L’hiver est souvent la période la plus dure pour les jeunes pilotes de monoplaces non issus d’une famille aisée et non soutenus par un gouvernement, une filière, un grand constructeur ou leur fédération. En trois ou quatre mois de dur labeur, il faut trouver des budgets équivalents à une (belle) maison. Pas évident, surtout dans un petit pays comme le nôtre…

C’est pourtant le défi que relève depuis quatre ans déjà l’entourage d’Ugo de Wilde, l’un de nos meilleurs espoirs en monoplace. «C’est une période bien plus stressante et difficile à gérer pour tout le monde que les week-ends de courses, » avoue Ugo. « Il faut à la fois négocier avec les teams et avec les sponsors, tout en continuant à s’entraîner de manière intensive sans garantie que vous pourrez rouler. C’est comme assembler un énorme puzzle en sachant qu’au final s’il manque une seule pièce le résultat ne sera pas bon et vous perdrez peut-être le baquet que vous convoitez et le fruit de tout votre travail. »

Alors que le coup d’envoi de la saison 2020 d’Eurocup Formula Renault sera donné dans un peu plus de deux mois, le 18 avril à Monza, Ugo n’est toujours pas certain de se retrouver sur la grille et de pouvoir défendre son titre italien. L’an dernier, souvenez-vous, il était devenu sur l’Autodromo le premier lauréat de la nouvelle ère de F3-R Renault et surtout, à 16 ans et cinq mois, le plus jeune vainqueur en 49 ans d’histoire de la discipline.

«Notre priorité absolue aujourd’hui est de pouvoir boucler le budget pour rempiler une seconde année à ce niveau, » poursuit le Bruxellois étudiant son bac à l’école FFSA du Mans. «En 2019, j’étais le plus jeune. Et si la saison a démarré en fanfare, la suite ne s’est pas déroulée de la manière espérée pour diverses raisons. On en a tiré les leçons. Aujourd’hui, j’ai l’avantage de connaître la voiture, les circuits, les pneus. Et j’aimerais bien pouvoir en profiter pour briguer régulièrement les podiums. Sur les 25 dernières années, le titre est revenu 23 fois à un pilote redoublant. Cela avait été aussi le cas pour Stoffel Vandoorne qui avait alors 20 ans. Grâce à nos nombreux partenaires que je remercie du fond du coeur, nous avons pu réunir 90% du budget. Nous ne sommes plus très loin de la solution. Même si 10% c’est encore beaucoup d’argent… »

Pour boucler son harnais et pouvoir signer, Ugo fait donc appel pour la troisième année consécutive à ses amis, ses fans ou plus globalement les amateurs de sport automobile via un Crowdfunding. « En deux éditions, cela m’a rapporté 35.000 euros intégralement réinvestis dans mon sport, » précise-t-il. «Près de 300 personnes m’ont déjà aidé par ce biais avec des montants oscillant généralement entre 10 et 150 euros. Tout le monde peut faire un don en se rendant sur le site www.risingtrack.com. Ma soeur Luna a fait une petite vidéo visible sur ma page Facebook (ugo de Wilde-Racing) et prouvant que cela prend moins de cinq minutes. Il faut juste vous munir de votre carte de banque et votre « card reader ». C’est aussi simple que de commander un article en ligne ou de réserver un billet d’avion. Les « trackers », noms donnés aux personnes me soutenant, sont bien sûr tous remerciés personnellement et reçoivent une série de cadeaux en fonction du montant investi. Cette année, le but est de récolter 15.000 euros. Il nous manque encore un peu plus que cela, mais nous avons décidé de nous jeter à l’eau si l’on parvient à réunir encore ce montant pour début mars. Après la première semaine, on a déjà reçu près d’un tiers de la somme. C’est pas mal du tout, mais maintenant il faut continuer et tenir sur la longueur. C’est pour cela que je m’adresse désormais à la grande famille du sport auto, au grand public, à ceux qui viendront aux 24 Heures de Spa. Si vous voulez m’y voir en lever de rideau et vous dire que c’est un peu aussi grâce à vous, vous en avez aujourd’hui l’opportunité. Je vous invite aussi (cela ne coûte rien !) à me suivre sur Instagram (@ugodewilde27) et à aimer ma page Ugo de Wilde-Racing sur FB. A bientôt sur les pistes. »

Mais avant cela, rendez-vous sur le « track » d’Ugo de Wilde…

Source: Com