Le Circuit de Spa-Francorchamps a été fidèle à sa légende pour le lancement de la Porsche Carrera Cup Benelux ! Plus que jamais, le toboggan des Ardennes devient un juge de paix lorsque les conditions météo – souvent variables dans la région – s’en mêlent. Et ce fut une fois de plus le cas lors de l’ouverture de la saison 2019, en marge du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC. À cette occasion, les pilotes du Benelux étaient rejoints par 19 concurrents de la Porsche Carrera Cup France, ce qui a valu de très belles passes d’armes au sein du peloton.

Course 1 : Derdaele sort du chaos

Il pleut quelques gouttes vendredi après-midi au moment où les 36 Porsche 911 GT3 Cup se placent sur la grille de départ pour la première course. Le plus rapide des concurrents de la Porsche Carrera Cup Benelux lors des essais qualificatifs, Max van Splunteren, s’élance depuis la 3e ligne. Sur une piste glissante à souhait, le Néerlandais est toutefois touché à l’arrière par un de ses homologues de la Porsche Carrera Cup France lors du premier passage par l’épingle de Bruxelles. Envoyé en tête-à-queue, le pilote du Team GP Elite est tour à tour percuté par Xavier Maassen (DVB Racing), Didier Van Dalen (Kronos Porsche Centre) et Daan van Kuijk (Team GP Elite). Tous sont contraints à l’abandon alors que Jurgen van Hover (Speedlover) perd un tour dans les stands pour procéder à des réparations.

À partir de là, la voie est dégagée pour Dylan Derdaele. Le fer de lance du Belgium Racing sait qu’il a une chance unique pour d’emblée marquer le coup au championnat et il assure sa victoire dans le classement Benelux. La bonne surprise vient du jeune Néerlandais Loek Hartog (Bas Koeten Racing), deuxième dès sa première course dans une Porsche 911 GT3 Cup à 16 ans. Le lauréat du Junior Recruitment Programme devance son compatriote Jesse Van Kuijk (Team GP Elite) et un excellent Roger Grouwels (RaceArt), très à l’aise dans ces conditions et beau vainqueur de la classe B. Le Néerlandais retrouvait sur le podium Benelux la championne en titre Sandra van der Sloot (Snoexx Motorsport) et Bas Barenburg (RaceArt).

Course 2 : Hartog sur tapis vert

En raison de conditions de piste délicates, c’est sous procédure « Safety-Car » que la Course 2 est lancée samedi, avec au départ des pilotes bien décidés à prendre leur revanche par rapport à la veille. Sixième sur la grille de départ, Max van Splunteren (Team GP Elite) fait partie de ceux-là et parvient à prendre un excellent envol. Mais alors qu’il pense avoir fait le plus dur, en menant la meute de la Porsche Carrera Cup Benelux jusqu’au dernier tour, le Néerlandais est envoyé en tête-à-queue au virage de la source par Dylan Derdaele (Belgium Racing), premier au moment de franchir la ligne d’arrivée.

La direction de course décide toutefois de pénaliser le Belge de 30 secondes pour sa manœuvre. Une décision dont Loek Hartog (Bas Koeten Racing) profite pour s’imposer – et prendre le leadership du championnat – devant Max van Splunteren et Jurgen van Hover (Speedlover). Le régulier Jesse Van Kuijk (Team GP Elite) et Dylan Derdaele complètent finalement le Top 5.

Huitième du classement général Benelux derrière Lucas Groeneveld (Team GP Elite) et Xavier Maassen (DVB Racing), Ziad Geris décroche le succès dans la classe Guest, réservée aux concurrents qui ne disputent pas l’intégralité de la saison. Le Néerlandais devance Nicolas Saelens (Belgium Racing) et Roger Grouwels, les deux premiers pilotes de la catégorie B.

« C’est un début de saison rêvé », affirme Roger Grouwels, leader du championnat B.« Après avoir perdu le titre en 2018, j’avais la ferme intention de marquer les esprits dès la première épreuve cette année. Ce que j’ai réussi à réaliser ici, avec une première et une deuxième place. Mais la route est encore longue… »

Après ce premier round réussi, disputé au cœur du Championnat du Monde d’Endurance FIA WEC, c’est dans un autre cadre prestigieux que la Porsche Carrera Cup Benelux vivra son deuxième meeting de la saison. Les 17, 18 et 19 mai, le paddock posera en effet ses tréteaux à Zolder, en même temps que le championnat DTM. L’occasion pour les battus de Spa d’inverser la tendance.

Source: Com