Victoire pour Bert Bosmans (D4) et Geoffray Vecoven (D1-2-3)

Bert Bosmans en a profité pour s’imposer en D4 (L. Jacquemin)

Finale du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des rallyes-sprints, le « Villersois » a livré un verdict parfois cruel pour plusieurs de ses animateurs. Profitant de ces déconvenues, Bert Bosmanset Geoffray Vecoven s’imposaient, respectivement en Division 4 et en Divisions 1-2-3. Enfin, Laurent Detal (« Classic ») et Lionel Junius (« SR ») se montraient les meilleurs dans les classements réservés aux anciennes.

Une semaine après le Rallye du Condroz, la région de Villers-le-Bouillet vibrait à nouveau au son des moteurs. Après leurs homologues nationaux, c’était cette fois au tour des pilotes communautaires avides de rallye-sprint de conclure leur saison à l’occasion du désormais traditionnel Rallye-Sprint Villersois, organisé de main de maître par le Motor Club Hannutois. Un succès nullement démenti puisque, cette année encore, l’épreuve affichait complet.

Favori en Division 4(réservée aux véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition ou de traction intégrale) et vainqueur sortant, Jean-Frédéric Colignon quittait d’emblée la caravane, embrayage hors d’usage sur sa Mitsubishi Lancer Evo 9. Sur une monture identique, Didier Lejeune n’en demandait pas tant et tenait les rênes de la course jusqu’à la dernière spéciale où il était, lui aussi, trahi par l’embrayage de sa nipponne. Une cruelle désillusion pour ce sympathique pilote, paraplégique on le rappelle, et dont la victoire aurait certainement fait plaisir à beaucoup de monde. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le néerlandophone Bert Bosmans en profitait pour cueillir les lauriers. Ancien assidu des rallyes du début du millénaire, cet inconditionnel de la marque bavaroise fut lui aussi victime d’un grave accident professionnel le tenant éloigné des compétitions routières durant plus de 10 ans. Le pilote de la jolie BMW M3 E90 l’emportait devant les tractions intégrales de Marc Collette (Subaru Impreza STi) et Philippe Hellings (Mitsubishi Lancer Evo 9). Au pied du podium, cet autre « revenant » qu’est Didier Monin, raflait la classe 13 sur une…Peugeot 205 GTi (évidemment !). Il précédait l’Andennais Emile Tollet qui, déjà sacré champion en « Prov’Historic Classic », avait préféré s’aligner ici sur une BMW M3 E46. Derrière lui, Jean-Marc Larivière (Peugeot 106 GTi) fêtait dignement son sacre communautaire en s’imposant d’un cheveu face à Florent Honnay (Opel Adam R2) pour le gain de la victoire en classe 12.

Geoffray Vecoven termine sa saison 2019 comme il l’avait entamée…par une victoire ! (L. Jacquemin)

En Divisions 1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires,Laurent Cravillon ne ratait pas ses débuts en classe 10. Au volant de sa « nouvelle » Renault Clio RS, il s’installait d’emblée en tête jusqu’à ce que des soucis de pompe à essence ne le retardent considérablement au 3ème passage. Jamais bien loin de Cravillon alors qu’il découvrait le pilotage de la DS 3 R3, Bertrand Baudouin prenait le relais et, alors qu’il semblait avoir course gagnée, fautait au cours du dernier passage perdant plus d’une minute dans l’aventure. En embuscade permanente, Geoffray Vecoven saisissait l’opportunité et terminait sa saison comme il l’avait commencé (au Rallye de Hannut), par une victoire ! « Elle fait naturellement du bien celle-ci car, après le Rallye de Hannut, nous avons souvent enchainé les petites déconvenues avec, notamment, un relais de pompe à essence capricieux qui nous a souvent retardés. J’étais intrinsèquement un peu moins rapide que Laurent Cravillon et Bertrand Baudoin mais je ne vais pas bouder mon plaisir. Même équipée d’une boite séquentielle, ma VW Golf 2 GTi 16v reste d’une autre génération », confiait le vainqueur du jour. Dauphin de Vecoven, Damien Marée (Peugeot 306 GTi) pouvait lui aussi conclure sa saison sur une bonne note alors qu’il a peu roulé cette année. Le trio victorieux était complété par la Renault Clio RS de Corentin Tordeurs tandis qu’au pied du podium, Emmanuel Balthasar parvenait à placer sa sempiternelle Peugeot 309 GTi 16. Il devançait Pascal Bomblé, 5ème, aussi à l’aise en classe 9 qu’il ne l’était autrefois en 5 avec sa Peugeot 106 GTi. On rappellera qu’en D1-2-3, le nouveau champion, Quentin Clignet (absent ici) était déjà connu depuis la manche précédente au rallye-sprint du Trèfle.

Au-delà du top 10, on relevait la victoire en classe 11 du spectaculaire Maxime Hébrant, qui pointait à la 12ème place sur son Opel Manta i240. Il devançait d’ailleurs de peu le lauréat de classe 6, Alain Daco (Renault Clio RS). Un peu plus loin au classement, dans la classe 8, le duel entre Michaël Pirnay (Citroën AX) et Matis Kremer (Toyota Yaris) battait son plein et tournait finalement à l’avantage du premier pour 3″. Juste derrière ces 2 protagonistes, classé au 21ème rang final, Kylian Debroux (Honda Civic) se montrait le meilleur représentant de la classe 5. Si Yves Fabry (45ème) ravisait la 4 au volant de sa Suzuki Swift GTi, le journaliste Alexandre Peeters (46ème) remportait quant à lui la classe 3 et la Division 1 au volant de sa Ford Fiesta ST qu’il utilise au quotidien. Dans cette division, le Namurois précédait la famille Fréhisse (Renault Clio Sport) qui pouvait se consoler avec la victoire en classe 2.

