VW Golf GTI Clubsport (25.10.2020)

 

La nouvelle famille de Golf VIII poursuit son développement. Après les GTI, GTD et GTE, voici – déjà ! – la GTI Clubsport, nouveau porte-drapeau de l’enfant terrible de Wolfsburg. (Marc LACROIX)

 

DESIGN

Les boucliers à ouvertures plus généreuses sont exclusifs.

 

Un aileron en deux parties fleurit sur le toit.

 

HABITACLE

L’habitacle repris à la Golf VIII « classique ; la GTI Clubsport reçoit en série le Digital Cockpit et le système de navigation Discover Media ; nouveaux sièges sport exclusifs en ArtVelours à appuie-tête intégré ; volant à méplat et cuir perforé intégré en 9 hr / 15 hr ; palettes de commande de boîte ; pédalier alu.

 

 

TECHNIQUE-TECHNOLOGIES

TSI 2.0-300 ch et 400 Nm de couple (245ch et 360 Nm pour la GTI) ; boîte DSG7 ; nouveaux disques de freins de 18 pouces ; 0-100 km/h en moins de 6″0 ; vitesse maxi 250 km/h ; mode Race track qui ajoute un profile Spécial Nürburgring.

 


VW Golf Variant (16.09.2020)

 

Après les berlines, exclusivement 5 portes (c’est désormais la tendance), VW présente le nouveau break Variant de la Golf VIII. Un modèle qui revêt une certaine importance pour la maison de Wolfsburg, quand on sait que plus de 3 millions d’exemplaires ont été écoulés sur cinq générations depuis son lancement en 1993. (Marc Lacroix)

 

DESIGN

Cette nouvelle génération de Golf Variant reprend forcément la plastique de la berline dont elle dérive et se fait plus épurée et plus dynamique que le modèle sortant. Cette parenté avec la nouvelle Golf est totale sur la partie avant.

La nouvelle Golf Variant gagne 66 mm en longueur (4,63 m), avec un empattement lui-même étiré de 5 cm à 2,68 m.

Ligne de toit qui s’aplatit vers l’arrière et lunette arrière inclinée à la manière d’un coupé sont les traits principaux de la poupe de cette nouvelle génération de Golf Variant. Comme les phares, les feux arrière font toujours appel à la technologie LED.

HABITACLE

Comme l’extérieur, l’intérieur est celui de la berline, avec notamment l’application de la numérisation, avec entre autres le fameux Digital Cockpit.

L’allongement de la longueur et de l’empattement profitent aux passagers arrière, qui bénéficient d’un espace aux jambes accru de près de 5 cm.

 

Il en va de même pour le volume de coffre : 611 litres (+ 6 litres) chargé jusqu’au bord supérieur du dossier des sièges arrière et 1.642 litres (+22 litres) chargé jusqu’au toit, filet de séparation en place et jusqu’au dossier des sièges avant ; hayon à ouverture électrique (option) à ouverture main-libre (par glissement du pied devant le pare-chocs arrière).

 

TECHNIQUE-TECHNOLOGIE

Les nouvelles motorisations de la Golf VIII sont d’application ici, notamment l’eTSI à hybridation légère (technologie 48 volts avec alterno-démarreur entrainé par courroie, batterie lithium-ion) et d’office boîte 7 DSG ; Twindosing (double injection d’AdBlue) avec catalyseurs SCR (Selective Catalytic Reduction ou réduction catalytique sélective) pour moteurs TDI, en vue de réduire considérablement les émissions d’oxyde d’azote (NOx).

Systèmes d’aide à la conduite optionnels tels que le Travel Assist (conduite assistée jusqu’à 210 km/h) ou encore les nouveaux phares matriciels LED IQ.LIGHT.

 

 

GAMME

Une nouvelle version Alltrack à traction intégrale 4Motion reprend l’équipement spécifique et look caractéristiques à ce type de modèle à vocation aventurière (garde au sol accrue, pare-chocs spécifiques, intérieur exclusif) ; capacité de remorquage jusqu’à 2 tonnes.


