Essai Mazda CX-30 Skyactiv-X Skydrive Cruise i–Activ AWD (20.02.2020)

 

En présentant son nouveau CX-30 lors du Salon de Genève en mars 2019, Mazda créait la surprise avec un modèle intermédiaire à ses SUV du moment (CX-3 etCX-5), qui plus est avec en star un moteur… à essence de 180 ch ! Un choix pour le moins à contrecourant, tant on sait à quel point ces SUV, qui représentent pourtant 40% de ventes européennes, sont abusivement décriés, a fortiori s’ils ne sont pas hybrides… Un choix qui s’explique par cette nouvelle technologie Skyactiv-X développée par la marque, avec pour but de prouver que le moteur thermique peut encore espérer des jours heureux, s’il sait se montrer sobre et peu émetteur de CO2. (Marc Lacroix)

 

DESIGN

Basé sur la même plateforme que la berline Mazda3, le CX-30 affiche un style tout à fait dans la lignée des dernières création-maison : calandre et optique caractéristiques et dynamisme ponctué par une ligne de toit fuyante. Long de 4,40 m, le CX-30 s’inscrit entre les CX-3 et CX-5 (4,27 et 4,56m).

 

Sa garde au sol de 17,5 cm est plutôt faible pour un véhicule de ce type. Peut-être pourra-t-on juste regretter le peu esthétique plastique noir des protections de carrosserie…

 

HABITACLE

L’intérieur comprend une planche de bord reprise à la Mazda3. Pas anormal ! Ceci lui vaut donc un ensemble informatif et de commandes simple et intuitif (on apprécie notamment celles du chauffage, individuelles), bref efficace.

 

Comme souvent chez les japonais, le CX-30 peut se targuer de proposer un riche équipement avec, dans notre cas, phares matriciels LED, jantes en alliage de 18 pouces, intérieur en cuir blanc, siège conducteur ajustable électriquement, sièges avant et volant chauffants, GPS, Apple CarPlay et Android Auto, ou encore affichage tête haute et système de sonorisation Bose.

 

TECHNOLOGIE

L’un des attraits de ce modèle est son nouveau moteur à essence Skyactiv-X, au fonctionnement à cycle de combustion très sophistiqué basé sur le principe d’un diesel. De quoi maximiser son efficacité jusqu’à réduire son impact environnemental, d’autant que le système mild-hybrid à alternateur et batterie 24 volts qui se recharge avec le système de freinage s’y adjoint. Un concept grâce auquel Mazda annonce des consommations modérées et des taux d’émissions de CO2 (133 et 146 g/km selon que commande soit avec boîte de vitesses manuelle ou automatique) inédit pour un 2 litres de 180 ch. Notons que l’exemplaire que nous avons testé étaient doté de deux options techniques à 1.500€ pièce TVAC : la boîte automatique et la transmission intégrale automatique 4×4, finalement assez peu courante sur ce type de modèle (dans ce cas, les émissions CO2 grimpent à 160 g/km).

 


A BORD

Dans sa livrée « Soul Red Crystal » (couleur de lancement à 800€), le CX-30 nous invite à bord et comme pour tous les SUV, l’accès aisé se complète d’une position de conduite haute ; les réglages de siège permettent au conducteur de trouver naturellement sa position idéale, même si l’on pourra un peu déplorer un manque de soutien sous cuisses (souvent le cas chez certains constructeurs japonais). Derrière un agréable volant à trois branches, l’instrumentation cerclée de chrome reste analogique (excepté la partie centrale numérique), mais elle se complète d’un large écran central horizontal de 8,8 » orienté vers le conducteur pour GPS, radio… Bien que gérable par une molette plutôt que tactilement, le système d’infodivertissement est un régal à l’usage. Autre bonheur, le bloc à touches de climatisation/chauffage indépendant. Dans l’ensemble, toutes les commandes tombent parfaitement en main.

 

Les 430 litres de capacité du coffre font office de moyenne basse ; par ailleurs, la modularité reste basique.

 

La chute de pavillon et le garde au toit ne permettent pas de dégager un espace impressionnant aux places arrière ; l’espace aux genoux n’a lui non plus rien d’extraordinaire. La visibilité en trois-quarts arrière reste correcte.

 

SUR LA ROUTE

On se rend rapidement compte que le CX-30 est un véhicule agréable à conduire. Relativement silencieux, il nous a néanmoins paru un rien moins bien que la Mazda3 à motorisation équivalente. En dépit d’une puissance honorable de 180 ch, le Skyactiv-X est plus souple et linéaire que sportif ; il est vrai que ce n’est pas non plus la vocation de ce véhicule… Son système Stop&Start s’avère pour sa part très efficace et discret.

 

A l’instar du reste, les commandes sont exemptes de reproches. A la rigueur du train avant et la précision de la direction, s’ajoutent un freinage efficace et une bonne tenue de caisse, à laquelle contribue suspension et amortissement, qui conjugue « douce fermeté » et moelleux pour un confort de roulement des plus agréables. Il nous est quand même apparu un rien plus sec que sur la Mazda3 ; pas anormal, d’autant que pour rappel nous sommes ici en présence d’une transmission 4×4. Les assistances à la conduite nous ont également convaincus par leur efficacité. Le CX-30 affiche en tous cas un agrément de conduite sympa pour un SUV.

 

Sans être réellement tout aussi frugal qu’un diesel, en dépit de ses 180 ch le Skyactiv-X peut revendiquer des consommations équivalentes à certaines petites compactes, ce qui est clairement mieux que ses réelles concurrentes de puissance équivalente.

 

Le prix catalogue de CX-30 débute à 25.890, à 29.490€ pour le Skyactiv-X.

BILAN

Nous avons beaucoup apprécié ce CX-30, tout comme ce fut le cas pour la Mazda3, essayée une semaine plus tôt avec la même mécanique. Indépendamment du design, dont notre avis favorable demeure subjectif, nous avons apprécié la qualité de l’ensemble, tant au niveau des matériaux que de l’assemblage, ainsi que le niveau élevé d’équipement et l’ergonomie, simple et efficace. Le nouveau 2 litres Skyactiv-X se veut lui aussi convaincant et tend à prouver que Mazda a réussi son pari. Mais sans doute aurions-nous préféré une boîte manuelle… Question de goût ?


Story Mazda CX-30 (01.02.2020)

En 2019, Mazda a lancé la production d’un SUV qui vient s’intercaler dans la gamme entre la CX-3 et la CX-5. Le nouveau-venu partager la plateforme technique de la Mazda 3 de 4e génération ainsi que ses motorisations et la planche de bord. (Marc Lacroix)

 

03/2019 : Présentation CX-30 (Genève)

09/2019 : Lancement SUV CX-30 ; 2×4 et 4×4 ; annoncé avec 2 litres SkyActiv-X annoncé révolutionnaire.