Après s’être pris les pieds dans le tapis lors des trois dernières éditions, Nasser Al-Attiyah est enfin parvenu à retrouver le champagne de la victoire sur le Dakar. En 2011, sa victoire avait été entâchée par l’ambiance morose avec Carlos Sainz chez Volkswagen. En 2015, il disposait de loin de la meilleure machine avec la Mini JCW All4.

Cette fois, le Qatari rentre dans l’histoire pour avoir offert à Toyota sa première victoire au scratch. Et celui qui manie aussi bien une carabine qu’un volant est formel: cette troisième victoire a une sacrée saveur…

« L’une de mes plus belles victoires », commente le souriant Nasser. « Nous n’avons pas fait une erreur et c’était pourtant un rallye difficile. On a pris la tête à la troisième journée et on a depuis régulièrement conforté notre avance. Je suis heureux d’offrir à Toyota sa première victoire sur le Dakar. Ce rallye, tout le monde veut le gagner et je respecte nos adversaires. S’ils ont fait des erreurs, c’est parce qu’il fallait attaquer et que parfois ça ne passe pas. C’était un rallye cent pour cent Pérou avec du sable et des dunes, je voulais y faire quelque chose de bien. »