Alors que la majeure partie du territoire belge a dû composer avec une météo franchement maussade ce dimanche, les vannes célestes ont épargné la région de Trooz, où avait lieu la 7ème édition – déjà – de la Montée Historique mise sur pied par l’Ecurie du Maquisard en étroite collaboration avec la commune de Trooz et son bourgmestre Fabien Beltran. En fait, une seule averse était à relever, de quoi surprendre la VW Polo G40 de Geoffrey Gilles, qui partait en toupie… après l’arrivée, sans conséquence fâcheuse heureusement !

Pour le reste, le bilan de la journée est on ne peut plus positif pour les organisateurs… « C’était super bien !, s’exclame Robert Vandevorst, Président de l’Ecurie du Maquisard. Non seulement nous avons de nouveau fait le plein au niveau des engagés, mais la bulle météorologique dont on a profité a attiré d’innombrables spectateurs dans la côte. La traditionnelle buvette du point de vue n’a pas désempli, alors que celle située juste avant la dernière épingle devient tout doucement un autre endroit incontournable. Les incidents ont été très peu nombreux, et au total, chaque concurrent a pu monter… 7 fois, en plus de la Montée en Or pour certains ! L’Ecurie du Maquisard est plus que rodée dans ce genre d’organisation, et ce sont nos participants qui en retirent tout le bénéfice, en multipliant les passages… »

Jusqu’en début de soirée, les montées étaient libres – ce qui fait d’ailleurs le succès de ce type de manifestation – et les spectateurs ont pu apprécier les passages de bolides toujours plus éclectiques, allant de la Triumph TR3 du local Henry Morainville aux nombreuses BMW E36 alignées par des amateurs de grandes glisses, en passant par l’Alpine A110 Gr.4 ex-usine du Français Joël Favé-Lesage, les NSU TT, Volkswagen Coccinelle, Mini Cooper S, R5 Alpine et GT Turbo, Autobianchi A112, Fiat 128 et autres machines de plus en plus rares sur nos épreuves, à l’image de la Toyota 1000, la Porsche 356 Pré-A ou la Morgan +4.

Véhicule emblématique s’il en est, la Ford Escort était une fois encore très bien représentée dans ses versions Mk1 et Mk2, de sorte que le trophée du ‘Roi de l’Escort’, l’une des spécificités des Montées Historiques façon Ecurie du Maquisard, a de nouveau été disputé, le jury consacrant en fin de journée les bolides à l’ovale bleu de Jean-Marc Ruwet, Johnny Delhez et Jean-François Tapai, tandis que Christian Fortemps amusait la galerie dans un style qui lui va comme un gant.

Quant au Prix du Spectacle, il était affaire de spécialistes, avec un Cyril Panozzo toujours étincelant au volant de son Opel Ascona B, déclaré vainqueur devant l’Opel Corsa B de Pascal Wathelet et la BMW E36 de Tony Noël ! Bravo à ces enrouleurs de virages le pied dans le phare !

Le bon Elan !

Autre point fort des Montées Historiques, la partie sportive qui débute traditionnellement aux alentours de 16h30, baptisée Montée en Or et consistant en trois montées successives où le chrono est de rigueur. 25 concurrents avaient décidé de relever le défi, seuls les 10 plus rapides accédant à la Super Finale, avant que les 3 références chronométriques de la journée n’en décousent lors du Final Three, pour établir le classement définitif.

Comme l’an dernier, les redoutable Lotus Elan 26R ont dicté leur loi, Grégoire Destexhe, inattendu vainqueur en 2018, et François De Spa se qualifiant pour la montée décisive, au même titre que le héros local, Johnny Delhez (Ford Escort MK2), dont le Garage Ford Delhez & Fils, situé au pied de la côte, abritait une fois encore le QG de l’épreuve.

Si on semblait se diriger vers un doublé des petites anglaises magnifiant le concept ‘Light is Right’ cher à Colin Chapman, un problème de boîte de vitesses empêchait Destexhe de doubler la mise, ce qui laissait la voie libre à François De Spa, de toute manière auteur du chrono le plus rapide de l’avant-soirée, avec un temps de 1’25’’328 corrigé à 1’20’’976 une fois le coefficient d’âge appliqué. Lors du Final Three, De Spa montait en 1’22’’028, devançant finalement Johnny Delhez (1’30’’602) et l’infortuné Grégoire Destexhe (1’32’’501).

Au pied du podium final, Tony Kevers, qui avait retrouvé sa VW Golf 2 plusieurs fois lauréate des Montées Historiques, ne concédait pas grand-chose aux plus rapides, devançant Bernard Cornet (VW Cox 1303s), Christophe Bouille (VW Polo G40), Olivier Chatelain (Opel Corsa GSI), David Wathelet (Opel Corsa), Geoffrey Gilles (VW Polo G40) et Christophe Gulpen (Peugeot 205 GTI), tous qualifiés pour la Super Finale.

Dans les Classes, les trophées du jour revenaient à Benoît Beckers (Peugeot 106 / Cl.A), François De Spa (Lotus Elan, Cl.B), Johnny Delhez (Ford Escort MK2, Cl.C), Geoffrey Gilles (VW Polo G40, Cl.D) et Bernard Cornet (VW Cox, Cl.S/R).

Au terme de cette 7ème Montée Historique de Forêt-Trooz, l’Ecurie du Maquisard fixe d’ores et déjà rendez-vous aux amateurs du genre, de plus en plus nombreux, à l’occasion de son événement phare, la Montée Historique du Maquisard, programmée le dimanche 11 août prochain. A vos agendas…

Source: Com