Essai Toyota RAV4

Le chemin parcouru par le RAV4 depuis son lancement en 1994 l’a mené à passer de chouette et fun (Toyota ne le désignait-il pas « Fun Cruiser »), à un statut plus huppé. En atteste la dernière génération, lancée début 2019. Nous l’avons découvert l’espace d’une semaine. (Marc Lacroix)

Prise en main

Comme nous l’avons évoqué dans son historique, le RAV4 nouveau adopte un style plus tranché, plus aguicheur (bien que cela reste totalement subjectif…), dans la lignée en tous cas de la philosophie amorcée par Toyota avec son C-HR en termes de design. Plus ramassée, plus sportive aussi, l’allure a en tous cas de quoi animer les débats.

 


L’habitabilité profite du renvoie des roues aux quatre coins de la caisse et de l’allongement de 3cm à l’empattement ; l’espace aux coudes gagne aussi quelques centimètres. De même, la capacité du coffre gagne 79 lit à 580 lit.

Action

Le concept de base technique voit toujours le moteur thermique rester la source d’énergie principale, avec une unité électrique qui, selon les cas, l’aide ou s’y substitute un moment. En clair, le 2,5 litres développe ici 178 ch et passe à 218 ch en puissance cumulée (voire de 222 ch pour la version à 4 roues motrices). A l’usage, il a plutôt du répondant.

 


Plutôt décriée (à juste titre !) pour l’effet « machine à lessiver » qu’elle engendre, la transmission semble peut-être un peu moins marquée ici par ce phénomène, lequel persiste toutefois clairement une fois le pied enfoncé au plancher.

 

Autre sensation désagréable a priori, en prenant possession de notre exemplaire la pédale de frein semblait « vide », s’écrasant platement comme s’il n’y pas de freins… Bizarre… Un phénomène qui ne nous a toutefois jamais gêné durant l’essai.

Confortable et rassurant, le RAV4 2019 procure un réel plaisir de conduite, ce à quoi le centre de gravité sensiblement abaissé, grâce à la nouvelle plateforme, contribue sans doute. Nous avons aussi apprécié la direction : incisive et précise.

 


Le nouveau Toyota RAV4 se fait plus séduisant que jamais. Il affiche de surcroît un argument qui en fait un modèle un peu spécial sur le marché : il n’est disponible qu’en hybride autorechargeable (donc sans nécessité de recharger à la prise). De quoi en faire un modèle presque unique sur le marché. A partir de 42.000€.


Story Toyota RAV4

 

Né en 1994, le Toyota RAV-4 (Recreational Active Vehicle with 4-wheels Drive) a vulgarisé, avec succès, le concept du SUV (ou softroaders) que Suzuki avait amorcé quelques années plutôt avec son Vitara. Depuis, ce sont 5 générations qui se sont succédées, avec la dernière en date lancée début 2019. (Marc Lacroix)

1994 : 3 et 5 portes (3.71m/4.16m)

1997 : Facelift

03/2000 : 3 et 5 portes (3.85/4.25m)

2003 : Facelift

2006 : 5 p uniquement (4.45m)

2009 : facelift

2010 : facelift

2013 : 5 p uniquement (4.57m)

09/2015 : Facelift ; apparition version hybride

12/2017 : Le Toyota concept FT-AC annonce le futur RAV4(Los Angeles)

03/2018 : Présentation (New-York) ;

5 p uniquement (4.60m)

01/2019 : Commercialisation