Essai VW Golf VIII eTSI 1.5-150 DSG Life (10.08.2020)

C’est comme ça, l’arrivée d’une nouvelle VW Golf est toujours un petit événement. Nous avions dès lors hâte de découvrir le 8e opus de ce modèle. (Marc Lacroix)

 

Comme précisé dans notre présentation (voir ci-dessous), la nouvelle Golf semble ne pas avoir beaucoup évolué. En fait, si l’on s’en tient à ses bases et à son look, c’est plutôt vrai. Mais en réalité, beaucoup de choses ont changé.

 

A BORD

Quand on la découvre, et même si le tableau de bord est désormais numérique, on se sent directement dans une Golf : excellents sièges avant (ce qui se confirme une fois en mouvement), position de conduite au top, assemblage impeccable et qualité perçue sans grosse remarque. Même les plastiques un peu cheap auxquels VW a parfois – un peu trop ! – adhéré ces derniers temps sont ici utilisés avec parcimonie. D’autres, brillants, certes très jolis, provoqueront des érections cutanées chez les plus sensibles aux traces de doigts…

 

Rien à dire non plus quant à l’espace de vie arrière, où l’on peut désormais bénéficier d’une climatisation indépendante. Pas mal ! Le coffre reste moyen : 381 litres (1.237 banquette arrière rabattue, avec un plancher qui n’est pas totalement plat) mais on apprécie ce système, simple mais ingénieux, de maintien de fond de coffre ouvert lorsqu’on souhaite « s’y plonger ».

 

Avant de démarrer, constatons que l’ergonomie est plutôt bien pensée… à quelques détails près, pas graves mais agaçants. Exemple, la traditionnelle molette de volume radio est remplacée par des fonctions tactiles qui, au final s’avèrent nettement moins pratiques à l’usage que le bon vieux bouton, d’autant que leur réactivité est loin de toujours faire le compte. Par ailleurs, les boutons-raccourcis aux écrans climatisation et assistances à la conduite (sous l’écran central) ne nous paraissent pas des plus pratiques. Enfin, si la résolution de l’écran central est impeccable, son agencement rend les manipulations parfois « tordues ». Comme nous l’avions déjà déploré chez Volvo voici quelques mois, il semble qu’à force de vouloir toujours simplifier à l’extrême, les innovations en termes d’agencement et de manipulations en deviennent plus compliquées qu’autre chose. Peut-être une question d’habitude, mais il n’empêche que ce n’est pas « naturel » et cela nécessitera assurément un petit temps d’adaptation.

 

SUR LA ROUTE

Ce moteur eTSI de 150 ch nous a plutôt séduit. Doux et progressif, il ne rechigne pas à « donner de sa personne » lors des relances, qui profitent du petit coup de boost généré par l’assistance électrique. Et puis pour ceux qui accordent une importance au « son », sa sonorité n’est pas désagréable…

 

Comme toujours, la boîte DSG 7 rapports se révèle excellente et parfaitement adaptée. Comme toujours serions-nous tentés d’écrire… Elle se commande via un court levier à trois positions (R, N et D/S) planté sur la console ; simple et efficace. Notre exemplaire doublait cet outil de petites palettes au volant toujours chouette pour qui aime en jouer. Forcément, le mode S engendre un léger surcroît de dynamisme, sans excès. Vraiment top cette boîte ; elle reste une de nos préférées du marché…

Globalement, nous avons trouvé le comportement digne d’une Golf : équilibré, précis et rassurant. Aucune remarque concernant la direction, précise et à la consistance parfaitement calibrée. Le confort est dans la norme, germanique mais de bon niveau, ce compris sur mauvais revêtement. Autre bon point, les assistantes à la conduite ne nous ont pas parues trop intrusives. Ou quand la rigueur germanique a du bon.

BILAN

En dépit des apparences, la Golf progresse en de nombreux aspects. Notamment avec un gros apport technologique et une électrification intensifiée de ses mécaniques. Du sérieux quoi ! Notre eTSI 1.5-150ch en est une parfaite illustration. La conception et le comportement restent de haut niveau, mais en plus l’équipement se fait très complet, ce qui n’a pas toujours été le cas pour ce modèle (et les allemandes en général…). Voilà ainsi la nouvelle Golf parée pour poursuivre sa carrière et tenter de conserver son 1er rang européen. C’est tout le mal que nous pouvons lui souhaiter… Si, plutôt que de dire qu’elle est l’étalon des compactes nous persévérerons à admettre qu’elle fait… partie des étalons. Ce qui est sûr, c’est que rouler en Golf demeure un plaisir.


