Le championnat communautaire des rallyes débutait aux Boucles Clavieroises

Cédric Busin s’est offert sa première victoire au général (V. Mathieu)

Nouveau rallye arrivé au sein du calendrier de la Fédération Wallonie-Bruxelles de la discipline, les Boucles Claviéroises ont eu l’honneur d’ouvrir la saison 2017 des épreuves communautaires. Avec une petite nonantaine de concurrents au départ, la course mettait à l’honneur Cédric Busin et Laurent Cravillon qui y remportaient leur première victoire au général du côté des modernes. Reprenant ses bonnes habitudes en Prov’Historic, Jean-Luc Fuger s’imposait en S/R quand Philippe Hellings l’imitait en Classic.

Ayant bien évolué au sein du calendrier liégeois, l’épreuve chère à l’écurie « Les Volants » grimpait encore d’un niveau en rejoignant le championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Avec les quatre spéciales d’Odet, des Avins, de Vervoz Show et d’Ocquier, l’épreuve constituait un excellent premier terrain de jeu où les pluies des derniers jours rendaient la première des trois boucles plutôt délicate. Dans ces conditions, les Mitsubishi Lancer étaient encore davantage à leur aise et c’est celle de Jérémie Tomballe qui signait le premier meilleur temps avant de passer la main à l’autre de Cédric Busin qui allait mener un joli duel avec Xavier Bouche avant que ce dernier ne creuse légèrement l’écart. Malheureusement, des ratés moteurs et une pénalité repoussaient le pilote de l’Evo 10 sur la dernière marche du podium, derrière Busin et Jean-Frédéric Colignon, jamais très loin des deux autres et également auteur de deux meilleurs temps. Tomballe l’imitait également avant de devoir en rester là (joint de culasse). Dans le groupe des Mitsubishi, on retrouvait encore celle de Jean-Pierre Destrument derrière le trio de tête emmené par un Cédric Busin très heureux de remporter sa première victoire au général, quasi à domicile. Derrière les quatre roues motrices, c’est Alain Willems (VW Polo) qui s’en sortait le mieux et remportait la classe 13 en profitant de la crevaison de Patrick Thiry (Peugeot 306). Ce dernier menait également une belle lutte avec Vincent Cornet jusqu’à son erreur de trajectoire ou encore Johan Vandendries qui devait trop vite en rester là suite à des soucis de suspension sur sa Citroën C2. Champion sortant, Alexandre Guillemin (Nissan 350Z) repartait sur les bonnes bases de l’an dernier avec un nouveau top 10 et une victoire de classe 15. Enfin, Nicolas Lamy faisait de même en classe 12.

Victoire particulière pour Laurent Cravillon en D1-2-3 (V. Mathieu)

Dans les Divisions 1-2-3 où les pneus de tourisme sont obligatoires, un beau duel s’installait entre la nouvelle Peugeot 306 de David Schmetz et la Clio de Laurent Cravillon. Malheureusement pour David, c’est une rotule qui cassait à deux spéciales de l’arrivée alors qu’il comptait une bonne avance de 17 secondes. De quoi offrir une première victoire au général émouvante à Cravillon sur une épreuve qui lui tenait à coeur (son papa, décédé il y a tout juste 32 ans était l’ancien organisateur des Boucles de l’Ourthe, toutes proches de Clavier). Auteur du meilleur temps dans la troisième spéciale avant de casser un cardan sur sa 306, Denis Delrue était revenu à une seconde des leaders. Derrière, ce sont donc des pilotes moins habitués qui tiraient très bien leur épingle du jeu. A domicile, Emmanuel Graux découvrait les pneus de tourisme en course et devançait pour une seconde l’autre Clio de Michaël Lottefier qui découvrait la monture, pour sa part. Entre eux, durant la journée, avant de rejoindre la liste des abandons, Sébastien Luis (Citroën C2-R2 Max) devait en rester là suite à un souci mécanique au même titre que Michaël Henrard (direction, sur sa nouvelle 207 R3T) ou encore Raphaël Beaufort (soucis moteur sur la Clio). Dans le top 5, on retrouvait ensuite Eric Gillet qui gagnait sa classe et pouvait compter sur la sympathie de Jean-François Gilles pour lui prêter une suspension et rejoindre l’arrivée juste devant une autre Clio, celle d’Olivier Wolf.

