Deux fois dans les points au terme de deux épreuves fort bousculées, Ugo de Wilde, bien dans le coup en qualifs, n’a pas encore rencontré le succès espéré sous la chaleur d’Imola. Mais la vitesse de pointe est là et le team Arden Motorsport a de nouveau démontré sa compétitivité. De bon augure pour la suite du championnat…

Sixième à l’issue des premières qualifications samedi, à trois dixièmes de la pole, le jeune Bruxellois était déçu :

«Je m’en veux car j’ai commis une petite faute à la chicane lors de mon meilleur tour me coûtant un dixième et demi, soit une place en deuxième ligne, » regrettait-il. « Un bris de suspension en escaladant un peu trop fort une « banane » à la chicane m’a aussi coûté une séance et un train de pneus neufs jeudi en essais libres ce qui m’a quelque peu handicapé dans ma préparation. »

Lors de la première course, notre compatriote, sixième au premier freinage, se faisait bousculer à deux reprises : « Au premier virage, je me suis fait toucher par Paul Aron qui m’a envoyé dans la monoplace de Grégoire Saucy, » expliquait-il. «J’ai pu rattraper in-extremis la voiture, mais cela m’a coûté deux places. »

Sur ce tracé où il est quasi impossible de doubler, il gardait ce rang jusqu’à l’arrivée. « J’aurais pu quand même terminer deux places plus haut car suite à la sortie d’Aron, j’ai réussi à me porter à la hauteur de Colapinto. Mais le pilote argentin a joué des coudes et m’a tassé dans l’herbe. J’ai dû lever le pied pour éviter l’accrochage et Lorenzo Colombo est passé… »

Le lendemain, Ugo se classait 7e de la séance déterminant la grille de la seconde manche. « Cela s’est joué à rien. Les écarts sont extrêmement serrés. Sur cinq kilomètres, je pointais à à peine un dixième et demi de David Vidales parti en première ligne. Mon équipier Alex Quinn a été plus rapide que moi d’un dixième de seconde et s’est élancé 4e. De mon côté, je me suis à nouveau retrouvé derrière Colapinto. J’ai tenté de lui faire l’extérieur au premier freinage lors du deuxième tour. J’étais devant lui, mais il ne m’a pas laissé la place et m’a obligé à couper dans le bac. J’ai eu de la chance de pouvoir poursuivre sans casse et en ne perdant au final qu’une place. »

C’est donc au huitième rang à nouveau, dans le sillage du pilote 2e du championnat, qu’Ugo de Wilde croisait le drapeau à damier. Et tirait les premières leçons d’un week-end où il a démontré qu’il était du niveau des meilleurs. Et qu’il ne manquait vraiment pas grand chose pour transformer une déception en grande joie et exploit.

« Le niveau de l’Eurocup Formula Renault cette année est vraiment très relevé. Le succès n’en aura que plus de saveur. Je suis clairement dans le coup. Un dixième lors des deux qualifications aurait suffi à faire une grande différence. C’est comme en championnat du monde de karting. Nous sommes régulièrement à quatre ou cinq en un dixième, un dixième et demi. A moi de travailler encore plus pour être le premier et non pas en queue de peloton du groupe des leaders. Je dois peaufiner encore mon pilotage, mais aussi bosser encore plus sur les réglages en pneus neufs. Chaque détail a son importance. Après quelques semaines de repos, je vais me concentrer sur la préparation du Nürburgring où le team Arden Motorsport avait mis une voiture en première ligne lors des deux manches en 2019. J’ai hâte d’arriver sur les circuits où mon écurie possède de bons réglages et où je sais qu’ils étaient compétitifs l’an dernier. J’accuse déjà pas mal de retard au championnat, mais rien n’est perdu. Il suffirait d’un gros week-end avec deux bons résultats pour me remettre en selle. J’y crois encore car tous les éléments sont là. Il me reste juste à tout mettre ensemble et à me cracher dans les mains pour trouver ce dixième qui fait toute la différence en qualifs… »

D’ici là, Ugo aura l’occasion de décompresser et de s’amuser avec toujours son casque sur la tête puisqu’il participera, le week-end prochain sur le circuit Bugatti du Mans, à la première manche de la VW Fun Cup française. A l’invitation du Français Eric Steinlin et grâce au coup de pouce fort sympathique de Jean-Luc Dubois, il pilotera la #282 alignée par le team M3M. « Voilà des chouettes rencontres et du positif à retirer du confinement, » se réjouit Ugo qui grâce à ses victoires en European Fun Cup virtuelle se retrouvera dimanche au départ des 8H du Mans bien réelles avec pour unique ambition de prendre du plaisir… 

Source: Com