Ulysse De Pauw n’aura pas vécu un week-end à la hauteur de ses ambitions pour son retour sur le Circuit de Brands-Hatch, théâtre de la pénultième épreuve du GT World Challenge Europe – Sprint Cup.

Pluie, erreurs de timing, pitstop difficile, accrochage : les éléments semblent s’être ligués contre Ulysse De Pauw et le team CMR dans leur quête de victoire en Silver Cup, le week-end dernier à Brands-Hatch. Le jeune belge n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour dompter la Bentley Continental GT3 n°107, qu’il partageait comme d’habitude avec le Français Pierre-Alexandre Jean, sur le difficile tourniquet britannique. “Dès les premiers essais, la voiture manquait d’adhérence, on a dû se creuser pour améliorer son comportement en vue des chronos”, commente Ulysse. “En Qualifications 1, elle fonctionnait mieux et Pierre-Alexandre a signé le sixième temps, à moins de trois dixièmes de la pole. Quand on voit d’où on partait en début de week-end, ça nous a fait du bien.”

Après des premiers roulages sur le sec, un “crachin” typiquement de pays faisait son apparition lors de la seconde séance qualificative. “Mon premier run en pneus neufs s’est très bien passé, je place la voiture au huitième rang,” explique Ulysse. “Vers la fin de session, une fine pluie a commencé à tomber et tout le monde est rentré au box. On a dû attendre les trois dernières minutes pour que l’averse ne cesse. L’équipe m’avait chaussé un deuxième train de gommes neuves mais a commis une erreur en me relâchant trop tard. Vu qu’on était déjà court au niveau du timing, j’ai dû “taper” dans les pneus pour être certain de passer la ligne au bon moment. Malgré ça, quand j’ai voulu m’élancer pour mon tour chrono, j’ai été accueilli par le drapeau à damier ! Tout le monde a pu améliorer sauf moi. L’erreur est humaine mais c’est frustrant, d’autant qu’on avait le potentiel pour faire mieux.”

Le dimanche, Pierre-Alexandre Jean entamait bien la première des deux épreuves du jour en se glissant cinquième, en tête de la Silver Cup. Les choses se gâtaient à mi-parcours lorsqu’une mésentente stratégique et un ravitaillement plus difficile que prévu précipitaient la Bentley du sixième au dixième rang, au bord du top 5 de la classe. Ulysse, le couteau entre les dents, se démenait d’un bout à l’autre de son relais pour sauver la neuvième place, transformée en septième (quatrième en Silver Cup) après le déclassement de deux adversaires. “Sans cette erreur au stand, on aurait terminé troisième au général et devant en Silver, c’est rageant,” regrette-t-il.

Depuis la 14ème place de grille, Ulysse prenait le départ de la Course 2. Malgré un envol solide, un accrochage entre plusieurs voitures juste devant ses pare-chocs l’empêchait de se frayer un chemin avant le premier virage. Retombé 18ème, il ne lâchait rien, doublait deux rivaux avant de céder le volant à son équipier qui bouclait ce deuxième sprint de 40 tours en 12ème position, la cinquième en Silver Cup.“Cette deuxième course fut à l’image de notre week-end : compliquée. On s’est bien battu mais ces résultats sont clairement en-deçà de nos attentes. On vise toujours la deuxième place au général mais il faudra sortir une grosse performance à Valence.”

Prochain rendez-vous en piste pour Ulysse De Pauw les 25 et 26 septembre 2021 pour la cinquième et dernière manche du GT World Challenge Europe – Sprint Cup sur le circuit Ricardo Tormo de Valence, en Espagne.

Source: Com