De la malchance lors de l’unique tour qualificatif avec un “ pit-limiteur ” se déclenchant inopinément a empêché Ugo de Wilde de signer un résultat de premier choix pour son premier week-end dans les rues de Monaco. Parti en sixième ligne lors des deux courses, il a engrangé deux petits points grâce à une neuvième place samedi et pas mal d’expérience. Un premier week-end à Monaco, cela ne s’oublie jamais dans la vie d’un jeune pilote qui a d’abord remporté une victoire… sur lui-même!

Ugo de Wilde n’a pas décroché le jackpot à la roulette monégasque. Comme souvent ici, la course s’est jouée vendredi matin en qualifications où le petit Bruxellois de 16 ans a été particulièrement malchanceux.

“ J’étais dans le Groupe B, à 7h55 du matin, et la piste était détrempée, ” raconte le pilote JD Motorsport. De quoi ajouter encore un peu plus à la difficulté. Mais notre compatriote surprenait en figurant parmi les 25 premières minutes dans le Top 3. “ J’ai même occupé la pole provisoire à plusieurs reprises, ” poursuit-il.

Le speaker… belge a fait découvrir au public le nom du plus jeune pilote en piste. “ Hélas, cela s’asséchait par endroits et tout allait se jouer dans les cinq dernières minutes. A cinq minutes de la fin, j’étais dans un tour vite, j’allais repasser premier quand je me suis pris un Full Course Yellow à la Rascasse suite à la sortie de Fernandez. On a dû faire un tour au ralenti puis on est reparti pour le tour décisif. J’étais encore P3 à l’entame de cet ultime tour. J’ai amélioré mon premier secteur mais dans le 2e, à la sortie de l’épingle, en braquant à fond, j’ai malencontreusement appuyé sur le bouton rouge du “ pit-limiteur ” (à 60 km/h) utilisé pour la pitlane. Cela m’a fait perdre plusieurs dixièmes. Du coup j’ai chuté au 6e rang de mon groupe ce qui m’a fait partir 11e samedi et 12e dimanche. J’étais hyper déçu. Je suis vraiment passé à côté d’une très belle performance. J’étais encore plus frustré quand j’ai vu le déroulement de la session du Groupe A. J’ai vraiment le sentiment que j’aurais pu réaliser un super truc car je me sentais à l’aise en pluie sur cette piste séchante. Mais c’est Monaco, la loterie et je n’ai pas tiré le bon numéro…”

Onzième sur la grille samedi, Ugo évitait le crash du premier tour pour marquer les deux points de la 9e place. “ Quand j’ai vu Lucas Alecco Roy taper le rail à Massenet, j’ai pris moi aussi un gros coup de survirage et j’ai failli le suivre. Heureusement, j’ai eu le bon réflexe et j’ai pu rattraper la voiture. Après, je suis vite remonté sur le petit groupe emmené par mon équipier Joao Vieira (6e). Avec Maini Kush derrière moi, nous formions un petit train de cinq monoplaces. Mais impossible de doubler sans prendre de gros risques. Je tenais absolument à terminer ma première course à Monaco. Je sentais que j’étais plus rapide mais je n’ai pas tenté le diable. Dans les virages rapides à Massenet et dans le tunnel, je perdais de l’adhérence derrière Callan O ‘Keeffe, tandis que dans le serré je devais surveiller mes rétroviseurs car Kush montrait souvent son museau. Il m’a d’ailleurs touché à un moment. ”

Ce dimanche, Ugo s’élançait du 12e rang, sa place également à l’arrivée au terme d’une épreuve sans incident lors de laquelle il fut le seul avec Kush Maini à dépasser quelqu’un dans le Top 13. “ J’ai perdu une place au passage à la première épingle. Kush m’a attaqué à la corde et j’ai dû m’écarter pour éviter l’accrochage. Ensuite, j’ai suivi Amaury Cordeel et j’ai profité d’une petite erreur commise à la sortie de la chicane de la Piscine pour lui faire l’extérieur à la Rascasse. C’était chaud ! Je suis content d’avoir ramené l’auto sans une gratte après quatre jours à flirter avec les rails. Et surtout on a quelque peu modifié mes réglages et j’ai gagné neuf dixièmes par rapport à samedi. ”

Au bout du compte, même si le résultat n’était pas celui espéré, Ugo tirait tout de même un bilan positif de son week-end princier “ C’est un truc de dingue, un privilège de pouvoir rouler sur ce prestigieux circuit. Je n’oublierai jamais cette première. Je n’ai jamais autant transpiré de ma vie. Non pas à cause de la chaleur, mais bien de la concentration. Vous ne pouvez pas relâcher votre attention une seule seconde durant 32 minutes. C’est très intense. Terminer Monaco est déjà une victoire sur soi-même. Même si je garde un léger goût amer de ma qualif vendredi, je suis fier d’avoir pu gérer ce week-end sans commettre de faute. J’espère que cette première expérience me servira dans le futur. Maintenant, dans quatre jours, je serai déjà au Castellet pour la quatrième manche du championnat. Un circuit que j’apprécie et qui m’a souvent réussi en F4. J’espère pouvoir y signer de meilleurs résultats… ”