Il y a des week-ends où le goût de la victoire est particulièrement savoureux. DRM Motorsport a expérimenté cette sensation samedi dernier lors des 10 Heures de Mettet, épreuve de rentrée pour l’European VW Fun Cup 2018. L’équipe bruxelloise alignait deux Evo3 dans l’Entre-Sambre-et-Meuse : la n°2 confiée à Edouard et Guillaume Mondron, Cédric Bollen et Amaury Richard, et la n°299 qui accueillait Rodrigue Gillion et Laurent Richard aux côtés d’un certain Nico Verdonck.

La formation dirigée par Matthieu de Robiano frappait fort dès les qualifications en monopolisant la deuxième ligne à l’issue de l’exercice délicat de la super-pole. Chargé de signer le chrono sur la n°2, Amaury Richard battait Nico Verdonck pour… un millième de seconde et n’échouait qu’à deux dixièmes de la pole position ! Absolument époustouflant ! « Battre un pilote aussi capé que Nico est une petite satisfaction personnelle », commente Amaury. « Je n’ai pas pris de risque inutile lors de cette super-pole. J’aurais pu aller encore plus vite en me crachant un peu plus dans les mains mais l’important était de s’assurer de bien qualifier la voiture en vue de la course. »

DRM Motorsport allait créer la sensation en début de course grâce à un Nico Verdonck survolté qui damait le pion à tout le monde après quelques hectomètres. « Lors du départ, je me suis glissé dans un trou de souris sur la droite et j’ai fait l’extérieur à tout le monde au bout du triple gauche. », sourit le pilote de la n°299. « C’était risqué mais c’est le genre de manœuvre que j’affectionne. Après, j’ai pu rester en tête pendant les trente premières minutes. ». Arrivant sur le Circuit Jules Tacheny avec l’objectif de jouer la victoire, la n°2 « DRM – Autographe » allait en revanche se révéler moins fringante qu’espéré. « Nous avions changé de moteur suite à notre casse des 25 Heures et le nouveau bloc fourni manquait de punch », révèle Cédric Bollen. « Il fallait se donner à 200 % pour pouvoir suivre nos adversaires et éviter d’être largués. »

L’éclaircie pour l’équipe allait survenir au moment où les nuages se faisaient de plus en plus menaçants au-dessus de Mettet. « Nous espérions la pluie pour compenser notre déficit au niveau du moteur et elle est enfin arrivée dans le dernier tiers de la course », ajoute Cédric. « Nous étions moins désavantagés dans ces conditions et nous avons pu combler notre retard. Deux Safety Cars nous ont permis de revenir pour de bon dans le sillage des leaders. ». A 15 minutes de l’arrivée, Edouard Mondron portait une attaque imparable sur la voiture de tête pour s’emparer des rênes de l’épreuve. « La fin de la course était particulièrement palpitante ! », commente son frère Guillaume. « Edouard a réalisé une fin de relais incroyable pour se battre pour la victoire. Nous avons suivi sa progression depuis le mur des stands avec des yeux grands ouverts. »

La n°2 multicolore n’allait plus jamais lâcher le commandement pour offrir une victoire au goût de revanche après le cauchemar des 25 Heures VW Fun Cup où elle n’avait marqué aucun point. « C’est une victoire qui fait beaucoup de bien au moral de toute l’équipe », indiquent en choeur les pilotes de la n°2. « Nous avons bénéficié du petit coup de pouce de la météo qui nous a bien aidés par rapport à la malchance des 25 Heures. Le championnat est peut-être perdu pour nous mais nous allons tout faire pour enquiller les victoires lors des dernières manches de la saison. Nous donnons rendez-vous à Assen où nous espérons que notre moteur aura retrouvé les chevaux qui lui manquaient. »

Après la prestation cinq étoiles de Nico Verdonck en début de course, la n°299 poursuivait son petit bonhomme de chemin pour franchir l’arrivée à un honorable treizième rang final. Aux côtés du pilote GT qu’est Nico Verdonck et de l’ancien champion de VW Fun Cup qu’est Laurent Richard, Rodrigue Gillion faisait ses grands débuts au volant d’une Evo3. Ce gentleman driver actif en Belcar et en 24H Series a conclu cette première pige chez DRM Motorsport avec un grand sourire. « Ce fut une expérience formidable », sourit Rodrigue. « J’ai bien progressé au fil du meeting pour progressivement me rapprocher des chronos de Nico et de Laurent. Je garderai un excellent souvenir de cette première course chez DRM. J’ai été très bien accueilli et entouré par toute l’équipe. J’espère être de retour lors de la finale à Zolder, à nouveau avec Nico qui était très satisfait de mes progrès. »

Le mot de la fin revient à Nico Verdonck, fidèle à l’équipe depuis 2014 : « Mon quatrième chrono réalisé lors de la super-pole et mon début de course en tête de la meute démontrent l’équité et le soin de préparation apportés à chaque voiture de l’équipe DRM. Avec des équipages homogènes et performants, toutes les voitures de l’équipe peuvent jouer la première place. C’est important que les clients sachent qu’il n’est pas seulement possible de viser la gagne sur un châssis en particulier. »

DRM Motorsport reprendra le chemin des circuits dans moins de deux semaines avec un triple programme. Le team se partagera en effet entre l’European VW Fun Cup au TT Circuit Assen (Pays-Bas) mais aussi les 24H2CV et le BGDC à Spa-Francorchamps. Un sacré menu en perspective !

Source: Com