Pour les jeunes pilotes du Pirelli Junior BRC, la terre de l’épreuve limbourgeoise constituera évidemment un challenge spécial, même si la proportion de terre a été ces dernières années volontairement réduite par l’organisation. Pour aller vite sur ces portions non-revêtues, il faut évidemment une certaine dose de courage, mais aussi un bon car controlet beaucoup de concentration. Ce terrain est donc parfait pour la formation des jeunes pilotes.

Si Grégoire Munster disputera cette année plusieurs épreuves sur terre en Championnat d’Europe, le terrain qui l’attend à Bocholt n’a évidemment rien à voir avec celui qu’il a découvert aux Açores puisqu’il devra affronter ces portions de terre avec des pneus slicks et des suspensions destinées à l’asphalte. Parfaitement dans le rythme, Grégoire Munster a déjà prouvé que son titre Junior en 2018 ne devait rien au hasard. Âgé de 20 ans seulement, le fils de Bernard Munster est aujourd’hui pilote officiel Opel Motosport en Championnat d’Europe. Et chez nous, il s’est ménagé une belle avance au classement du Pirelli Junior BRC à l’issue du Rallye de Wallonie.

À Bocholt, pour engranger un maximum de points de bonus, il devra à nouveau battre un autre pilote Opel, Timo Van der Marel. Le Néerlandais n’étant pas un Junior, la bagarre pour le prestige concernera évidemment la classe RC4.

Régulier depuis le début de la saison, Tobias Brüls occupe actuellement la deuxième place du championnat devant Thibaud Mazuin. Violemment sorti de la route à Namur, Glenn Snaet sera cette fois forfait. Gilles Pyck entend par contre revendiquer la victoire dans le Limbourg sur sa Peugeot tandis que Valentin Vertommen pourra profiter au maximum du couple du moteur turbo de sa Ford Fiesta R2T. Âgé de 18 ans, Charles Munster, le jeune frère de Grégoire, sera aussi de la partie à Bocholt sur une version Cup moins puissante de l’Opel Adam.

Source: Com