Début des années 50. Alors qu’aucun modèle n’est suffisamment compétitif pour être engagé avec succès sur les courses, Mercedes décide de construire une voiture pour parer cette lacune. C’est comme cela qu’est née la type « W194 », dite aussi « papillon ». Sa désignation 300 SL (Sport Leicht) en dit long sur les prétentions de ce coupé 2 places. Le début d’une longue saga qui perdure aujourd’hui avec une génération de Classe SL désignée « R232 », que nous vous avons présentée par ailleurs. (29.11.2021 – Marc Lacroix / illustrations constructeur)

1952 : Nouveau coupé 300 SL « W194 » ; construit à 11 exemplaires ; victoires aux 24 Heures du Mans, puis à la Carrera Panamericana.

1954 : Version route de la « W194 » ; commandée à 1.000 exemplaires par un concessionnaire américain suite à la victoire à la Carrera Panamericana; aussi désignée « Gullwing » ;

Châssis tubulaire ; portes « papillons » ; capot, portes et coffre en alu ; 3 litres injection 240 ch ; avec plus de 225 km/h en pointe, la 300 SL était à l’époque la plus rapide du monde

Elle remportera de nombreuses victoires (Championne d’Europe des Rallyes 1955 et 1956, Championne d’Italie des voitures de Sports 1955, Liège-Rome-Liège 1955 et 1956, Rallye de l’Acropole 1956, Course de côte du Mont Ventoux 1956, Championne du Portugal des Rallyes 1957, des Rallyes Grand Tourisme Spécial 1957 et 1958, des Rallyes Grand Tourisme 1960, …) ; 3.258 exemplaire produits, dont 1.400 coupés.

1955 : Nouvelle 190 SL ; version plus abordable et moins performante construite parallèlement à la 300 SL ; base châssis monocoque raccourci de la berline 180 ; 1.9-105 ch pour 1.200 kg ; près de 26.000 exemplaires construits.

1955 : Projet avorté 190 SLR ; version compétition dans l’esprit 300 SL (portes alu, petit pare-brise saute-vent ; 1.9-150 ch pour 1.140 kg.

1963 : Nouvelle 230 SL « W113 » ; remplace les 300 SL et 190 SL ; aussi désignée « Pagode » du fait du profil de son toit, ainsi dessiné par le Français Paul Bracq afin d’augmenter la stabilité ; 6 cylindres en ligne 2,3-150 ch à injection directe (première chez Mercedes) ; aussi produite en 250 SL (1966 ; 2.5-150 ch) et 280 SL (1967 ; 2.7-170 ch).

1971 : Nouvelle « R107 » ; remplace la « W113 » ; cabrio avec hard-top ; de 2.8 à 5.6 litres ; produite à 236.000 exemplaires jusqu’en 1987 ; version coupé SLC, jusqu’en 1981.

1978-1979-1980 : Des coupés SLC se sont illustrés sur piste dans l’European Touring Car Championship 1978 (450 SLC AMG), et en Championnat du Monde des Rallyes, notamment sur les épreuves africaines (victoires au Bandama de Côte d’Ivoire des 450 SLC 5.0 litres en 1979 et des 500 SLC en 1980).

03/1989 : Présentation nouvelle « R129 » (Genève) ; dernière SL de série à posséder des panneaux de porte ajustés à la main ; arceau de sécurité escamotable en Première Mondiale ; premières livraisons en mai 1989.

2001 : Nouvelle « R230 » ; roadster proche de la Classe S « W220 » ; toit rigide escamotable Vario-roof, similaire à celui introduit 5 ans plus tôt sur la SLK « R170 ».

2006 : « R230 » Phase II ; quelques légères modifications esthétiques (boucliers, calandre) et puissances augmentées ; électroniquement limités à 250 km/h (sauf Pack Performance).

Printemps 2008 : « R230 » Phase III ; optiques avant totalement redessinées ; calandre à baguette chromée unique ; apparition d’une « petite » SL 280 (V6 3.0-231 ch).

15/12/2011 : Présentation nouvelle « R231 » ; présentation officielle en janvier 2012 (Détroit) ; Commercialisation en mars 2012.

2015 : Face-lift de la « R231 » (bouclier, calandre…).

28/11/2021 : Présentation nouvelle « R232 » ; censée remplacer les 6e génération de SL, AMG GT Roadster et Classe S Cabriolet ; retour à une capote souple de toile et à une configuration cabriolet 2+2.

2022 : Commercialisation nouvelle « R232 » ; deux versions désignées SL55 et SL63 ; AMG V8 biturbo 4 litres de respectivement 476 / 700 Nm et 585 ch / 800 Nm ; boîte 9 automatique AMG Speedshift MCT 9G.

Voir articles Mercedes