Avec O’Neill jouant le titre en ADAC Kart Masters dans la catégorie X30 Senior à Wackersdorf et Esteban effectuant ses débuts en GT3 dans la très prestigieuse Blancpain GT Series à Barcelone, la famille Muth était écartelée la semaine dernière. Mais la couronne allemande pour le cadet et une prestation plus que convaincante pour l’aîné ont transformé ce dernier week-end de septembre en un souvenir indélébile !
Depuis leur plus jeune âge, Esteban et O’Neill Muth ont l’habitude de se retrouver sur les pistes de karting. Mais en montant peu à peu dans la pyramide du sport automobile, les deux frangins voient parfois leurs chemins prendre des directions opposées. Le week-end dernier, O’Neill était ainsi à Wackersdorf, en Allemagne, pendant qu’Esteban se retrouvait sur le Circuit de Barcelona-Catalunya.
Débuts en GT3 très prometteurs pour Esteban
Pour l’aîné des deux, qui s’est distingué fin juillet pour sa première apparition dans le championnat japonais de Formule 3, ce rendez-vous espagnol avait tout d’une découverte. « C’était en effet ma toute première course dans une GT3 d’environ 500 chevaux », explique le Bruxellois de 17 ans seulement. « Je n’avais fait qu’une journée d’essais en Grande-Bretagne avec la Mercedes-AMG GT3 avant d’arriver à Barcelone, mais je me sentais en confiance. Physiquement et mentalement, nous bénéficions d’un encadrement idéal avec le Strakka Racing et il n’y avait aucune raison pour que je ne sois pas dans le coup. »
Dès les premiers essais libres, Esteban démontrait qu’il avait tout à fait sa place à ce niveau en faisant jeu égal avec ses équipiers, le Français Romain Monti, vainqueur de sa catégorie lors des 24 Heures de Spa 2018, et le Néerlandais Max Koebolt, ex-Champion d’Europe GT4. Lors des essais qualificatifs, il faisait plus fort encore en s’offrant le 14e temps de la troisième séance – et la 3e place en Silver Cup – sur 46 concurrents, devançant au passage de nombreuses références des courses pour voitures de Grand Tourisme.
« En prenant la moyenne du chrono des trois pilotes, nous sommes partis 17e sur la grille de départ »,poursuit le pilote du Strakka Racing. « La course a été très chahutée et, durant mon relais, j’ai dû éviter un accrochage devant moi. Malgré ça, j’ai croisé la ligne d’arrivée à la 9e place en ayant pu afficher un très bon rythme par moments puisque j’étais parmi les plus rapides de ma catégorie. Malheureusement, alors que je me battais pour le podium en Silver Cup, il y a aussi eu une incompréhension avec un autre concurrent lors d’un dépassement et nous nous sommes touchés. J’ai été pénalisé pour l’incident et nous sommes finalement classés à la 19e position. Un peu décevant, mais l’équipe était néanmoins très contente de ma prestation. »
Il n’empêche qu’Esteban a réussi son examen de passage. Le protégé d’André Lotterer a en effet séduit les observateurs, tant par sa pointe de vitesse que par sa maturité malgré son très jeune âge. De bon augure pour la suite !
Un titre avec panache pour O’Neill
Dans un autre coin de l’Europe, à Wackersdorf, O’Neill disputait quant à lui la finale de l’ADAC Kart Masters, la compétition allemande de Karting. Après un week-end très compliqué à Kerpen, le jeune gaillard de 16 ans abordait ce rendez-vous à la deuxième place de la catégorie X30 Senior, avec un retard de 11 points. Mais le début de week-end se révélait catastrophique. « Pourtant, nous étions performants », insiste-t-il. « Mais j’ai écopé d’une pénalité lors d’une manche qualificative que j’avais gagnée à cause d’une fixation de carénage avant mal fixée, conséquence d’un passage sur un vibreur. Ensuite, je me suis fait percuter dans une autre manche. »
Ces coups du sort repoussaient O’Neill à la 21e place samedi soir au terme des manches qualificatives. « Je dois avouer que je n’y croyais plus trop moi-même », avoue le pilote de l’équipe CV Performance, qui est le Junior Team de la formation HTP Motorsport, très active en GT. « Il me fallait effectuer une remontée pratiquement miraculeuse lors de la première course pour garder une chance de titre. »
Mais le Bruxellois n’est pas du genre à laisser tomber les bras. Il se lançait à corps perdu dans la bagarre. Sous les yeux médusés des spectateurs, il multipliait les dépassements et les meilleurs tours en course pour finalement s’emparer des commandes peu avant l’arrivée. « Cette course s’est déroulée comme dans un rêve », sourit-il. « Mon châssis KR était diablement efficace, j’étais sur mon nuage et j’avais l’impression que rien ne pouvait m’arrêter. »
En pole pour la seconde course, O’Neill prenait d’emblée les commandes pour ne plus les lâcher. « Après avoir été deux fois champion de Belgique et après avoir remporté une Coupe de France, me voilà donc champion d’Allemagne ! »
À 16 ans, O’Neill ne cesse de démontrer son talent et sa rage de vaincre. Sa première saison très prometteuse en Formule 4 l’an dernier lui a permis de prouver qu’il peut briller tant en monoplace qu’en karting. « Mais le nerf de la guerre, c’est toujours l’argent », reconnait-il. « Merci donc à tous ceux qui nous soutiennent, mon frère et moi, et qui nous aident à poursuivre nos rêves. Merci aussi à Dino Chiesa, le patron de la marque KR, pour son soutien technique cette saison. Chaque fois qu’une opportunité se présentera, comme ce fut le cas cette année avec CV Performance, nous donnerons le meilleur de nous-mêmes pour la saisir ! »
Source : Com