Après deux victoires au volant de son Opel Manta 400, Paul Lietaer a remporté un troisième succès de rang en s’imposant au Sezoensrally. Cette fois, il avait troqué sa Manta contre sa Subaru Legacy RS. Avec sa transmission intégrale, la Legacy distançait les BMW M3 de Guino Kenis et Tom Van Rompuy, qui réalisaient tous deux une belle course.

Mais celui qui prenait le meilleur départ, ce n’était pas Paul Lietaer. Auteur d’un envol impressionnant, Guino Kenis pointait en tête du classement à l’issue des quatre premières spéciales. Si le spécialiste BMW s’amusait sur la terre, il ne se faisait pas d’illusions : « Ce n’est pas normal que nous devancions la Subaru de Paul Lietaer. Il a 100 ch de plus et une transmission intégrale. Sur la terre, dès le deuxième passage, et comme il sera plus à l’aise sur le parcours, il va prendre ses distances. »

Et c’est ce qui se produisait. Le vainqueur des éditions 1992 et 1993 du Sezoensrally augmentait son avantage pour finalement s’imposer avec une avance de 2’41 », terminant également 10e du classement général final : « Il m’a fallu quelques spéciales pour trouver le bon rythme. Cela faisait longtemps que je n’avais plus roulé sur la terre. Ma dernière participation à Bocholt remonte déjà à 2009. Certaines portions de terre étaient fort abîmées, surtout après la deuxième boucle. Ce sont des points très intéressants et qui nous permettront de débarquer à Ypres en leader ! »

Guino Kenis s’offrait une belle deuxième place : « Notre nouveau moteur fonctionne très bien et je prends toujours autant de plaisir sur la terre. Je suis fier d’avoir pu priver Lietaer de quelques meilleurs temps. Rendez-vous à Ypres ! »

S’il connaissait en début de journée quelques soucis de moteur, Tom Van Rompuy s’offrait malgré tout le podium. Dirk Deveux terminait à la quatrième place, un résultat qui ne satisfaisait pas le pilote d’Alken : « Non. J’ai le sentiment d’avoir bien roulé, mais les temps ne suivaient pas. Le moteur avait visiblement un souci de puissance. Vivement que nous puissions aligner notre nouvelle Sierra. Cela devrait être le cas à l’Omloop van Vlaanderen. »

Le cinquième rang revenait à Frank Baert devant Dirk Van Rompuy et Jens Maes, qui avait perdu plusieurs minutes suite à une sortie. Parmi les abandons, relevons ceux de Stefaan Prinzie et Bert Truyens, qui se battaient pour le podium, mais aussi celui de Patrick Mylleville, arrivé en leader du Historic BRC. Le pilote Porsche cassait son moteur après avoir loupé une vitesse : « Nous utilisions une nouvelle boîte Hollinger. Nos temps étaient en nette amélioration. Changer de rapport est bien plus rapide. Mais il ne faut pas se tromper… »