Victoire irréprochable pour Laurent Detal en Prov’Historic Classic (L. Jacquemin)

Du côté des véhicules historiques, si Jean-Marc Devillersétait le mieux réveillé, il était ensuite débordé par Laurent Detal qui s’imposait devant lui alors que Frédéric Souris complétait un podium « Classic »  exclusivement composé de Ford Escort MK2. Classées en tir groupé entre le 6ème et le 8ème rang, Eddy Schouffler (Porsche 944), Quentin Willems (BMW 316i) et Philippe Bernard (Opel Corsa GT) remportaient leurs catégories respectives. Enfin, dans le classement SR, réservé aux voitures ne répondant plus à la fiche d’homologation d’origine, après les ennuis du premier leader, Christian Delleuse (Ford Escort MK2), Lionel Junius imposait sa BMW E30 devant l’autre BMW de Matthieu Louis, nouveau champion communautaire de la catégorie.

Lionel Junius s’est montré le plus rapide en PH SR (L. Jacquemin)

CLASSEMENTS GÉNÉRAUX

Division 4 :

1. B. Bosmans-B. Hontis (BMW M3 E90-1er 4/14) en 37’21

2. M. Collette-P. Warnier (Subaru Impreza STi-4/14) +40″

3. P. Hellings-J. Frankenne (Mitsubishi Lancer E9-4/14) +56″

4. D. Monin-J-J. Nyssen (Peugeot 205 GTi-1er 4/13) +58″

5. E. Tollet-G. Mattart (BMW M3 E46-4/14) +2’42

6. J-M. Larivière-I. Wenin (Peugeot 106 GTi-1er 4/12) +3’30

7. F. Honnay-M. Gornik (Opel Adam R2-4/12) +3’31

8. J-C. Jacques-N. Scieur (Toyota Corolla GT-4/12) +3’48

9. F. et A. Les (Peugeot 306 GTi-4/13) +4’45

(9 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. G. Vecoven-L. Van Huffel (VW Golf 2 GTi 16v-1er 3/10) en 37’27

2. D. Marée-M. Vanorshaegan (Peugeot 306 GTi-3/10) +8″

3. C. Tordeurs-M. Werner (Renault Clio RS) +14″

4. E. Balthasar-L. Dejardin (Peugeot 309 GTi 16-3/10) +17″

5. P. Bomblé-A. Collignon (Peugeot 106 GTi-1er 3/9) +19″

6. B. Baudoin-J. Grandmont (DS 3 R3-3/10) +25″

7. C. Le Nouvel-C. Focant (Peugeot 205 GTi-3/9) +38″

8. R. Servais-M. Renkin (Opel Corsa GSi-3/9) +40″

9. F. Marcolongo-F. Bailly (Peugeot 206 RC-3/10) +42″

10. J. Delleuse-M. Wilmet (Opel Corsa GSi-3/9) +51″

11. S. Pezzetti-F. Hennen (Renault Clio RS-3/10) +53″

12. M. Hébrant-V. Wiard (Opel Manta i240-1er 3/11) +53″

13. A. Daco-K. Dechany (Renault Clio RS-1er 2/6) +55″

14. P. Wathlet-A. Lafontaine (Opel Corsa GSi-3/9) +1’16

15. W. Piccinini-G. Ré (Opel Corsa GSi-3/9) +1’19

19. M. Pirnay-G. Maitrejean (Citroën AX-1er 3/8) +1’38

21. K. Debroux-A. Hardy (Honda Civic-1er 2/5) +1’41

45. Y. Fabry-G. Gérard (Suzuki Swift GTi-1er 2/4) +4’11

46. A. Peeters-F. Hannoteau (Ford Fiesta ST-1er 1/3) +4’18

49. S. et A. Fréhisse (Renault Clio Sport-1er 1/2) +4’44

(79 classés)

Prov’Historic Classic :

1. L. Detal-G. Libioul (Ford Escort MK2-1er PH/18) en 38’54

2. J-M. Devillers-N. Lamy (Ford Escort MK2-PH/18) +44″

3. F. Souris-N. Pudelow (Ford Escort MK2-PH/18) +46″

4. A. et C. Delchambre (Ford Escort MK2-PH/18) +2’40

5. L. Renard-O. Beaujean (Ford Escort MK2-PH/18) +4’17

6. E. Schouffler-V. Delathuy (Porsche 944-1er PH/19) +4’37

7. Q. Willems-S. Piron (BMW 316i-1er PH/17) +4’53

8. P. Bernard-M. Buyle (Opel Corsa GT-1er PH/16) +8’47

9. N. Frambach-N. Hoebanckx (Skoda 130-PH/16) +9’21

(9 classés)

Prov’Historic S/R :

1. L. Junius-J. Frankenne (BMW E30-1er PH/SR) en 39’21

2. M. Louis-J. Tomballe(BMW 325i) +21″

3. P. Meuleman-B. Van De Casteele (Opel Manta B) +49″

4. J-F. Gilles-S. Remy (BMW 320i) +54″

5. S. Defer-P. Bauwens (Toyota Corolla GT) +5’05

6.C. Delleuse-J-F. Riga (Ford Escort MK2) +16’12

(6 classés)