Présentation VW Golf VIII (08.08.2020)

Best-seller déjà vendu à plus de 35 millions d’exemplaires depuis 1974, leader du marché européen depuis plus de 10 ans, la Golf est un pion majeur pour VW. Au gré de ses générations, celle qui fait office (à juste titre ou pas !) d’étalon du marché des compactes, n’a évolué esthétiquement que par petites touches et la 8 ne déroge pas à la règle. Pourtant, bien des choses changent plus qu’il n’y paraît. Présentation d’une des plus grandes stars du marché du Vieux-Continent. (Marc Lacroix)

 

DESIGN (photos gauche Golf 7, droite Golf 8) 

Pas de grosse surprise côté design, ni en termes de dimensions, ni d’architecture, la Golf reste… une Golf. Tout au plus pouvons-nous remarquer qu’il s’est affiné. La proue exhibe une calandre plus fine qui fait le lien direct avec la partie haute des feux au dessin plus travaillé et prolongés sur les flancs par une « barrette » en partie supérieure. On constate aussi une nouvelle signature lumineuse pour les lumières diurnes. Le bouclier est lui largement ventilé. Notons enfin le profilage du bout du capot, qui engendre un excellent Cx (0,275).

 

Latéralement, les ingrédients caractéristiques de base de la Golf sont repris, notamment l’épais montant arrière (pilier C), la forme de la portières arrière, ou la ligne de toit qui se termine par un aileron. La nervure qui court le long du flanc est relevée de quelques centimètres pour désormais relier les poignées de portes. Enfin, une garniture apparaît sur l’aile avant.

 

Comme à l’avant, la poupe intègre des feux au dessin plus travaillé, moins massif, et proches de ceux du T-Roc. La lunette paraît affinée. A noter les échappements chromés dont la forme rappelle celle des concept-cars. Notons que la carrosserie 3 portes n’est pas prévue (c’était déjà le cas depuis le relookage de la Golf VII en 2017).

HABITACLE

A l’intérieur, les différences sont déjà nettement plus marquées. Finies les douces courbes, le dessin tout en horizontalité se fait plus angulaire et, suivant la tendance du moment, plus épuré, au bénéfice d’une instrumentation numérique de série (Digital Cockpit – Medium 10 pouces / 25,4cm et système d’infodivertissement tactile). Le système « Discover Media » optionnel ajoute quant à lui un grand système de navigation de 10 pouces / 25,4 cm.

Les fonctions (100% tactile) éclairage, chauffage du pare-brise et lunette arrière sont rassemblées à gauche du volant, celles relatives à climatisation, aide à la conduite, choix du mode de conduite et assistants de stationnement (également tactiles) sont regroupées en-dessous de l’écran central d’infodivertissement. Sachez enfin que les prises USB sont de type « C » ; le cas échéant, il faudra vous équiper…

 

 

TECHNIQUE-TECHNOLOGIE

Techniquement, la Golf VIII est assez proche de sa devancière, à qui elle reprend plate-forme, suspensions en grande partie et moteurs (revus pour plus efficientes). Pour l’heure, ces derniers sont à essence (TSI 1.0-110 ch et 1 .5-130ch, plus eTSI-150ch qui en fait la première compacte à micro-hybridation 48 V), ainsi que Diesel à double catalyseur AdBlue (TDI 2.0- 115 et 150ch). Associée à la boîte DSG, la version eTSI 150 fait appel à la technologie éprouvée de l’alterno-démarreur. Le réseau 48V permet d’augmenter la récupération d’énergie au freinage et de délivrer un surplus de puissance d’assistance.

 

A terme, suivront des versions hybrides rechargeables (GTE de 204 et 245ch pour 50 km d’autonomie 100% électrique), des TSI 1.0-90 et 110ch, une TGI (gaz) et aussi des GTi (245ch), GTD (200ch) et R (on parle d’au moins 300ch), déjà présentées. En revanche, exit la e-Golf full électrique (logique, la nouvelle ID.3 assumera désormais ce rôle).

