Duel de WRC en Division 4, Lutte ouverte au sein des Divisions 1-2-3

Ce dimanche 13 août, l’Automobile Club de Namur proposera une nouvelle édition de son « Rallye-sprint Condruzien ». Si le centre de l’épreuve est toujours basé au terrain de Football de Haversin, le parcours fera l’objet de quelques modifications, abandonnant le concept de « show » pour retrouver une spéciale en ligne plus classique qui ne devrait cependant pas déconcerter les habitués des lieux.  « Des problèmes de stabilité sur l’un des ponts emprunté habituellement nous ont obligé à revoir notre copie. Si nous ne pourrons hélas plus proposer de parcours en boucle pour les spectateurs, les concurrents n’y perdront pas au change avec le retour d’une étape en ligne traditionnelle de plus de 10km », confie l’organisateur, Etienne Lerson.

Du côté des participants, à tout seigneur tout honneur puisque c’est affublé du numéro 1 qu’Eric Debaty s’élancera sur ses terres. Activement impliqué dans l’organisation de l’événement, le distributeur Ford pilotera son originale Ford Focus RS de première génération avec nul autre but que de rallier l’arrivée en passant un bon moment. Pour la victoire, les regards se tourneront vers d’autres concurrents. Directeur de Citroën Racing, Yves Matton aime venir se faire plaisir en famille (il sera copiloté par sa fille, Élise) sur l’une ou l’autre épreuve régionale. Et tant qu’à bien faire les choses, le Hutois se présentera ni plus ni moins qu’au volant d’une DS3 WRC. Voiture qui évoluait encore en championnat du monde des rallyes l’an dernier. Inutile de chercher plus loin le grand favori. Lauréat à plusieurs reprises par le passé, Philippe Dewulf tentera de lui donner la réplique comme il peut sur sa Toyota Corolla WRC « d’un autre âge ». Ce dernier devra d’ailleurs largement se méfier du Limbourgeois Jonas Langenakens qui aligne une performante Mitsubishi Lancer Evo10 avec laquelle il a déjà brillé cette année au niveau national, décrochant notamment une 4ème place finale au dernier Sezoens Rally. Pour les places d’honneur, il faudra compter sur la Mitsubishi Lancer Evo7 de Jérémie Tomballe mais aussi et surtout sur Manu Bouts. Vainqueur en Division 1-2-3 l’an dernier, le Namurois vient ici parfaire la prise en main de sa « nouvelle » BMW M3 E46. Chez les tractions, Geoffroy Defays effectue un sympathique retour au volant d’une Citroën C2-R2 Max et pourra compter sur Thibaud Mazuin (Skoda Fabia R2) ou Nicolas Lamy (Citroën C2-R2) pour lui donner la résistance.

Dans les rangs des concurrents évoluant obligatoirement au volant de pneus de tourisme (Divisions 1-2-3), la lutte pour la victoire devrait théoriquement se jouer entre un quator de furieux. A commencer par le leader provisoire du championnat communautaire, Sébastien Soyeurt. Victorieux le mois dernier lors de la manche de Solre-Saint-Géry, l’ex-motard a largement démontré sa pointe de vitesse. Il dispose de plus d’une excellente Renault Clio RS. C’est également le cas de Valentin Burlet, excellent d’aisance lors du rallye-sprint d’Achêne et qui entend bien confirmer lui aussi. Face à eux, Laurent Mottet (Peugeot 306 GTi) et Philippe Castremanne entendent bien lui donner du fil à retordre. Si le premier devra composer avec un ami copilote débutant, le second devra compenser le déficit de cylindrée de sa Suzuki Swift GTi mais il en a l’habitude. Il ne faudra pas pour autant négliger les outsiders que sont Patrick Grignet (Ford Puma Kit-Car), Serge Minet (Renault Clio RS), Michaël Henrard (Peugeot 207 R3T), Damien Marée (Peugeot 306 GTi), Jérôme Linchamps (Peugeot 206 RC) ou le spectaculaire et très attendu Vincent Compère (BMW E30). Enfin, même si ils disposent de voiture de catégories moins évoluées, Alain Daco (Renault Clio RS de classe 6), Philippe Brion (VW Polo GT) ou Laurent Wilkin (Peugeot 207 HDi de classe 5) pourraient nous offrir de bonnes surprises à la lecture des fiches de temps.

Les nostalgiques trouveront leur bonheur au sein des 2 catégories historiques (« Classic » et « S/R », pour les véhicules ne répondant plus à la fiche d’homologation d’origine) où on retrouvera notamment l’ancien champion de Belgique des rallyes, Hubert Deferm (Ford Escort MKII) mais aussi le bien nommé Tony Lattaque (Opel Manta B), Benoit Gillot (Ford Escort MKII), Philippe Hellings (idem) ou encore Marc Reynaert (VW Golf 1 GTi).

Le début des hostilités est prévu à 9h30 avec 4 passages programmés sur l’ensemble de la journée. Si plus d’une centaine d’équipages ont rentré leur bulletin d’engagement, il reste encore de la place et les indécis pourront encore s’inscrire jusqu’à ce samedi. Plus d’informations : http://www.automobileclubnamur.be  ou sur la page Facebook de l’épreuve.