C’est le week-end prochain que se déroulera la 61ème édition du Rallye International Police. Divers petits problèmes ont eu pour résultat que ce ne sera pas une année exceptionnelle sur le plan quantitatif. En principe, ce sont 33 équipages en autos et 15 motards qui prendront le départ de l’Athénée Royal d’Alleur (Rue de la Vallée 60) samedi matin. Mais les trois classements prévus dans ce Rallye Police 2018 s’annoncent plutôt ouverts.

Dans l’épreuve-phare, à savoir le rallye de vitesse pour voitures, la victoire devrait se jouer entre cinq tractions intégrales, plus précisément trois Mitsubishi Lancer et deux Subaru Impreza. Quatre d’entre elles répondent à la réglementation ‘Groupe N’, proche de la série. L’occasion semble donc belle pour Christophe Castermans de rééditer son succès de 2016 puisqu’il sera le seul à aligner une Lancer Evo 9 Groupe A. 3ème l’an dernier, Christophe est le seul à former, avec Jacques Delvaux, un équipage 100% policier. Son collègue Philippe Mairlot s’aligne en effet avec sa fille Pauline sur une plus modeste Peugeot 205. Mais pour vaincre, Castermans devra prendre le meilleur sur Julien Henry (Mitsubishi) et Christophe Lux (Subaru), mais aussi sur Philippe Hellings, qui a déjà montré son potentiel sur sa Lancer Evo 9, et sur Raphaël Schuermans, dont on est curieux de découvrir les performances sur une Subaru Impreza. Peut-être ces quatre « favoris » devront-ils toutefois compter avec Caren Burton, toujours très rapide mais dont ce seront les débuts sur une Ford Escort Mk1 d’un autre âge. Derrière eux, la lutte s’annonce aussi très serrée entre les Renault Clio de Corentin Tordeurs, David Conard, Steve Serret et Didier Lejeune, qui sera secondé par le 4ème policier engagé, Laurent Schimpfessel. Jean-Michel Lacaille tentera par ailleurs d’immiscer sa Peugeot 106 GTi parmi ce peloton de Clio.

Stéphane Toussaint fera figure de favori à moto. (photo Thomas Michiels)

Toujours rares ces dernières années sur quatre roues, les policiers seront largement majoritaires à moto. Et la brochette de participants justifiera pleinement l’appellation ‘International’ de l’épreuve puisque quatre nationalités seront de la partie. Trois Français, trois Britanniques et l’inévitable Finlandais Leo Leinonen, qui viendra pour la 11ème fois par la route depuis son lointain pays, relèveront le défi face à huit de nos compatriotes. C’est parmi eux que se trouvent les cinq seuls civils engagés. Quatre fois vainqueur de l’épreuve et battu l’an dernier à cause d’une erreur dans la 2ème boucle, Stéphane Toussaint fait a priori figure de favori sur sa KTM Duker 690. Mais il devra sans doute se méfier de Benoît Nimis, qui fut Champion de France Espoirs il y a quelques années et a remporté le classement Policiers en 2014, devant Gabillon, le vainqueur au général l’an dernier. Il s’alignera sur une Yamaha MT10. Le Bordelais sera accompagné de son épouse Emilie, policière également, dont ce sera la toute première expérience en compétition! Mais dans ce rallye moto, le plaisir passe au premier plan, sans oublier la solidarité.

« Par deux fois, j’ai perdu le pneu arrière de ma moto, mais j’ai chaque fois pu terminer grâce à l’aide des autres participants, » souligne avec plaisir Leo Leinonen, qui remettra le couvert sur sa KTM Aventure 950. Comme lui, Richard Watson (GB/KTM 1300), Frédéric Sorriaux (F/Kawasaki Versys), Jean Kopp (Yamaha MT09), Patrick Dumont (KTM EXC) et les vétérans Paul McKinney (GB/Suzuki 5V) et Michel Monostori (Husqvarna Nuda 900R) auront l’avantage de la connaissance du terrain de l’an dernier.

Claude Ninane s’alignera avec Christophe Simon sur la Ford Escort Mk1 vue généralement aux mains de Jean-François Delincé. (photo AllSportsMeca)

Enfin, la nouvelle catégorie ‘Régularité VHRS’ rencontre d’emblée un beau succès avec quelques spécialistes de la discipline au départ. On pense au duo Claude Ninane-Christophe Simon, qui sera un des principaux candidats à la victoire sur son habituelle Ford Escort Mk1, mais aussi à Gaëtan Monseur, qui s’est déjà mis en évidence aux Legend Boucles de Bastogne, à Patrick Lienne, équipier de Laurent Poncin sur une Volvo Amazon, à Guy Hardenne, qui secondera pour la 2ème fois André Neutelers sur une Saab 99 Turbo, et au toujours jeune René Beyers, qui guidera Alain Boland sur une Volvo 66. Présents l’an dernier dans l’épreuve de vitesse, William Wilkin (Porsche 911), Philippe Humblet (Toyota Corolla) et Henri Ubaghs (NSU TT) s’essaieront à un autre exercice, tout comme Patrick Hagelstein, un des deux seuls policiers présents dans cette catégorie. Habitué de l’épreuve, le Liégeois sera secondé par Romain Close sur la Skoda 110R qui est sa propriété depuis quelques années. L’autre policier au rendez-vous est aussi davantage connu en rallyes de vitesse. Dans les années 80, Christian Terf participait déjà à la Coupe 205 GTi. Ici, il roulera sur une VW Golf GTI de 1977.

Le Rallye International Police se déroule ce samedi 26 mai, de 8h à 19h, sur 4 boucles de 3 spéciales et 260 km au total, dont 128 contre le chrono. L’épreuve sera basée à l’Athénée Royal d’Alleur (Rue de la Vallée 60) où seront rassemblés le QG de l’organisation, les parcs de départ, de regroupement et d’arrivée, ainsi que le parc d’assistance.

Mais ce vendredi 25 mai à 15h, les concurrents se rassembleront sur l’Espace Tivoli, jouxtant la Place du Marché à Liège, pour donner l’occasion au public d’admirer leurs bolides de près. A partir de 17h, ils rejoindront le Garage Renault Néri à Burenville pour les contrôles administratif et technique. Deux jours de suite, la ville de Liège et les campagnes aux alentours de Crisnée, Herstappe et Xhendremael résonneront au rugissement des moteurs des participants de ce 61ème Rallye International Police qui promet un beau spectacle et, espérons-le, beaucoup de suspense.

Plus d’infos sur www.rallyepoliceliege.com

Christophe Castermans pourra-t-il rééditer sa victoire de 2016? (photo Thomas Michiels)