Le challenge était de taille ! En décidant d’aller affronter les concurrents de la très relevée Peugeot 208 Rally Cup France à l’occasion du Rallye du Mont-Blanc Morzine le week-end dernier, Gino Bux savait que la partie n’allait pas être facile. Cela faisait en effet six ans qu’il n’avait plus piloté une traction moderne, et il allait découvrir d’un coup d’un seul le maniement de la nouvelle Peugeot 208 Rally4 et le parcours – tellement différent des spéciales belges – de cette épreuve de montagne que la majorité de ses adversaires connaissaient bien, voire très bien.

Ceux qui doutaient encore de la pointe de vitesse et des facultés d’adaptation de Gino Bux ont eu une cinglante réponse : en évoluant de la première à la dernière spéciale en 2ème position de cette 208 Rally Cup France, le pilote belge a démontré qu’il faut compter avec lui en toutes circonstances. « Honnêtement, nous n’attentions pas, mon copilote Steven Spittaels et moi, à être d’emblée dans le coup, surtout vu la qualité du plateau de ce Rallye du Mont-Blanc, avoue Gino. En dehors de mes participations avec l’Escort MK1 en catégorie historique, je n’ai plus disputé de vrai rallye moderne depuis un certain temps. Mais c’est revenu très vite, quand bien même le maniement d’une 208 Rally4 n’a rien à voir avec celui de la Ford du temps d’avant. Mais cette lionne est vraiment une voiture bien née, facile à prendre en main et pas vicieuse du tout. Elle répond vraiment aux réglages, ce qui signifie qu’il n’est pas facile d’aller chercher le dernier carat. A Morzine, nous étions très bien entourés par une équipe Burton Racing très efficace, et ça a transformé cette participation en une expérience tout simplement magique. Quel parcours incroyable ! Il y a du large, de l’étroit, des cols, des descentes hyper rapides, j’avoue avoir pris mon pied ! Ce sont des sensations qui m’avaient manqué ces dernières années. Vraiment le truc à donner la banane du départ à l’arrivée… »

Sportivement, si Gino Bux et Steven Spittaels espéraient secrètement décrocher la place de meilleurs Belges face à des clients comme Cédric Cherain, Charles Munster ou Armand Fumal, ils ont fait bien mieux encore. « Aller chercher Mathieu Franceschi était difficile, voire impossible, car il possède une expérience de la 208 Rally4 que nous n’avons pas. Il a disputé plusieurs rallyes cette année, et sa connaissance du parcours du Mont-Blanc est nettement plus importante. Il n’empêche, à l’une ou l’autre occasion, nous étions très proches de ses temps, ce qui constitue une très belle satisfaction. »

Après ce premier accessit qui en a sans doute surpris plus d’un parmi les concurrents français, existe-t-il une possibilité de revoir Gino et Steven dans le cadre de la Peugeot 208 Rally Cup France cette saison ? « C’est évidemment l’objectif, mais il nous faudra d’abord chercher des soutiens en cette année très compliquée à bien des niveaux, reconnait Bux. Cette 2ème place nous a néanmoins donné une immense envie d’en faire plus, et tout sera mis en œuvre pour y parvenir. Je tiens à remercier notre partenaire Cazimir, sans lequel cette participation n’aurait pas pu s’envisager, et l’équipe de Caren Burton pour son excellent travail. Vivement la suite !  On vous tient au courant ! »

Source: Com