Loeb a ouvert le bal et Peterhansel a répliqué

En l’absence des meilleurs pilotes Toyota, et notamment de Nasser Al-Attiyah, et avec seulement Yazeed Al Rajhi comme fer de lance de l’équipe Mini X-Raid, Peugeot ne peut pas être battu cette année sur le Silk Way Rally. Cette relative désaffection est d’autant plus regrettable que cette épreuve est nettement plus intéressante sur le plan sportif que le Dakar sud-américain. Mais sur le plan promotionnel, l’organisation franco-russe du Silk Way n’a rien à voir avec la machine de guerre qu’est TSO et ce magnifique raid asiatique va donc malheureusement se dérouler dans la plus grande discrétion.

En remportant la 2ème étape, Stéphane Peterhansel a pris la tête de la course.

Logiquement, les deux premières étapes ont été dominées par les pilotes Peugeot. Sur un tracé plus typé ‘WRC’ que ‘rallye-raid’, et dans des conditions boueuses, Sébastien Loeb a fait parler son talent le premier jour, devançant Stéphane Peterhansel et Cyril Despres, qui avait le handicap d’ouvrir la route.

Hier, sur une spéciale de 157 km, Peterhansel et Cottret ont profité du travail d’ouverture de leurs équipiers Loeb-Elena pour renverser la vapeur et s’emparer de la tête du classement général auto devant Loeb et Despres. Mais les trois Peugeot 3008 DKR ne sont séparés que de 1’19 ».

Encore fallait-il conserver les trajectoires sur ce tracé rendu particulièrement glissant par des averses importantes sur cette région de Bachkirie. Souvent très « enthousiaste », malgré la présence à sa droite de Tom Colsoul, appelé à le seconder… trois jours avant le départ (!), le Saoudien Yazeed Al Rajhi (Mini JCW) a concédé près de 4 heures en terminant dans un trou deux mètres en contrebas une sortie de piste à 34 km de l’arrivée.

Associés en dernière minute, Yazeed Al-Rajhi et Tom Colsoul ont déjà perdu toute chance de victoire.

L’Américain Bryce Menzies (Mini JCW) et le Chinois Han Wei (Geely SMG Buggy) complétaient le top 5, tant à l’étape qu’au général.

L’Australien Adrian Di Lallo n’est pas né… de la dernière pluie. Sur son Isuzu MU-X, il s’est imposé deux fois en catégorie T2 (réservée aux véhicules plus proches de la série) et devance ainsi le Toyota Land Cruiser officiel du Japonais Akira Miura de plus de 5 minutes.

Le Néerlandais Van den Brink a pris un très bon départ sur son Renault Truck, 6ème au général! (Anton Elikov/SWR)

En Camions, Martin van den Brink (Renault Sherpa) et Gerard De Rooy (Iveco 4×4) se sont offert un duel à distance sur cette 2ème étape du Silk Way Rally. Profitant de l’excès d’enthousiasme des pilotes Tatra, Kolomy et Loprais, mais également de Viazovich (MAZ), tous trois partis à la faute, les deux pilotes néerlandais ont parfaitement tiré leur épingle du jeu. Et si Van den Brink a devancé De Rooy de 2’04 » à l’étape, au général, il ne compte que 13″ d’avance sur son ‘meilleur ennemi’ des Pays-Bas.

Vainqueur de la 1ère étape, le Tchèque Martin Kolomy (Tatra) a concédé plus de 11′ et plonge à la 5e place au général. Une broutille par rapport aux 56 minutes perdues par Siarhei Viazovich (MAZ). Quant à Loprais, il a perdu plus de 2 heures.

Aujourd’hui, 800 km de pistes rapides attendent les concurrents, pour entrer au Kazakhstan. Au passage, ils s’affronteront sur 329 km contre le chrono.

Classement général après Etape 2
1. S. Peterhansel / J.-P. Cottret (F-Peugeot 3008 DKR) 2h33’31 »
2. C. Despres / D. Castera (F-Peugeot 3008 DKR) 2h37’03 »
3. S. Loeb / D. Elena (F-Peugeot 3008 DKR) 2h34’50 »
4. B. Menzies / P. Mortensen (USA-Mini JCW Rally) 2h45’31 »
5. W. Han / L. Min (CHN-SMG Buggy Geely) 2h51’02 »
23. Y. Al-Rajhi / T. Colsoul (UAE/B-Mini John Cooper Works) 4h45’10″…