 

EQUIPEMENT

En série, toutes les nouvelle Golf VIII reçoivent :

  • Phares LED avant / arrière ;
  • Sièges avant réglables en hauteur avec appuis lombaires ;
  • Tableau de bord numérique ;
  • « Digital Cockpit » ;
  • Radio avec connexion GSM Bluetooth, App-Connect et charge inductive smartphone ;
  • Climatisation électronique ;
  • Régulateur / limiteur de vitesse ;
  • Régulateur de distance « ACC » ;
  • Assistant au maintien sur la voie « Lane Assist » ;
  • Assistant au freinage d’urgence « Front Assist » avec système de détection des piétons et des cyclistes ;
  • Capteurs d’aide au stationnement avant et arrière ;
  • Allumage des phares automatique ;
  • Balayage des essuie-glace automatiques ;

Toutes les Golf embarquent aussi la technologie Car2X, qui permet de se connecter sans fil à d’autres véhicules ainsi qu’à l’infrastructure routière.

 

GAMME EN UN CLIN D’OEIL


 

SITE INTERNET

Avant d’acheter une voiture, il devient de plus en plus fréquent que le prospect consulte d’abord le site internet développé par la marque. A cet égard, une chose nous paraît essentielle : la facilité d’emploi et la clarté de l’information relative au tarif. Voici ce que nous en avons pensé dans le cas présent.

CONFIGURATEUR

CONFIGURATEUR

Via onglet « Modèles et configurateur Volkswagen » puis choisir votre modèle ;

Ligne spécifique menant à l’équipement de série ;

Manipulations par poste (moteur, couleurs, intérieur, jantes et équipements optionnels) relativement aisées.

LISTE DE PRIX

·         Via onglet « Acheter une Volkswagen » ;

·         « Catalogue et liste de prix » ;

·         Choisir le modèle souhaité puis Catalogue (ICI) ou Liste de prix (ICI) ;

Aussi possible via visuel un peu plus bas que le configurateur.

Procédure PC bureau et Smartphone identiques.

 


Story VW Golf (29.07.2020)

Avec la Golf commercialisée depuis 1974 par Volkswagen, on peut clairement parler de phénomène automobile. Sûr que la légendaire Coccinelle a trouvé en ce modèle totalement différents une digne héritière. C’est aussi à la star de Wolfsburg que l’on doit la généralisation d’appellations telles que GTi ou GTD… Voici « rapidement résumée » l’histoire de cette sacrée « dame Golf ».  (Marc Lacroix : illustrations constructeur)

 

1969 : Projet de remplacement de la Coccinelle ; dessin confié au jeune styliste Giorgietto Giugiaro, fondateur de Italdesign ;

 

29/03/1974 : Lancement production Golf I ; 3.70m ; 2 et 4 portes avec hayon ; traction ; 1.1-50 ch et 1,5-70 ch / boîte 4 manuelle (3 automatique option) ;

08/07/1974 : Arrivée de la Golf I en concessions ;

05/08/1974 : Début des livraisons ;

 

1975 : Présentation Golf I GTi (Francfort) ;

 

06/1976 : Lancement production Golf I GTi ; 1.6-110 ch pour 810 kg ; caractérisée par calandre encadré d’un liseré rouge, sellerie spécifique à carreaux, levier de vitesses en balle de golf ;

1978 : Apparition Golf I diesel ;

12/1978 : Face-lift Golf I (photo : GTi) ; gros pare-chocs plastique ;

 

1979 : Golf I cabriolet ; dessinée par Karmann ; son imposant arceau fixe lui vaudra le surnom de « panier de fraises » ;

 

1981 : Face-lift Golf I ; nouveaux feux arrière, nouvelle planche de bord ; GTi passe à 1.8-112ch ;

 

1981 : Prototype e-Golf électrique ;

 

1983 : Golf I GTi Pirelli ; jantes spécifiques marquées du « P » de Pirelli ;

 

1983 : Lancement Golf II ; 3.98m ;

1984 : nouvelles Golf II diesel GTD 1.6-70 ch et GTi 1.8-112 ch pour 936 kg première Golf à pot catalytique ;

 

1984 : Golf II CityStromer ; version électrique (première pour VW) ; autonomie d’environ 50 km ; ne sera pas commercialisée ;

03/1985 : 7.000.000 d’exemplaires franchi ;

