Essai Lexus RC

La Lexus RC a déjà 5 ans. Logique dès lors d’avoir consenti à lui offrir une petite cure de jouvence. Nous ne reviendrons pas sur ce qui a changé (voir story ci-dessous) pour nous concentrer sur les impressions ressenties au volant de la RC 300h ainsi mise à jour. (Marc Lacroix)

 

Prise en main

Via les différents réglages électriques, la position idéale au volant se trouve facilement. La vue sur toutes les commandes est excellente. Les manipulations du pavé de commandes du système multimédia ne nous plaît pas davantage au fil de ses utilisations ; trop compliqué et pas ergonomique pour un sou ; limite dangereux car engendre la distraction. Peut-être une question d’habitude mais sachant que nous disposons sur une même durée de toutes les voitures que nous testons, force est de constater que le système Lexus est parmi les moins aisés à l’usage. En revanche, rien à dire concernant la finition et la qualité de l’espace de vie : top. De même, à l’habitude de la marque, l’équipement, sécuritaire compris, est extrêmement complet.

 

L’accès aux places arrière n’est pas des plus aisés : mais bon, nous sommes en présence d’un coupé… En revanche, pratique les dossiers rabattables…

 

Action

Aux 181 ch du 2.5 essence, s’ajoutent une bonne cinquantaine d’unités fournies par le moteur électrique (223 ch au cumul). Sans être un foudre de guerre (8″6 et 190 km/h maxi autolimité), le coupé RC 300h jouit de réactions suffisamment vives que pour donner satisfaction… si l’on tient compte que la transmission e-CVT gomme une grande partie des sensations. Notons qu’il ne s’agit pas de la nouvelle cinématique hybride 2.5 lit des récentes Lexus ES 300h et Toyota RAV4 mais bien une évolution légère de la précédente génération utilisée jusqu’ici et héritée, notamment, de la berline IS. Soulignons encore que seule cette motorisation reste proposée pour le coupé RC. La boîte CVT traditionnellement utilisée pour les hybrides est forcément « lisse » ; on n’aura guère l’envie d’utiliser les palettes au volant, qui ne servent finalement pas à grand-chose…

 

Déjà, la sonorité du 4 cylindres est bien peu en rapport avec le prestige du modèle, mais alors que dire quand on accélère franchement ! Boîte CVT aidant, l’effet « machine à lessiver » est absolument infâme… Le régime moteur qui reste stationnaire dans le haut du compte-tours ne donne pas vraiment envie de faire parler la poudre ! En revanche, la discrétion est de mise en usage normal et particulièrement en ville, où l’on pourra aussi évoluer en mode full électrique.

 

Le système impulsionnel du clignotant est tel que nous l’avons souvent… loupé et enclenché le clignotant en lui-même, ce que nous constations en voyant que celui-ci continuait de fonctionner…

 

Cette mise à niveau de mi-carrière s’accompagne de nouveaux amortisseurs et de bagues de suspension plus rigides ; de même, les réglages de direction auraient eux aussi été adaptés pour une plus grande efficacité (reste qu’elle pourrait être encore plus directe mais il est vrai que nous ne sommes pas en présence d’une sportive à proprement parlé). On appréciera en tous cas l’excellent niveau de confort.

 

Le tarif oscille entre 51.900€ et 56.420€ selon la finition. Pas donné mais justifié vu la qualité générale et l’équipement de série très généreux. Seules la couleur métallisée, le toit ouvrant électrique en verre et le système audio haut de gamme Mark Levinson composent la liste des options. Voilà qui change des allemandes…

 

Le coupé RC poursuit sa carrière de la même manière qu’il l’a entamée. Les modifications apportées avec ce millésime en renforcent l’attrait mais il faudra être bien conscient que sous son allure très sportive, il reste plutôt un coupé bourgeois. Petite remarque, le rouge tendencieusement « lie de vin » qui habillait notre exemplaire d’essai a fait une large unanimité…


Story Lexus RC

 

Avant son coupé haut de gamme désigné LC, en 2017, Lexus avait lancé une RC qui au look plutôt flatteur. Résumé de cette courte histoire. (Marc Lacroix)

09/2012 : Présentation concept LF-CC annonciateur (Paris) ;

2014 : Présentation ; dérivé  e de l’IS ;

 

09/2018 : Facelift (Paris) ; légères, les retouches se constatent à l’avant (nouveaux phares avec nouvelle signature lumineuse en « L », calandre modifiée en partie basse avec prise d’air)…

… à l’arrière (feux et bouclier modifiés) …

… et à l’intérieur (nouvelle montre analogique, nouvelles ouïes d’aération…).

01/2019 : Presentation RC-F (New-York).

 

01/2019 : Presentation Lexus RC F Track Edition (New-York).