Belle victoire en classe 5 pour Sébastien Collin (V. Mathieu)

Septième au général, Sébastien Collin (Peugeot 106) remportait brillamment la toujours très disputée classe 5 pour 15 secondes face à Olivier Leroy. Dixième, Thomas Wathelet (Peugeot 206) réalisait une très solide première course au volant et repassait même Nicolas Portois (Opel Corsa) d’une seconde, pour la victoire de classe 9. Bien dans le coup également avant des ratés moteur, Julien Fossion pouvait également viser la victoire de catégorie avec sa nouvelle Opel Corsa. Quinzième, Philippe Legros remportait la classe 8 après les soucis électriques qui retardaient Grégory Vanherle et sa 106. Deux places derrière au général, Michael Pirnay remportait une nouvelle victoire en 2-4 avec son habituelle Citroën AX.

Jean-Luc Fuger a repris ses bonnes habitudes en historique (V. Mathieu)

Du côté des montures historiques, c’est la Ford Escort de Jean-Luc Fuger qui se montrait une nouvelle fois la plus rapide dans le classement S/R où les anciennes diffèrent de la fiche d’homologation de l’époque. Il devançait les Opel de Maxime Hébrant (Manta) et Patrick Driesen (Ascona). Au pied du podium, on retrouvait la Porsche 944 de Jean- Claude Simon. Enfin, du côté des Classic, une autre Escort gagnait aux mains de Philippe Hellings devant celle d’Emile Tollet. Le podium étant clôturé par l’Opel Kadett C de Christophe Libert.

CLASSEMENTS GENERAUX

Division 4 :

1. C. Busin-J-L. Fraiture (Mitsubishi Lancer Evo9-1er 4/14) en 1h11’37

2. J-Fr. Colignon-V. Sorlet (Mitsubishi Lancer Evo9-4/14) +19’’

3. X. Bouche-L. Jamar (Mitsubishi Lancer Evo10-4/14) +2’02

4. J-P. Destrument-J-Fr. Marche (Mitsubishi Lancer Evo9-4/14) +4’08

5. A. Willems-L. Decroupette (VW Polo GTi-1er 4/13) +6’57

6. Q. Monfort-M. Duchesne (Citroën DS3 R3-4/13) +7’20

7. O. Nicolay-Th. Dallo (BMW M3 E30-4/14) +7’36

8. L. Junius-B. Van Tassel (BMW E30-4/14) +8’45

9. Chr. Lux-J-Fr. Sauvage (Subaru Impreza-4/14) +8’53

10. A. Guillemin-D. Segers (Nissan 350Z-1er 4/15)

13. N. Lamy-N. Charlier (Citroën C2-R2-1er 4/12) +15’’15

(13 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. L. Cravillon-Ph. Deru (Renault Clio-1er 2/6) en 1h16’17

2. E. Graux-V. Helas (Renault Clio-1er 3/10) +2’18

3. M. Lottefier-S. Priarolo (Renault Clio-3/10) +2’19

4. E. Gillet-M. Tirtiaux (BMW Compact-1er 3/11) +3’19

5. O. Wolf-G. Re (Renault Clio-3/10) +3’44

6. J-Ph. Moes-Ch. Maquet (Renault Clio-2/6) +5’07

7. S. Colin-Chr. Driesen (Peugeot 106 GTi-1er 2/5) +5’22

8. G. Grosjean-J-M. Piret (Peugeot 205-3/10) +5’34

9. O. Leroy-K. Vandenbussche (Citroën Saxo-2/5) +5’37

10. Th. Wathelet-G. Depaye (Peugeot 206-1er 3/9) +5’39

11. N. Portois-G. Razzi (Opel Corsa GSi-3/9) +5’40

12. S. Hiernaux-J-Fr. Benoit (Peugeot 306-3/10) +5’46

13. M. Jansemme-Fr. Krings (Citroën Saxo-2/5) +6’59

14. J. et Fr. Job (Peugeot 206-2/5) +7’10

15. Ph. Legros-L. Swennen (Peugeot 205 Rallye-1er 3/8) +7’15

17. M. Pirnay-F. Acedo (Citroën AX Sport-1er 2/4) +8’18

(39 classés)

Prov’Historic Classic :

1. Ph. Hellings-N. Heusicom (Ford Escort-1er PH/17) en 54’23

2. E. Tollet-Chr. Knott (Ford Escort-PH/17) +1’42

3. Chr. Libert-E. Septon-Noel (Opel Kadett C-PH/17) +11’14

(3 classés)

Prov’Historic S/R :

1. J-L. Fuger-M. Rodriguez (Ford Escort-1er PH/SR) en 51’48

2. M. Hébrant-J. Hugo (Opel Manta-PH/SR) +1’55

3. P. Driesen-E. Defourny (Opel Ascona-PH/SR) +2’00

4. J-Cl. et G. Simon (Porsche 944-PH/SR) +4’12

(4 classés)