 

08/1986 : Commercialisation Golf II Syncro à 4 roues motrices (1.8-90 ch) ; première Golf GTi 16v ; 1.8-139 ch (sera engagée en rallye) ; 

07/1987 : Léger face-lift Golf II ;

1988 : 10.000.000 d’exemplaires franchi ;

 

06/1989 : Commercialisation Golf II Rallye ; 5.000 exemplaires ; transmission intégrale syncro ; compresseur G60 ; 160 ch ; sera aussi engagée en rallye ;

Août 1989 : Golf II Turbo-Diesel 80 ch (intercooler) à la place de 70 ch ;

10/1989 : 11.000.000 exemplaires ;

 

1990 : Commercialisation Golf II Country ; version « aventure » surélevée ; transmission intégrale Syncro ; 1.8-90 ch ;

 

02/1990 : Commercialisation Golf II G60 ; 1.8-160ch ;

 

Fin 1991 : Présentation Golf III ; 4.02m ; 3 et 5 portes, break et cabriolet ;

 

1991 : Commercialisation Golf III GTi ; 2.0-115 ch pour 1.140 kg, puis 150 ch (16v) ;

 

1991 : Lancement Golf III VR6 ; 6 cylindres (une première) 2.8-174 ch, 190 ch en traction intégrale ;

 

1992 : Elue Voiture de l’Année ;

1993 : Lancement Golf III VR6 Syncro ; traction intégrale ; le 2.8 passe à 190 ch ;

 

1993 : Commercialisation des Golf III Cabriolet ;

 

1993 : Ecomatic ; diesel 1.9-64 ch, boîte semi-automatique avec grille en « H » mais sans pédale d’embrayage et système stop/start ;

 

Fin 1997 : Présentation Golf IV ; 4.15m ;

 

01/ 1998 : Commercialisation Golf IV ;

 

03/ 1998 : Commercialisation Golf IV Cabrio ; la base reste celle de la Golf III ;

 

1998 : Commercialisation Golf IV GTi ; 1.8-150 ch turbo (1.350 kg) ;

 

06/1999 : Lancement Golf IV Variant (break) ;

 

2001 : Présentation Golf IV GTi 25th Anniversary ; nouveau 1.8-180 ch ; disponible en rouge Tornado, gris métal ou noir ;

2002 : Face-lift Golf IV ; la GTi passe à 180 ch ;

 

12/2002 : Lancement Golf IV R32 ; V6 3.2-241 ch ; traction intégrale 4Motion ; 0-100 km/h en 6″6 et vitesse maxi de 250 km/h ;

 

10/2003 (Francfort) : Présentation Golf V (4.20m) et Golf V GTi Concept (photo) ;

 

11/2003 : Commercialisation Golf V ;

 

11/2004 : Présentation Golf V GTi ; 2.0-200 ch ;

 

2005 : Lancement Golf Plus ; version façon monovolume ;

 

11/2005 : Lancement Golf V R32 ; V6 3.2-250 ch ; 3 ou 5 portes ;

 

2006 : Golf V GTi Edition 30; 2.0-230 ch ;

 

09/2006 : Nouvelle CrossGolf ;

 

05/2007 : Golf V GTi W12 Concept (Wörthersee Tour / Autriche) ; W12 bi-turbo 6.0-650ch ; 0-100 km/h en 3″7 ; vitesse maxi 325 km/h ;

 

2007 : Golf V GTi Pirelli ; 2.0-230 ch ; teinte jaune pâle ; pneus Pirelli P-Zero 225/40 sur jantes spécifique 5 branches 18 pouces, couleur titane ;

 

09/2008 : Commercialisation Golf VI BlueMotion ; version écologique ;

 

09/2008 : Commercialisation Golf VI ; 4.20m ;

 

09/2008 : Golf GTi Concept ; annonce la future GTi de 6e génération ;

 

06/2009 : Commercialisation Golf VI GTi ; TSI 2.0-210ch ;

 

2009 : Face-lift Golf Plus ;

 

2010 : Nouvelle version sportive Golf V R ; 2.0-270 ch ;

 

2010 : Prototype électrique Golf V Blue e-Motion ;

2011 : Face-lift Golf VI ;

 

Début 2011 : Lancement nouvelle Golf VI Cabrio ;

