DTM – Zandvoort

P90222222_lowRes_lausitzring-de-04-06C’est aux Pays-Bas que le DTM poursuit sa tournée estivale. Une piste sur laquelle Maxime Martin avait brillé l’an dernier. Au volant de la BMW M4 du team belge RBM, le représentant du RACB National Team espère faire mieux encore que la 3e place décrochée en 2015.

Ce week-end, il flottera un parfum belge sur Zandvoort. Outre le fait que le circuit hollandais constitue l’un des rendez-vous proches – avec le Nürburgring – du DTM, il accueillera aussi le TCR Benelux. Du côté de BMW, Maxime Martin est presque considéré comme le régional de l’étape balnéaire.

« C’est vrai que j’aurai plus d’obligations médiatiques ces samedi et dimanche que d’habitude, » explique le Bruxellois. « Pour l’équipe RBM, c’est aussi l’événement le plus près de ses installations. Par ailleurs, le team de Bart Mampaey occupe des ingénieurs hollandais plus motivés que jamais à l’idée de disputer ce meeting devant des dizaines de milliers de leurs compatriotes. »

Pilote de référence au sein du RACB National Team, Maxime sera évidemment attentif aux prestations des deux plus jeunes recrues en TCR. « Je me tiendrai informé de leurs chronos et, s’ils en éprouvent le besoin, je serai ravi de partager mon expérience avec Sam Dejonghe et Denis Dupont vendredi ou samedi soir, quand j’aurai un peu de temps libre. »

Notre compatriote compte de bons souvenirs sur ce tracé particulier. « C’est pourtant la 3e fois seulement que je m’y produirai en course mais, en 2010, j’y ai été convié à un test. A l’époque, il s’agissait de piloter une BMW du WTCC engagée par… RBM. En DTM, je me souviens être remonté du fond de grille à la 6e place en 2014. L’an passé, j’ai fini sur la 3e marche du podium à la première course. »

Cette saison, les ambitions sont plus grandes encore: « Il y a douze mois, les BMW ont démontré leurs qualités en occupant les sept premières places de la 1ère course et les cinq premières du second round. Certes, nos voitures n’afficheront pas le même handicap de poids ce week-end mais je reste persuadé que nous disposons d’un bon package. Franchement, ce circuit m’inspire. Il est rapide, le revêtement est généralement assez abrasif. Mais il convient de rester sur ses gardes. Même quand la piste est nettoyée, le vent peut parsemer de sable certaines portions. Ce qui rend ces endroits glissants. »