Si la rentrée était prématurément interrompue par un tonneau, le duo a retrouvé la terre dès cette semaine sur les routes rapides de Finlande offrant un rythme bien différent de celui connu durant la pause forcée du WRC.

Dans le nouvel épisode de la série mettant en vedette les stars de Hyundai Motorsport, nous retrouvons Nicolas Gilsoul pour que le Belge nous explique comment un trampoline et le cyclisme ont fait office de palliatifs à l’intensité du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Vous avez repris les essais après des mois de confinement. Comment cela s’est passé ?
« C’était génial de retrouver mon baquet de copilote à la droite de Thierry. Cette semaine, nous avons eu quelques jours pour reprendre le rythme et préparer les événements qui nous attendent cet été. Malheureusement, notre test de la semaine passée a été écourté, mais l’équipe a réagi très rapidement pour nous remettre en selle et nous avons pu obtenir un temps de roulage précieux cette semaine. »

Il s’agit de votre plus longue période sans compétition, comment avez-vous géré cela ?
« Je me souviens qu’au début de ma carrière, nous terminions les saisons en octobre avant de reprendre vers mars ou avril. J’ai toujours trouvé ce temps long et plutôt déprimant… Et je me sens un peu pareil actuellement. C’est la première fois depuis au moins dix ans que je n’ai pas fait de rallye aussi longtemps. Au lieu de cela, j’ai pris le temps de me reposer et de passer du bon temps en famille. »

Comment se passe la vie en Belgique dorénavant ?
« Nous pouvons désormais nous déplacer plus librement et je vois des gens profiter de la campagne comme s’ils étaient en vacances. Je me sens beaucoup moins coincé. J’ai hâte de reprendre l’escalade dès que cela sera possible. Cela aide à vivifier l’esprit tout en gardant son corps en forme. »

Qu’avez-vous fait pour rester occupé ?
« Quand vous voulez travailler l’endurance, vous n’avez pas une demi-journée pour le faire la plupart du temps. Vous essayez donc de faire rentrer trois heures d’exercice en quarante-cinq minutes. Ces derniers mois, j’ai passé une grande partie de mes journées à faire du vélo. J’ai également suivi des vidéos de HIIT sur YouTube. J’ai pu le faire en extérieur pour la première fois il y a quelques semaines et c’était vraiment agréable avec le beau temps et le coucher de soleil en toile de fond. »

Comment avez-vous vécu ce changement de rythme ?
« Dans mon rôle de copilote, je passe beaucoup de temps à penser à l’avenir et à vérifier l’heure sur ma montre. J’ai vraiment appris à vivre l’instant présent, car je n’ai plus à me presser pour quoi que ce soit en ce moment. D’habitude, je me prépare toujours à réagir à une situation, mais j’ai vraiment pu désactiver ce mode et me concentrer sur quelques projets personnels qui prenaient la poussière depuis quelques années. J’ai pris cette pause comme un cadeau après près de dix ans à vivre au rythme du WRC. »

Votre fille Myrtie a également dû vous prendre du temps…
« Oui, nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Comme nous avons un jardin, nous pouvons aller dehors et jouer dans le bac à sable ou sauter sur le trampoline. C’est très amusant. Il y a aussi un parc de trampolines tout près. Vous transpirez comme un fou après cinq minutes seulement, mais vous continuez d’essayer de nouvelles choses… C’est formidable de faire des activités physiques qui ne sont pas uniquement centrées sur le fitness. »

Source: Com