 

06/2011 (Wörthersee): Golf VI cabrio GTi Concept (photos gauche) et R Concept (photos droite) ;

 

Fin 2011 : Golf VI GTi Edition 35 ; boucliers et jantes spécifiques ; 235 ch ;

 

2012 : Golf VI cabrio GTi (première du Cabrio en GTI) ;

09/2012 : Présentation Golf VII (Paris) ; 4.25m ;

 

09/2012 : Golf Blue Motion 85 g Concept ;

 

 11/2012 : Commercialisation Golf VII ; 2e modèle du groupe VW posée sur nouvelle plateforme modulaire MQB ;

 03/2013 : Eté élue Voiture de l’année 2013 (Genève) ;

 

Début 2013 : Golf VII Cabrio R ;

 

2014 : Commercialisation Golf Sportsvan (remplace la Golf Plus) ;

 

2014 : Golf VI R ;

 

2014 : Présentation Golf R400 (Pékin; TSI turbo 2.0-400ch ; transmission intégrale 4Motion ; boîte DSG6 ; 0-100 km/h et vitesse maxi annoncés en 4″0 et 280 km/h ; ne sera finalement pas produite ;

09/2015 (Francfort) : Face-lift Golf VI Cabrio et Golf V GTi Concept nouveau FSI turbo 2.0-200 ch ;

 

 

05/2015 (Wörthersee) : Golf VII GTi Clubsport Concept ; 265ch (290ch via overboost) ;

 

2015 : Nouvelle version hybride Golf VII GTE ; TSI 1.4-150 ch et moteur électrique pour 204 ch au cumul ; autonomie 100% électrique d’environ 40km ;

 

2015 : Nouvelle version Golf VII R Variant ;

 

2015 : Nouvelle version Golf VII Alltrack ; version break Variant surélevé esprit baroudeur ;

 

2015 : Nouvelle version 100% électrique e-Golf VII ;

 

05/2016 : Golf VII GTi Clubsport S ; 310ch et moins 30 kg (retrait banquette arrière) ; Nordschleife (Nürburgring) en 07’49″21 ;

 

2017 : Face-lift Golf VII ; carrosserie 3 portes plus suivie ;

 

05/2018 : Golf VII TCR Concept (Wörthersee) ; inspirée du modèle de compétition engagé dans le championnat WTCR ; 290ch ;

 

Fin 2018 : Commercialisation Golf VII TCR ;

24/10/2019 : Révélation Golf VIII (Wolfsbourg) ; 4,28m ; plus de 35 millions de Golf produites ;

 

2020 : Présentation nouvelle Golf VIII ; 4,28m ;

 

2020 : Commercialisation nouvelle Golf VIII ;

 

02/2020 : Présentation nouvelles (de gauche à droite) Golf VIII GTi (TSI 2.0-245ch), GTD (TDI 2.0-200 ch / 400 Nm de couplel) et GTE (hybride) en attendant futures TCR et R (330ch).


La Golf GTI Clubsport S se paye la Nordschleife (09.12.2016)

7 minutes, 47 secondes et 19 centième. C’est le temps qu’a mis la VW Golf GTI Clubsport S le 26 octobre dernier pour accomplir la Nordschleife (Nürburgring) par une température de 8°, des conditions jugées idéales pour tirer le meilleur du moteur et des pneus. (Marc Lacroix)

vw-golf-gti-clubsport-s-blows-its-nurburgring-fwd-record-with-amazing-747-lap-113519-7

La preuve, ce sont 2 secondes de moins que l’allemande a mis par rapport au record établi en avril dernier par la Clubsport S, avec forcément à la clé, un nouveau record pour une traction. A titre de comparaison, le temps des BMW M2 (7’58 ») et Honda Civic Type R (7’50 ») restent, pour l’heure, un – bon -cran derrière.

