La 46e édition du TAC Rally, troisième manche du Jobfixers Belgian Rally Championship, a totalement répondu aux attentes. Ce samedi, tous les ténors du Championnat de Belgique étaient au départ. Et durant toute la journée, ils ont offert un spectacle de haut vol. Mais un pilote a dominé les débats, le Champion de Belgique en titre. En effet, dès la deuxième spéciale, Kris Princen s’emparait de la tête du classement pour s’imposer au final avec une avance de 18″5.

Pourtant, décrocher cette 4e victoire à Tielt n’a pas été un jeu d’enfant pour Kris Princen. « Non, nous avons dû attaquer du départ à l’arrivée. Avec une quinzaine de secondes d’avance, on ne peut pas contrôler. Derrière, ça attaquait encore très fort. Cette année, le parcours du TAC était particulièrement glissant. J’ai donc dû rester sur mes gardes jusqu’au bout », expliquait Kris Princen, qui en profite pour reprendre la tête du championnat. Mais il fera l’impasse sur la prochaine manche, le Rallye de Wallonie, programmé fin avril.

La deuxième place est revenue à Sébastien Bedoret, le pilote officiel Skoda Belgique, qui n’a concédé au final que 18″5 sur ce parcours où il avait décroché sa première victoire en Junior : « J’aime les spéciales du TAC, même si on n’a aucune marge. Nous n’avons pas commis la moindre erreur aujourd’hui et durant l’après-midi, j’ai réussi à distancer Adrian Fernémont et Vincent Verschueren. Je suis très heureux de ce résultat, d’autant plus que nous avons signé deux meilleurs temps. »

Cédric Cherain, qui entamait l’épreuve en leader du championnat, est sorti de la route pour le compte dans la troisième spéciale. Pour la première fois au départ à Tielt, Adrian Fernémont a attaqué très fort en fin de course pour s’offrir la dernière marche du podium : « La bagarre fut belle avec Vincent Verschueren, mais je voulais absolument finir sur le podium pour mes débuts à Tielt. Après la deuxième place à Spa, je suis très heureux de pouvoir terminer aujourd’hui devant Vincent Verschueren. C’est un beau résultat, qui me donne confiance en vue du Rallye de Wallonie, où je veux battre Sébastien Bedoret. »

Vincent Verschueren était là pour gagner, mais il devait se contenter de la quatrième place. « Je ne pouvais pas faire mieux. J’ai attaqué au maximum, mais en première boucle, je ne trouvais pas le grip et la voiture était trop souple. Par après, je me suis un peu perdu dans les réglages. Ce n’était pas mon jour », reconnaissait le pilote de Zingem.

Ghislain de Mevius terminait quant à lui à la cinquième place. Encore un bon résultat dans l’optique du championnat puisque Ghislain n’avait plus mis les roues à Tielt depuis 2013 : « En raison de nos soucis de pop-off et de boîte, nous avons perdu le contact avec les premiers dès le début du rallye. Je termine ainsi derrière le groupe de tête et devant le second peloton. C’est dommage car je n’avais pas de concurrent direct. Au Rallye de Wallonie, je veux jouer devant ! »

Après le retrait de Pieter-Jan Michiel Cracco et une pénalité de 2 minutes pour Niels Reynvoet, la 6e place revenait à Patrick Snijers. Mais le pilote de la VW jaune n’était pas satisfait : « Je savais que j’avais encore besoin de kilomètres avec cette VW Polo, mais je voulais être plus proche de la tête. Terminer à 1’50, ce n’est pas bon. J’ai démarré trop prudemment. Je voulais éviter toute erreur. Mais je dois pouvoir aller plus vite… »

Derrière Snijers, on retrouvait au 7erang Bert Cornelis, suivi de Niels Reynvoet, qui signait à domicile une belle 8eplace au terme d’un rallye sans faute. Tim Van Parijs amenait quant à lui sa Porsche à la 9e place, empochant au passage la victoire en R-GT. Kevin Demaerschalk entamait sa saison avec une 10e place sur la Citroën C3 R5 de J-Motorsport après avoir disputé les trois-quarts de l’épreuve avec des soucis de freins.

Après la lourde sortie de Grégoire Munster (heureusement plus de peur que de mal), Gilles Pyck se dirigeait vers la victoire en Pirelli Junior BRC, mais le pilote Peugeot se faisait à son tour surprendre en vue de l’arrivée. La victoire revenait ainsi à Joachim Wagemans, qui créait la surprise en imposant la Peugeot 208 R2 ex-Vermeire. « La voiture n’était pas aussi bien réglée que mon habituelle 208 R2. Aujourd’hui, le plus vite, c’était Gilles Pyck. Mais je n’ai pas commis d’erreur », souriait le pilote de Kapellen.

En M-Cup, Van den Brand est sorti de la route et Boulat a renoncé suite à des soucis techniques. La victoire revenait finalement à Kurt Braeckevelt, qui avait été particulièrement malchanceux l’an dernier. En Historic, si Glenn Janssens était le plus rapide, il devait abandonner. Sur sa Sierra, Dirk Deveux, disputait toute l’épreuve avec une boîte endommagée. La victoire tombait ainsi dans l’escarcelle de Nick Toorré sur sa Ford Sierra Cosworth.

Avec Com