Comme on pouvait s’y attendre, Kris Princen a contrôlé son avance durant la 2ème boucle du TAC Rally, ce qui ne l’a pas empêché de l’augmenter encore un peu. Après 8 des 14 spéciales au programme, l’avantage du leader du championnat se monte à 33″7 par rapport au champion en titre, Vincent Verschueren. A ce stade de la course, Sébastien Bedoret assure même un podium complet à Skoda.

Après la 2ème boucle, Kris Princen semble bien parti pour remporter une nouvelle fois le TAC Rally. (photo BRC/Duprez)

« J’ai encore roulé vite durant cette boucle, mais je n’ai plus pris de risques dans les cordes les plus sales ou les plus creusées, » explique Kris Princen au second regroupement baigné de soleil à Tielt. « J’ai adapté mon rythme à celui de Vincent Verschueren. »

Son grand concurrent pour le titre, Vincent Verschueren, a dû à nouveau accepter à quatre reprises la supériorité de Kris Princen. « Les réglages de l’auto sont bons, les pneus sont bons et le pilote a fait ce qu’il a pu. On ne peut pas mieux. Ce n’est tout simplement pas suffisant pour aller rechercher Kris, » analyse Vincent avec réalisme.

Dès le début de la boucle, Sébastien Bedoret a pris l’avantage sur Melissa Debackere à la 3ème place. Une bonne entrée en matière pour le jeune pilote de Donstiennes, qui a progressivement haussé le rythme. Melissa est néanmoins très contente avec sa 4ème place provisoire. « Je n’ai pas roulé souvent sur le sec avec la Skoda. Ça me donne plus de confiance. Le fait de pouvoir rouler à nouveau avec Cindy Cokelaere comme copilote est aussi un plus. Nous nous connaissons bien. Oui, tout se passe vraiment bien aujourd’hui, » sourit Melissa.

Tout en prenant ses marques au volant de la Fabia R5 officielle, Sébastien Bedoret a pris l’avantage sur Melissa Debackere à la 3ème place.

Tim Van Parijs avait pris le meilleur départ parmi les nombreux (10) pilotes de Porsche au départ. Mais il a crevé à Schuiferskapelle: « Nous avons dès lors monté deux pneus étroits à l’arrière et ainsi dû parcourir trois spéciales avec nettement moins de grip. Nous sommes maintenant 7èmes mais la bagarre avec Kevin Abbring est hélas terminée. »

Ce n’est toutefois pas le Néerlandais qui mène la danse des Porsche mais bien Gunther Monnens. « Je ne m’y attendais pas moi-même, » plaisante le Limbourgeois, qui s’est vu accorder un chrono forfaitaire logique après avoir été gêné par la sortie de Snijers dans l’ES 3. « C’est finalement mon premier vrai rallye avec la 997 puisqu’au Haspengouw, je n’ai pu parcourir qu’une seule spéciale sans problème. C’est évidemment réjouissant de pouvoir me mesurer à Kevin, un pilote de pointe au niveau international. »

Kevin Abbring pointe ainsi en 2ème position des Porschistes: « J’ai fait une petite erreur en début de course et je devais encore approfondir ma connaissance du parcours. Ce n’est pas fini… » promettait Abbring, qui n’a pas tardé à prendre la Porsche en mains, même s’il avoue que ce n’est pas une voiture facile à piloter.

Didier Duquesne suit à la 8ème place, devant Robin Maes, qui a endommagé dans une corde une biellette de direction de sa Fabia R5. La 10ème place est maintenant occupée par Achiel Boxoen, le plus rapide des pilotes JobFIXers.

Après l’abandon de Stefaan Stouf, Paul Lietaer ne devrait plus être inquiété pour la victoire en Historic. (photo BRC/Duprez)

Dans la M Cup, Mats Van den Brand est bien revenu sur le leader Franky Boulat, mais celui-ci n’a nullement l’intention de se laisser faire. Chez les Juniors, Niels Reynvoet a augmenté son avance sur Grégoire Munster, qui a opté pour des gommes trop dures à l’arrière. Pour la première fois dans sa jeune carrière, Jean Dilley est sorti de la route mais, grâce aux spectateurs, sa Fiesta a pu reprendre la route après quelques minutes. En Historic, Paul Lietaer, très beau 12ème au général, est bien isolé en tête suite à l’abandon de Stefaan Stouf. Dirk Vermeirsch est 2ème devant Bert Cornelis et Guino Kenis.

Six spéciales restent au programme avant l’arrivée prévue vers 21h. (B. Verstraete)