Rappelons qu’en plus de voir son 2 litres turbo passer à 310 ch, la Clubsport a subi une petite cure d’allègement, qui passe notamment par l’absence de sièges arrière, une batterie plus légère, un sous-châssis avant en alu ou encore une paire de sièges baquets légers. Un modèle qui ne sera produit qu’à seulement 400 exemplaires, dont 100 déjà réservés à l’Allemagne…

vw-golf-gti-clubsport-s-rr

 


VW Golf « 2017 » (10.11.2016)

Lancée fin 2012 en berline, puis début de l’année suivante en break Variant, la VW Golf 7 perpétue le succès de ses devancières et demeure la reine quasiment incontestée du marché européen. Pour 2017, elle profite de la traditionnelle petite cure de jouvence de mi-carrière. Alors que d’une génération à l’autre les Golf n’évoluent qu’avec parcimonie, inutile de vous préciser qu’un face-lift reste des plus discrets ! En revanche, apparaissent quelques nouveautés techniques. (Marc Lacroix)

vw-golf-2017-frx2

Toute discrète soit-elle, l’intervention esthétique se veut pas mal marquée sur la face avant, notamment au niveau du bouclier, nettement plus agressif.

 

vw-golf-2017-rrx2
Peu retravaillé, le nouveau postérieur ne se reconnait qu’à la disparition de la partie blanche des feux de recul. Certaines versions dynamiques, comme la photo de droite, intègrent un nouveau bouclier avec échappement stylé intégrés.

 

vw-golf-2017-fr-rrdet
A l’avant, les phares LED remplacent les bi-xénon. A l’arrière, le full-LED est également de rigueur. Sur option, les indicateurs de directions peuvent être défilants.

 

vw-golf-2017-inx2
Pas de révolution non plus à l’intérieur, inchangé. Si ce n’est de nouvelles teintes, habillages et décorations.

 

vw-golf-2017-dashx2
On y relève juste 2 évolutions notoires. D’abord avec un ensemble d’instruments entièrement numérique de 12’3 (option). Choix entre 5 configurations, dont le mode navigation.

vw-golf-2017-screen
Ensuite par ce nouveau design adopté pour le système d’infodivertissement, avec écran plus large et une meilleure résolution. Au niveau supérieur, le « Discover Media » est lui aussi révisé : l’écran tactile passe à 9.2 pouces, la résolution de 1280×640, support pour fonctionnement tactile et vocal et, pour la première fois sur ce segment, le contrôle des gestes.

 


Des nouveaux systèmes de sécurité apparaissent, comme le Traffic Jam Assist, une conduite semi-autonome capable de faciliter la vie du conducteur dans les bouchons.

 

vw-golf-2017-front-assist-and-city-emergency-braking
Le Front Assist avertit le conducteur et freine automatiquement en cas de collision imminente. Une des composants est la fonction de freinage d’urgence de la ville, également capable de détecter des piétons qui traversent.

 

vw-golf-2017-trailer-assist
A noter aussi le Trailer Assist system, une première sur le segment.

 

vw-golf-2017-lsid
Nouveau 1.5 TSI Evo de 150 ch ACT (désactivation des cylindres) ; 4.9 lit/ 100 km ; 110 g/ km de rejets CO2. Version BlueMotion 130 ch ; 4.6 lit/ 100 km et 104 g/km. Fonction de coupure moteur au relâchement de pédale d’accélérateur ; -0.4 lit/ 100 km supplémentaire.

 

vw-golf-2017-gti-rr
Le TSI 2.0-220 ch de la GTI passe à 230 ch ; la GTI Performance à 245 ch.

 

vw-golf-2017-variant-rr
Les ingénieurs de Wolfsburg ont développé une nouvelle boîte double-embrayage à 7 rapports qui remplacera progressivement l’actuelle DSG6.

La commercialisation sera effective dès le tout début 2017.


VW Golf Cabrio : STOP (12.10.2016)

Comme d’autres avant lui (Renault Mégane CC ou Peugeot 308 CC par exemple), VW stoppe à son tour la production de ses cabriolets Golf et Eos. (Marc Lacroix)

vw-golf-cabrio-gti-fr-2013
Respectivement apparues en 2006 et 2011, les Eos et Golf Cabrio sont retirée du catalogue.

 

vw-beetle-cabrio-2013
Seule possibilité restante de découvrable pour VW, la Beetle.

vw-scirocco-2015
Comme d’autres également (Ford Focus, Renault Clio…), il se pourrait que la Golf 8 ne soit plus prévue en carrosserie 3 portes. Le coupé Scirocco pourrait aussi passer à la trappe, voire même la… Beetle !