Vous êtes nombreux à nous contacter pour savoir pourquoi vous n’avez pas reçu ce vendredi le Speed #12 dans votre boîte aux lettres…

Nous avons donc décidé de vous faire partager un peu notre quotidien. Sans rien vous cacher.

La semaine dernière, nous avions annoncé sur notre site Web et via nos médias sociaux le report d’une semaine du #12 de Speed. Qui était initialement prévu le 11 mai. Nous avions décidé de le reporter au 18 pour diverses raisons, et notamment deux jours fériés qui nous compliquaient la vie, certains maillons de la chaîne faisant le pont. (Les dates des jours fériés, on les connaissait…)

Ce lundi 14 mai, parce qu’il est aussi passionné que nous, notre imprimeur a pu assurer l’impression des milliers d’exemplaires du Speed #12, dans les deux langues. Après l’indispensable assemblage, les magazines destinés aux abonnés ont été acheminés chez le « routeur », chargé d’emballer individuellement chaque exemplaire, d’apposer les étiquettes et de déposer les magazines au centre de tri de BPost.

Et c’est là qu’un imprévu est survenu… En effet, mercredi, le centre de tri de Bruxelles X pointait aux abonnés absents… Il n’y en avait en effet personne – pas âme qui vive – pour réceptionner nos casiers. Grève. Toute la journée. Aucun service minimum, aucune explication et aucune excuse évidemment.

BPost se retranchant derrière son délai de 2 jours ouvrés pour livrer le magazine, votre facteur (lui n’est pas coupable, donc restez sympa avec lui ou elle!) n’a pu déposer ce matin le Speed #12 dans votre boîte aux lettres. Et comme lundi est encore un jour férié légal, il n’arrivera donc que mardi dans les boîtes aux lettres. Une catastrophe, que nous sommes évidemment les premiers à regretter!

Est-ce notre faute? Vous pouvez penser que oui. Comme pour le réchauffement climatique – ben oui, nous aussi, il nous arrive de nous déplacer en voiture et d’allumer le chauffage en hiver.

BPost ayant le monopole de la distribution du courrier en Belgique, nous n’avons d’autre choix que de faire appel à ses services. A ses conditions évidemment. Ce retard ne fera que renforcer notre détermination à vous proposer « autre chose » que de simples reportages. Ce que nous faisons depuis le lancement de Speed. Notre volonté est de vous proposer des sujets – rencontres, interviews, plongées dans les coulisses, analyses décalées… – que vous ne retrouvez dans aucun autre média. Et certainement pas sur les sites Web.

En attendant, vous pouvez découvrir ci-dessus la couverture de notre nouveau numéro ainsi qu’une partie de son contenu. Et dès mardi, bonne lecture!