Non, le Marathon de la Route 2019, qui s’est élancé samedi après-midi depuis Nancy, n’a rien d’une balade d’agrément, en dépit de la beauté des paysages traversés. Ce lundi, entre Grenoble et Vals-les-Bains, les concurrents ont affronté un épais brouillard, de la grêle et de la pluie ! Quatre tests de régularité figuraient au programme de la matinée, six autres l’après-midi, et c’est sur le coup de 18h30 que les voitures ont fait leur apparition à Vals-les-Bains, célèbre station thermale située en Ardèche.

« Sportivement, tout se passe à merveille et les écarts restent ténus, commente Jean-François Devillers, responsable de Trajectoire et organisateur du Marathon de la Route. Sur une distance de 20 kilomètres, on a parfois 1,5 point ou 2 points d’écart entre les meilleurs, ce qui en dit long sur l’expertise de chacun. Cela signifie que la moindre erreur peut se payer cash au classement. Il était acquis que cette journée de lundi serait la plus difficile de l’épreuve, car une fois arrivés à Vals-les-Bains, les concurrents vont prendre possession de leurs chambres, dîner… et repartir pour une boucle de nuit organisée entre 21 heures et 1 heure du matin ! Pas moins de cinq RT figurent encore au programme, ce qui signifie que l’épreuve peut très bien rebondir ce lundi soir ! Et demain matin, on repart à 8 heures pour un parcours passant par Saint-Bonnet-le-Froid, très haut lieu du Rallye de Monte-Carlo, mais aussi des tronçons empruntés par le Lyon-Charbonnières, pour une arrivée à Beaune vers 19h30. C’est sur le coup de 21h00 que le classement général final devrait être officialisé… »

Après avoir joué de malchance l’an dernier, Stéphane Blaise et Patrick Lienne (Porsche 911) s’étaient portés aux commandes du Marathon de la Route dès la deuxième étape, entre Besançon et Grenoble. Ils ont confirmé ce lundi en journée, pointant toujours en tête du classement avant la boucle de nuit. Mais dans leur sillage, cela klaxonne, avec Yves Noelanders et Renaud Herman (Volvo PV544), mais aussi Michel Decremer et Yannick Albert (Opel Ascona) à quelques points seulement, tandis qu’Yves et Benoît Deflandre (Porsche 911), ainsi que Johnny Delhez et Robert Vandevorst (Ford Escort MK1) sont prêts à porter l’estocade dans la nuit. Bref, rien n’est joué !

Rendez-vous ce mardi en fin de journée pour le dénouement d’un Marathon de la Route 2019 largement apprécié par les concurrents. Faites vos jeux !