L’avant-dernière manche du Trophée Andros 2018-2019 faisait escale à Lans-en-Vercors ce week-end, et la seconde journée débutait aux alentours de 17 heures.

Du côté des Elite, Lionel Gervoson savait qu’il serait très difficile d’aller cherhcer Dorian Boccolacci, mais savait aussi que tant que le dernier drapeau à damiers n’est pas présenter, tout peut encore arriver. Il fallait donc maintenir la pression et être prêt à saisir toutes les opportunités qui allaient se présenter. 4e sur la grille de départ, alors que son équipier, Lionel Daziano sur l’autre voiture Comtoyou Racing était en 8e position. Qualifications très moyenne des pilotes Audi, peu à l’aise avec leurs montures sur une piste mi-glace mi-goudron. Gervoson finira la course en 5e position et Lionel en 7e, ils gardent néanmoins solidement leurs 2e et 3e places au général.

En Elite Pro, on a une fois de plus assisté à un festival Olivier Panis. Auteur du meilleur temps des manches qualificatives, il signait le 2e temps de la super pôle, mais conservait suffisamment de points pour pouvoir s’élancer premier. Nathanaël Berthon a lui, sur les 3 tours de la 2e manche qualificative, sauvé son week-end, qui déjà mal enmanché vendredi, se poursuivait de manière décevante samedi. Il signa le 5e temps de la manche, s’offrant dès une place en super-pôle. Dans cet exercice, il signait le 3e temps derrière Panis. Il s’élancera en 6e place sur la grille de la course.

Le week-end se termina en apothéose, Olivier Panis pris un excellent départ et conservait sa place de leader, le reste du peloton suivait, avec dans l’ordre Rivière, Dubourg, Aurélien Panis et Lagorce. A l’épingle, Rivière partait à l’erreur et arrachait sa roue avant droite, du coup, Aurélien Panis et Lagorce s’immobilisaient au milieu de la piste, provoquant un double drapreau jaune. Dubourg arrivait à éviter le piège, Berthon, en évitant les voitures électriques touchait le mur de neige et endommageait la calandre de son Audi, … la course continuait. Au tour suivant, Benoit le chef de course de la voiture de Panis informa Olivier Panis par radio du danger, le grenoblois évita les deux voitures toujours immobilisées. Dubourg alors 2e, arriva quant à lui sans précaution et venait heurter la voiture d’Aurélien Panis, biellette arrière droite tordue. La direction de course brandit alors le drapeau rouge.

Les voitures s’immobilisent donc en grille, et la confusion s’empare du paddock. Certains réparant, d’autres ramenant leur voiture sur la grille, … bref, le côté bon enfant de l’Andros reprenait ses droits.

La course allait reprendre quelques longues minutes plus tard, Olivier Panis toujours en tête, suivit par Rivière qui avait par miracle retrouvé une roue et Dubourg qui avait une nouvelle biellette. N’oublions pas d’ajouter la voiture d’Aurélien Panis revenue en camion et remise sur la grille également.

Panis reprit un bon départ, mais cette fois talonné de près par Rivière qui attaqua à plusieurs reprises, allant jusqu’à envoyer Olivier Panis à la faute. L’ex-pilote de F1 usa de toutes ses ruses pour garder l’avantage, laissant Rivière sur place qui finira 4e, Dubourg 2e et Aurélien Panis 3E, et Berthon 5e. Le vainqueur du Grand Prix de Monaco 1996 s’imposait donc pour offrir à l’équipe waterlootoise une nouvelle victoire !

Au classement des teams, l’équipe brabançonne arrivera à Super-Besse, dernière étape, avec une avance très confortable de 154 points sur le 2e !

Source: Com