De Nivelles à Malmedy via diverses courses de côte fermées

Tour de Belgique, Tour de Belgique Marathon, Tour de Belgique New Energy, Tour de Belgique New Technology, Balade Vredestein… Les passionnés de voitures (ou même pas) ayant envie de goûter à l’épreuve mythique relancée en 2012 par DG Sport sous l’égide du RACB n’auront cette année que l’embarras du choix. Plus aucune barrière ne les retiendra puisqu’on pourra y participer avec n’importe quelle voiture!

RIEN QUE DES BONNES ROUTES

Si le Tour de Belgique New Energy restera réservé aux mécaniques fonctionnant avec des énergies alternatives, le Tour de Belgique New Technology sera ouvert aux autres motorisations. L’espoir des organisateurs est d’attirer quelques voitures d’exception au départ. Car ils promettent aussi que le parcours sera entièrement asphalté et tracé sur des routes ne nécessitant aucune protection particulière.

160602 HolvoetD 1511 VoScheldeB Celica GT TdB (EC) 670

Nous reviendrons plus tard sur le programme des épreuves « annexes ». Pour l’heure, concentrons-nous sur « les choses sérieuses », comme les a présentées Robert Vandevorst avec son franc-parler habituel. C’est-à-dire les deux épreuves réservées aux ancêtres dans cette 33ème édition du Tour de Belgique, la 7ème en régularité, programmée du 18 au 20 novembre prochains.

DEUX CATÉGORIES

Choix peut-être discutable, la « descendance » de l’épreuve d’autrefois ne portera pas le simple nom originel de Tour de Belgique, mais est rebaptisée Tour de Belgique Marathon: « La différence entre les deux épreuves concernera le menu proposé lors de la première étape, disputée le vendredi en soirée, » explique Robert Vandevorst, le directeur de course.« Alors que les équipages du Tour de Belgique s’affronteront sur deux Regularity Tests (sur la piste de l’ex-EMA à Nivelles, NdlR) que je qualifierai de « mise en jambes », les engagés en Marathon pourront montrer leur science de la navigation sur une boucle d’environ 190 km. Tous se retrouveront pour la nuit au Castel de Pont-à-Lesse près de Dinant. Mais dès le samedi matin, le parcours sera identique pour les deux catégories. »

160602 Amb (JGO) 435

Autre nouveauté importante: la fourchette d’âge des voitures admises à participer est également très élargie. « Il faut bien constater qu’une tranche importante de la population est plus intéressée par les ‘youngtimers’, les voitures marquantes de leur jeunesse, que par les plus vieilles voitures. La date-limite est donc fixée au 31 décembre 1981 (année de la création des groupes A et N en compétition), au lieu de 1975 précédemment, pour la catégorie Marathon et au 31 décembre 1991 pour le Tour de Belgique. »

DE NIVELLES À MALMEDY

Si l’on peut regretter que le Tour de Belgique 2016 sera de nouveau plutôt un « Tour des Ardennes », (« il n’est pas possible, en trois jours, d’allonger le parcours pour aller en Flandre, où il est en outre très difficile de trouver des routes tranquilles, »se défend Robert Vandevorst), elle aura le mérite de visiter de nouvelles villes pour le départ et l’arrivée. L’épreuve débutera en effet à Nivelles. Le vendredi 18/11, les participants se retrouveront en début d’après-midi pour un premier RT sur le site de la RACB Driving School (ex-EMA) puis se rendront au centre de Nivelles où ils exposeront leurs voitures pendant plus de deux heures sur la sympathique Place de la Collégiale. Ils en repartiront – les Marathon d’abord – à partir de 19h00. Plus étonnant est que l’arrivée ne sera plus jugée à Spa, mais à Malmedy, dimanche vers 16h30. Là encore, les concurrents auront la chance d’être accueillis dans un cadre unique puisqu’ils franchiront la ligne Place Albert 1er, avant de se retrouver chez Intermills pour la remise des prix et la traditionnelle réception d’après-rallye.

JOURNÉES À THÈME

Innovation supplémentaire: DG Sport a choisi de donner un thème à chaque journée. Le vendredi 18 sera consacré à la navigation. Les équipages auront notamment l’occasion de découvrir un lieu chargé d’histoire, le circuit de Floreffe qui a accueilli des épreuves motocyclistes d’envergure avant d’être fermé définitivement en 1956 au lendemain de l’accident mortel du pilote écossais Fergus Andersson.

160602 FiévezJ 1511 LysA (JG) 349

Samedi, l’accent sera mis sur les circuits et les courses de côte. Les débats débuteront à Mettet avant un détour par les côtes de la Reine à Houyet et de Gendron. Après la halte de midi à Gendron-Gare, la seconde boucle repassera par Houyet et Gendron, puis par le circuit de karting de Marche-en-Famenne pour se terminer à Barvaux vers 17h00 au domaine Azur en Ardenne. Précision importante: les RT’s tracés sur les courses de côte se disputeront sur routes fermées! A une moyenne plus élevée que sur routes ouvertes!

160602 Amb regroup Franco TdB 15 (JGO) 924

Dimanche enfin, régularité et circuit se partageront le menu. De Barvaux, les équipages mettront le cap sur Durbuy. De là, en passant notamment par la côte du Néblon, Hamoir, Ferrières et Lierneux, ils rejoindront Spa-Francorchamps pour s’y restaurer avant d’attaquer le RT sur le circuit puis la côte de Xhierfomont près de Rahier. La finale passera par Trois-Ponts et Wanne pour arriver, donc, à Malmedy où les concurrents seront accueillis comme il se doit.

 »
Je pense que c’est le plus beau parcours que nous ayons tracé en 5 ans, »
conclut Robert Vandevorst.

DROIT D’ENGAGEMENT STABLE

Cerise sur le gâteau, à défaut d’avoir pu faire mieux bien qu’ils aient essayé, le prix d’engagement reste inchangé. Un tarif préférentiel est toujours prévu pour les bulletins rentrés avant le 15 septembre.

Même s’ils ne l’avouaient pas, on avait senti l’an dernier que les responsables de DG Sport restaient sur leur faim sur le plan de la participation au Tour de Belgique. La multiplication des « petites » balades d’orientation plus abordables nuisant probablement à l’engouement pour les grandes épreuves historiques, il est donc compréhensible qu’ils ratissent plus large en ouvrant davantage l’accès au Tour de Belgique. Espérons que le pari soit judicieux et profitable à l’avenir de l’épreuve. Les routes empruntées sont tellement intéressantes et variées, et les RT’s sélectifs, que, selon nous, quand on y a goûté, on a inévitablement envie d’y revenir. D’autant plus si les haltes conviviales permettant aux équipages de partager pleinement leur passion. Rendez-vous, donc, les 18, 19 et 20 novembre prochains pour une grande fête de l’automobile d’hier et d’aujourd’hui!