C’est devenu une (bonne) habitude: la petite équipe du Hainaut Motor Club a une nouvelle fois réussi à rassembler un plateau assez extraordinaire pour une épreuve régionale.

Avec un centre névralgique qui revient à Beaumont (sur demande de son Bourgmestre !), le Rallye Salamandre perpétue la tradition en empruntant les spéciales qui ont fait les beaux jours du Bianchi de la grande époque: Renlies, Strée, Leval mais aussi cette année le retour de Biesme-sous-Thuin / Ragnies. Les 140 équipages seront gâtés au niveau du parcours, toujours aussi sélectif, rapide et glissant.

Et les spectateurs ne seront pas en reste avec un plateau aussi diversifié que relevé.

Florian Gonon sera de retour au Salamandre, mais avec une nouvelle MK2. (Photo Joffrey Vincent)

Particularité du Salamandre depuis 3 ans, les catégories historiques seront à nouveau très largement représentées avec une quarantaine de voitures. La bataille devrait faire rage entre le double tenant du titre, le Suisse Florian Gonon qui alignera une nouvelle Escort MK2, et son dauphin de l’an dernier, Paul Lietaer, qui reprendra pour l’occasion le volant de son Escort.

Paul Lietaer sera présent à Beaumont avec son Escort. (Photo Johan Hendrickx)

Ils ne seront bien entendu pas les seuls à aligner une Escort BDG puisque l’on annonce une quinzaine de ces Escort full Gr.4 au départ  pour un match belgo-britannique (Daco, Jacob, Demortier, Devleeschouwer, Crook, Barton, White, Tysoe,…) auquel viendra se mêler l’allemand Thomas Schulz.

La bagarre sera chaude entre les Escort. (Photo Joffrey Vincent)

Cette année, le Salamandre sera la première épreuve (et la seule disputée à l’étranger) au calendrier du championnat historique asphalte britannique. Toujours en Escort, notons la participation des redoutables 16 soupapes de Sébastien Cuvelier et Christian Delleuse. Ce dernier n’a pas ménagé ses efforts pour revenir après son impressionnante sortie de 2017. Des Escort encore avec les très rapides 8 soupapes de Raphaël deBorman, qui avait terminé au pied du podium l’an dernier, de Seb Perez, du régional Christophe Dupon, de Luc Savigny, de Dany Jacques ou encore des participants de la Pinto Cup 2018 (Vanieuwenhuyse, Temperville, Warnez,..)

Mais il n’y aura pas que des Escort. Ca, ce sera pour l’Escort Rally Special mi-septembre!

Rudy Buyse défendra l’honneur de Porsche sur les spéciales hennuyères. (Photo Loïc Nautet)

Steve Perez, déjà présent en 2016, délaissera le championnat d’Europe FIA le temps d’un week-end pour revenir au Salamandre au volant de sa mélodieuse Lancia Stratos Groupe 4. Rudy Buyse apportera sa touche « flat 6 » à la bande-son du rallye avec sa 911 historique.

Dans son jardin, l’acrobate Mathias Fayt fera virevolter sa BMW 2002 tandis que Denis Gravy (VW Cox), Vincent Piraux (mini), ou encore les Volvo de Naudeau et Lacassaigne apporteront une touche d’originalité à un plateau complété par les Golf GTI et Opel Ascona (Defesche).

Le Britannique Ellis remettra son titre en jeu. (Photo Loïc Nautet)

Les différentes catégories modernes ne seront pas en reste.

Première manche du FIRC 2018 (Flanders International Rally Challenge), le Salamandre accueillera à nouveau une impressionnante délégation britannique. Vainqueur de l’épreuve en 2017, Johnnie Ellis remet son titre en jeu au volant de sa très affûtée Mitsubishi Lancer EvoX. Les différentes versions de l’Evo seront bien représentées avec une dizaine d’exemplaires qui lutteront pour la victoire (Tournay, Cantraine, Barbier, Wood, Degeling, Martin,…)

Jean-Noël Tournay figure aussi parmi les favoris du Salamandre. (Photo Loïc Nautet)

Vainqueur du FIRC 2017, John Reddington reviendra lui aussi au volant de son Escort Millington se mesurer à la voiture-sœur de l’ex-Champion de Belgique Hubert Deferm. Nous retrouverons aussi de puissantes BMW M de différentes générations ainsi que quelques montures plus originales telles que la Nissan Micra kit car ex-usine de Brown.

Les spéciales du Bianchi ont souvent réussi aux Porsche, et les 2 héritières, les GT3 de Darrell Taylor et Johan Dekens, ne manqueront pas de ravir les tympans des mélomanes.

Plus original encore, le retour de Huw Reed et de sa fabuleuse Darrian, trop tôt contraints à l’abandon en 2017. Il revient cette année  accompagné d’une seconde Darrian aux mains du gallois Geoff Roberts. Encore plus original? Oui c’est possible! Craig Pennington alignera pour la première fois une Polo « WRC » avec une mécanique Mitsubishi!

Vincent Gallet sera l’un des candidats à la victoire en D3 au sein du « gang des tractions ». (Photo Bart Vanpoucke)

Du côté des tractions de pointe, on notera un match très intéressant entre la Civic R3 de Bosseloir, les Clio de Souvigné et Voyeux, et la 207 de Mathieu Lapaille. Le spectacle sera aussi total en D3  avec les « avions de chasse » de  Vincent Gallet (306 Maxi), Jérémy Delchambre (205), Michaël Nuée (Xsara),  Vincent Bouchat (Clio), Julien Thirifays (Civic), Benjamin Auvray (206), Mathieu Ryez (106) et les voitures de tête de la nouvelle Corsa Cup (Kirsch, Delleuse,..).

Julien Delleuse animera la toute nouvelle Corsa Cup. (Photo Jérôme Deskeuvre)

Infos pratiques: entrée gratuite sur les spéciales, programme (avec cartes, timing, liste des engagés et bons de réduction de nos partenaires) en vente au prix de 5€ au centre du rallye (Athénée de Beaumont) et à l’assistance (Salle Désirée à Strée) dès le samedi.