Sam Dejonghe et Denis Dupont ne garderont pas un souvenir impérissable de leur week-end à Colmarberg. Accrochage, souci de jante, pénalisation et performances en berne ont émaillé le déplacement des membres du RACB National Team à cet avant-dernier rendez-vous du TCR Benelux.

Pour un pilote, l’apprentissage du sport automobile passe aussi par des «jours sans», des moments où on a l’impression que rien ne va vraiment. C’est un peu ce qu’ont ressenti Sam Dejonghe et Denis Dupont, ce week-end, à Colmarberg. Le comble, c’est que les deux jeunes recrues du RNT étaient parties au Grand-Duché avec le moral au zénith, persuadés que leur SEAT Leon allait se montrer plus performante encore grâce à une boîte de vitesses séquentielle et un différentiel mieux adapté. Hélas, ils ont déchanté… «Sans que l’on comprenne pourquoi, la voiture n’affichait pas les performances espérées », constatait Denis Dupont. «C’était pourtant le cas voici quelques jours quand nous avons mené des essais privés sur le circuit de Mettet.»

Lors de la course d’endurance, samedi, Denis était vite contraint à l’abandon à la suite d’une touchette dans les pneus installés à la chicane.

«Lors de ce départ serré, j’ai probablement subi un contact de la part d’un concurrent. Ce qui a déstabilisé la voiture et m’a expédié dans le mur de pneus.»

colmarberg-1

Contrainte à l’abandon, la SEAT Leon passait rapidement entre les mains des techniciens de l’équipe WRT qui, quelques heures plus tard, rendaient au bolide son aspect initial.

A la suite de la mésaventure de la veille, la SEAT noir-jaune-rouge s’élançait du fond de la grille pour le premier sprint. Sam Dejonghe était au volant.

«De la 11e position, je suis remonté au 4e rang», souligne-t-il. «Mais j’ai cassé la jante avant gauche sur un vibreur. Il n’y a pas eu de crevaison mais cet incident a complètement détruit le pneu. J’ai été contraint de ralentir et c’est en 6e position que j’ai coupé la ligne. La seconde course s’enchaînant aussi vite, il était impossible de remplacer la roue défaillante. Cette fois, je me suis classé 6e.»

Pour sa part, Denis Dupont se hissait au 8e et 6e rangs des rounds suivants. Dans cette dernière manche, Denis fut pénalisé pour avoir court-circuité le tracé à la suite d’un incident survenu au départ de la Sprint Race 4. «Nous n’avons pas réussi le résultat espéré mais ce n’est pas ce couac qui va atteindre notre moral», affirment les deux jeunes pilotes. «Nous savons que tout sera mis en œuvre pour pouvoir à nouveau disposer d’une SEAT Leon compétitive lors de l’ultime round à la fin du mois d’octobre à Mettet. Une belle occasion de terminer la saison en beauté.»