Recordmen du nombre de victoires en Grande-Bretagne depuis l’an passé, avec cinq succès (2013, 2014, 2015, 2016 et 2018), contre quatre à Hannu Mikkola et Petter Solberg, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia entretiennent décidément une relation particulière avec ce rallye. Une épreuve qui en fin 2008, les vit débuter au volant d’une WRC, une C4 en l’occurrence, après qu’ils aient été sacrés champions du monde Junior sur la C2 Super 1600. À l’époque déjà, ils avaient posé leur empreinte sur la course en s’emparant du premier scratch et en menant jusqu’à l’ES 5, et c’est de ce même brio dont ils comptent faire la démonstration à bord de C3 WRC, pour cette édition 2019.

Une fois n’est pas coutume, sur ces pistes boueuses qui se pommadent et perdent généralement en adhérence au fil des passages, leur deuxième position en piste ne devrait pas se révéler pénalisante et ils ont bien l’intention d’en tirer le meilleur parti pour continuer à combler l’écart qui les sépare du leader provisoire du championnat.

« L’objectif en Grande-Bretagne sera de poursuivre sur notre dynamique turque et continuer à mettre un maximum de pression sur Ott. », commente Ogier. « C’est un rallye qui m’a toujours bien réussi, où je compte bien jouer ma carte à fond et avoir mon mot à dire, d’autant que l’ordre de départs n’est pas problématique pour ceux qui s’élancent devant. La clef consiste à bien lire les changements d’adhérence, négocier au mieux les conditions souvent difficiles, ainsi que les portions à très faible grip, et si j’ai mis du temps à mes débuts à bien gérer cette manche atypique, c’est désormais un rendez-vous que j’apprécie vraiment. »