Mazda6 SKYACTIV-G 2.0-163 ch (15.12.2018)

 

Agée de seulement 5 ans, l’élégante Mazda s’offre un second restylage, plus conséquent qu’il n’y paraît. L’occasion pour elle de se mettre à la page et de soigner son confort. Séduit lors de son lancement, nous en avons repris le volant. (Marc Lacroix)

PRIX

Dès 31.590€ (hors options)

 

DESIGN

Première impression, la nous plait toujours autant. Sa ligne élancée façon coupé n’a pas pris une ride.

 

Les dernières mises à jour de style lui confèrent davantage de classe, ce à quoi contribue sans aucun doute le jonc chrome qui souligne la calandre et les feux.

 

La face arrière aussi adopte un jonc foncé entre les feux.

 

HABITACLE

Le tableau de bord a été redessiné, affiné et épuré, tout en horizontalité, avec un minimum de commandes à l’ergonomie soignée et un habillage moussé de belle qualité. L’équipement se veut très complet.

 

Au milieu de la planche de bord, trône toujours l’écran multifonction : simple, efficace, il se connecte via la molette plantée sur la console centrale et entourée de commandes logiques et intuitives. Dommage que l’écran ne soit toutefois pas tactile.

 

La finition est de belle facture et l’ambiance à bord agréable, en plus de bénéficier d’une belle habitabilité arrière.

 

Avec 522 litres, le coffre offre une sacrée capacité de charge, qui peut encore s’étendre grâce au rabattement des dossiers de sièges arrière.

 

EN ROUTE

La position de conduite se trouve facilement grâce aux nombreux réglages compris dans la Leather Pack (3700€) qui équipe notre exemplaire, lequel s’accompagne notamment, pour la première fois, de sièges avant ventilés.

 

Une fois en mouvement, on apprécie le confort de roulement, notamment dû aux profondes modifications apportées aux suspensions, mais le moteur reste relativement sonore à l’accélération.

Le maniement de la boîte ne pose pas de souci majeur, ce qui est d’autant plus intéressant que la réactivité peu dynamique du 2 litres de 163 ch nécessitera d’en jouer.

L’affichage tête haute reste intéressant, même si par grand soleil sa visibilité se fait reduite ; pas anormal en soi…

 

Petit détail, break et berline s’affichent au même prix à motorisation et finition égales.

 

Certes, le 2 litres de notre modèle d’essai manque de punch mais nous tenons à préciser que nous restons sous le charme de cette très belle Mazda6 ; elle reste un de nos coups de cœur. Sérénité et décontraction seront au rendez-vous de cette berline dont nous continuons à considérer qu’elle est trop méconnue.


MAZDA6 STORY

La lignée de la Mazda « haut de gamme » remonte à 1970 avec la Capella. Si ce modèle a conservé ce patronyme dans son pays d’origine, elle est devenue Mazda 626 en 1978, Mazda6 en 2002. Petit flash-back sur cette famille. (Marc Lacroix)

 

1970 : Capella (berline et coupé) ; aussi moteur rotatif Wankel.

 

1978 : 626 1ère génération.

 

1982 : 626 2e génération.

 

1987 : 626 3e génération.

 

1991 : 626 4e génération.

 

1997 : 626 5e génération.

 

2002 : Devient Mazda6.

 

2005 : facelift.

 

2008 : Mazda6 II.

 

2011 : facelift.

 

2013 : Mazda6 III.

 

2016 : facelift.

 

2018 : facelift.

Face-à-face : Mazda6 2013 & 2018