Les participants au Kroon-Oil Belgian Rally Championship ont démontré une nouvelle fois à quel point le niveau du Championnat de Belgique est élevé. À l’occasion du Renties Ypres Rally Belgium, le premier rallye belge accédant au Championnat du Monde des Rallyes de la FIA, les concurrents du BRC ont brillé dans leur catégorie. Et au final, trois pilotes du BRC terminent même dans le Top 10 au classement général. Du jamais vu.

Dès le départ de l’épreuve, donné vendredi à midi, les Belges étaient dans le rythme et la bagarre aux avant-postes était passionnante. Figurant parmi les outsiders avec sa Citroën C3, Davy Vanneste entamait les hostilités avec deux meilleurs temps, mais il se faisait surprendre et terminait la journée dans un fossé. Sébastien Bedoret prenait le relais en tête du classement. Mais au terme de la première boucle, son avance sur Vincent Verschueren et la Volkswagen Polo GTI R5 de GoDrive se limitait à 0″7. Sébastien Bedoret concluait la première journée en tête du classement, se plaçant même aux portes du Top 10 général. Mais il ne pouvait pas pour autant relâcher son effort puisqu’il ne comptait que 5″2 d’avance sur l’étonnant Pieter Jan-Michiel Cracco. Kris Princen aussi avait son mot à dire dans les débats pour le classement du BRC, pointant à seulement 12,5 secondes de Bedoret. Princen était déjà heureux de pouvoir se battre pour la victoire après une impressionnante figure dans la spéciale de Kemmelberg : « Nous avons fait une toupie en quatrième sur le Kemmelberg, sans rien toucher. C’est un miracle d’être encore là, car sur ces routes étroites, ce genre de figure est généralement éliminatoire. »

Les grands perdants de cette première journée étaient Maxime Potty, trahi par le moteur de sa Ford Fiesta, mais aussi et surtout Grégoire Munster, qui sortait de la route avec sa Hyundai i20 R5 dans Kemmelberg et perdait 4 minutes : « Je venais de signer mon premier meilleur temps en BRC quand je me suis fait surprendre par la boue laissée sur la route par la sortie de Teemu Suninen. C’était sur un freinage. Je n’ai pas réussi à ralentir suffisamment et nous avons terminé au fossé. Un pneu était aussi crevé et nous avons dû remplacer la roue. Tout bon résultat est désormais impossible… »

Samedi, la bagarre se poursuivait aux avant-postes. Mais rapidement, le peloton était privé de Pieter Tsjoen, qui heurtait une maison avec sa Volkswagen Polo GTI. Kris Princen perdait aussi le contact avec le groupe de tête suite à une crevaison. Grippé, Ghislain de Mevius manquait quant à lui d’énergie pour se battre devant.

Sébastien Bedoret prenait ainsi une belle avance de 23″3 sur l’étonnant Pieter-Jan Michiel Cracco. Le pilote Skoda était bien parti pour s’offrir une retentissante victoire. « Ça va très vite, mais je n’ai pas la sensation d’être au-delà de la limite », relatait Sébastien Bedoret, secondé par le Français François Gilbert. « Nous sommes bien préparés et je roule à ma main, en étant le plus efficace possible. Les courses préparatoires que nous avons disputées nous ont laissé un bon feeling, qui est confirmé ici. Mais il faut rester vigilant car les spéciales sont très glissantes… »

Malheureusement pour Bedoret, la mécanique le lâchait dimanche matin. Ne comptant qu’une quarantaine de kilomètres, la dernière étape disputée sur et à proximité du circuit de Spa-Francorchamps se terminait sur un mode mineur pour Sébastien, qui se retrouvait avec seulement deux roues motrices. Il chutait de la première à la troisième place, derrière Vincent Verschueren.

La victoire, sa toute première dans le Kroon-Oil Belgian Rally Championship, revenait à Pieter-Jan Michiel Cracco, secondé par Jasper Vermeulen. L’équipage était clairement la révélation de l’épreuve. « C’est incroyable ! Je n’aurais jamais osé en rêver. Vous savez, cette nuit, j’étais particulièrement nerveux. J’ai peut-être dormi deux heures. Pas moyen de me détendre avec toute l’adrénaline. Mais cela ne m’a pas gêné aujourd’hui », souriait Pieter-Jan Michiel Cracco. « Durant tout le rallye, nous avons roulé à notre rythme, sans regarder trop les autres. Je n’aurais jamais cru pouvoir viser la victoire. Mais tout comme au South Belgian Rally, nous avons d’emblée pu nous battre devant », reconnaissait un Pieter-Jan Michiel visiblement ému, qui pensait bien naturellement à son père Philippe, bien trop tôt disparu. « Il aurait été fier de cette victoire ! »

La deuxième place revenait à Vincent Verschueren, également très satisfait de son résultat : « C’était une expérience incroyable de pouvoir se battre chez soi contre tous ces grands noms. C’est uniquement en se bagarrant à un tel niveau que l’on parvient à rehausser son propre niveau. Je suis très content, mais la Polo manquait de stabilité dans les parties rapides. Cette VW est faite pour rouler le plus bas possible, mais avec les grosses cordes du parcours d’Ypres, il faut la remonter et elle est donc moins efficace. »

Sébastien Bedoret terminait donc à la troisième place, devant Bernd Casier, qui concluait une course très régulière à une belle quatrième place. Ghislain de Mevius reste quant à lui leader du championnat. Malgré une crevaison, il termine cinquième. Il prenait également 4 points bonus avec une deuxième temps sur le Pirelli Power Stage, derrière Grégoire Munster, qui réalisait le scratch avec sa Hyundai i20 R5.

Cédric De Cecco amenait sa Skoda à la 6e place, devant Grégoire Munster, qui effectuait une belle remontée, et Kris Princen, très retardé par sa crevaison.

Mentionnons encore les forfaits d’Adrian Fernémont et de Niels Reynvoet, dont la voiture avait été trop endommagée lors d’un test avant l’épreuve.

Source: Com