Si la bagarre est restée indécise jusqu’au bout entre les ténors du Belgian Rally Championship, le Herock Spa Rally a offert une explication nettement plus limpide en VHRS. Patrick et Joseph Lambert ont en effet dominé les débats du premier au dernier Regularity Test, seuls Gaëtan Schoonbroodt-Frédéric Gehlen étant parvenus à briser brièvement leur suprématie avant de devoir abandonner. 

Dès la première soirée, les futurs vainqueurs se sont installés aux avant-postes. L’annulation de deux RT (problèmes des… clous dans Mont-Rivage puis neutralisation de La Reid-Theux après la sortie d’un équipage BRC) n’a rien changé à l’affaire puisqu’au moment de ranger les voitures au parc, Lambert-Lambert (BMW 2002 Ti) menaient la danse avec 103,2 points devant Baugnée-Noelanders (Ford Escort RS Mk1 – 120,3), Delhez-Chapa (Ford Escort RS Mk1 – 132,2), Monseur-Hanquet (BMW 325i – 260,3) et Ransy-Hastir (Mitsubishi Colt Turbo – 287,2). Deux équipages candidats à la victoire manquaient à l’appel, Fievez-Lys (Audi 80 GLS – pompe à essence) et Schoonbroodt-Gehlen (Ford Escort RS Mk1 – embrayage), brefs leaders après le RT2.

Samedi, les meneurs signaient un nouveau sans-faute, toujours suivis par les mêmes adversaires. La situation en tête n’évoluait donc guère sauf pour la 5e place dont s’emparaient les Français Ambrosini-Abel (Audi 80 GTE) après le RT6 où Ransy-Hastir encaissaient près de 500 points d’un coup. Mais le premier passage dans la Clémentine sonnait le glas des espoirs du tandem tricolore, contraint à l’abandon et remplacé au classement par Van Houdenhove-Gengoux (Opel Manta GTE).

Le RT11 (Blanchimont) voyait la disparition de Delhez-Chapa, victimes d’une panne d’embrayage. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Furlotti-Hansoulle (Opel Manta i200) étaient propulsés à cette 5e position décidément très convoitée… que retrouvaient Ransy-Hastir en fin de parcours, après les pénalités subies par Furlotti-Hansoulle pour pointage en avance aux CH10C et CH13.

La messe était dite et les derniers kilomètres n’apportaient plus aucun changement à la hiérarchie d’une épreuve dominée par Patrick et Joseph Lambert : « C’est toujours gai de de disputer en rallye en famille », commentait tout sourire le second nommé à l’arrivée. « Malchanceux aux Legend Boucles où j’avais en revanche gagné ma catégorie avec Yves Deflandre, mon fils était très motivé au départ de ce Herock Spa Rally où il m’avait demandé de l’épauler. Toutefois, la tâche ne s’annonçait pas évidente car notre BMW 2002 Ti est moins affûtée que les montures de certains adversaires, notamment les Ford de Gaëtan Schoonbroodt ou Etienne Baugnée, et nous savions qu’elle serait mise à rude épreuve sur des RT empruntés auparavant par les voitures modernes. Au final, tout s’est parfaitement déroulé : nous avons mené durant quasi toute la course, à part après le RT2 où Gaëtan Schoonbroodt et François Gehlen ont brièvement occupé la 1ère place. La victoire après de bons moments entre père et fils : que demander de plus ? »

Navigué par Yves Noelanders à bord de sa Ford Escort RS Mk1, Etienne Baugnée décroche la médaille d’argent tandis que Gaëtan Monseur-David Hanquet, excellents de bout en bout avec leur BMW 325i, complètent le podium. Ils devancent Jean-Noël Van Houdenhove-Baptise Gengoux, ultra-réguliers – c’est le but du jeu… – sur leur Opel Manta GT/E, et Gilles Ransy-Emilien Hastir dont la petite Mitsubishi Colt Turbo apporte une touche supplémentaire de variété au groupe de tête. Une fois de plus d’ailleurs, le peloton engagé en VHRS a fait le bonheur des passionnés puisque sur les vingt-quatre voitures classées à l’arrivée de ce Herock Spa Rally 2018, on recense une vingtaine de modèles différents, de l’Audi Quattro à la Simca 1000 en passant par la Saab 99 EMS, la Lancia Delta Integrale, la DAF 55 Marathon et bien d’autres.

Classement final : 1. Lambert-Lambert (BMW 2002 Ti) 257,6 pts ; 2. Baugnée-Noelanders (Ford Escort RS Mk1) 311,7 pts ; 3. Monseur-Hanquet (BMW 325i) 527,8 pts ; 4. Van Houdenhove-Gengoux (Opel Manta GT/E) 966,2 pts ; 5. Ransy-Hastir (Mitsubishi Colt Turbo) 1326,0 pts ; 6. Simon-Dufrasne (Porsche 924s) 1453,8 pts ; 7. Reuter-Bernard (Porsche 914/6) 1531,0 pts ; 8. Furlotti-Hansoulle (Opel Manta GSi) 1548,6 pts ; 9. Dupont-Dupont (Audi Quattro) 1580,3 pts ; 10. Neutelers-Ardenne (Saab 99 EMS) 1633,6 pts ; etc.