l’accélération et de la direction en fonction de leurs préférences)

Disponibles à la commande dès maintenant.

 


Jaguar XE SV Project 8 (05.07.2017)

Faisant suite au succès de la F-TYPE Project 7 de 2014, Jaguar propose une deuxième édition Collector de son département SVO (Special Vehicle Operations). Avec cette nouvelle XE SV Project 8, Jaguar propose la berline routière la plus puissante jamais construite tout au long de son histoire. Pédigrée. (Marc Lacroix)

Concept : base XE ; style plus agressif ; 1ère voiture entièrement montée à la main par les techniciens du département SVO.

Imposant aileron arrière ; légers panneaux extérieurs en alu et fibre de carbone.

Versions : à travers le monde en version à 4 sièges ; version Pack Track biplace allégée de 12,2 kg disponible en dehors de l’Amérique du Nord et du Canada (option).

Moteur : V8 suralimenté 5.0-600 ch (première Jaguar adaptée à un usage routier équipée de ce moteur) ; 0-100 km/h en 3″7 ; 320 km/h.

Technique : 1ère application du nouveau système de freins carbone-céramique et des roulements de roue en céramique à base de nitrure de silicium, style F1 ; inédits sur une voiture de route ; Paramètres à réglage manuel pensés pour le circuit : hauteur de conduite, aérodynamique et Intelligent Driveline Dynamics.

Prix : à partir de 183.000€ (177.000€ au GDL) ; 300 exemplaires disponibles à travers le monde exclusivement en conduite à gauche.

La Project 8 avec Track Pack fait actuellement son entrée mondiale au Festival of Speed de Goodwood.