VW T-Roc essai TSI 1.5-150 ch (28.04.2018)

En franchissant le pas de la commercialisation, le VW T-Roc a nettement délaissé les caractéristiques qui faisaient l’originalité du concept annonciateur. Dommage sans doute, d’autant que le modèle commercial rentre franchement dans le rang. Ce qui ne signifie pas qu’il manque d’atouts… même si notre déception ne se limite pas à la robe. Explications… qui n’engagent que nous. (Marc Lacroix)

Design : Bien dans le ton maison, mais avec quelques touches d’audace qui restent néanmoins assez loin de ce que proposait le concept du même nom ; légèrement agressif ; ailes musclées.

Se veut jeune d’esprit par son style, ses possibilités de personnalisation et sa robe bicolore.

Habitacle : Moderne et ergonomique ; inserts colorés ; assemblage sérieux et robuste ; ambiance moins « austère » qu’une Golf mais plastiques durs omniprésents (planche de bord, panneaux de portes). Pas un cas de figure, mais au vu de ce à quoi nous a plutôt (et plus tôt !) habitué la marque allemande, nous restons un peu déçus. On ne sait pas tout avoir…

 

Système multimédia intuitif ; facile à utiliser ; le T-Roc adhère à cette tendance qui recourt à des garnitures brillantes, certes d’un très bel effet, mais qui ne font pas bon ménage… avec les doigts ; les maniaques n’apprécieront pas…

 

Places arrière convenables en dépit d’une ligne de pavillon plongeante.

  

Coffre : Belle capacité de 445 litres en traction (380 pour la Golf) mais plus limité avec transmission intégrale 4Motion (390 lit) ; 2 niveaux de plancher dont le plus bas « bien creux ».

Moteurs : TSI 1.0-115 ch avec boîte 6 manuelle ou 1.5-150 ch avec DSG 7 rapports.

Finitions/ Prix : T-Roc, Style et Elegance ; dès 21.500€.

Sur la route : On ne peut plus typé VW ; direction progressive ; boîte DSG dans toute sa splendeur ; un régal, comme à chaque fois.

Aides à la conduite bien calibrées et pas trop intrusives ; roulis contenu et comportement rassurant.

La VW Golf a beau être la référence du marché depuis des décennies, l’engouement que suscitent les SUV pourrait, à terme, changer la donne. Dès lors que son gabarit relativement généreux (4.49m) ne fait pas vraiment du Tiguan le vrai SUV Golf, l’arrivée d’un petit frère (4.23m) était pour ainsi dire inévitable et c’est précisément la raison d’être du nouveau T-Roc. Sous une robe sympa (voire même osée dans le cas de VW, bien que plutôt classique à comparer à l’échelle du marché), il propose les qualités techniques bien connues et reconnues du Groupe allemand. Seule question que nous nous posons, notamment maintenant que des plastiques durs sont utilisés dans l’habitacle, comment se comportera-t-il par rapport aux cousins SEAT Arona et Skoda Karoq, il est vrai un rien plus grands ?

 

 

 


VW T-Roc présentation

VW vient d’annoncer qu’il avait dans les cartons non moins de 19 SUV prévus d’ici 2020. Le T-Roc, petit frère des Tiguan et Touareg, en est la première interprétation. VW dit de lui qu’il « fait souffler un vent d’air frais sur le segment des SUV compacts » ; sans doute y-a-t-il du vrai. A vous de juger… (Marc Lacroix)

 

Concept : Dès le Salon de Genève 2014, le Concept T-Roc a préfiguré la venue du nouveau modèle commercial que nous découvrons aujourd’hui.

 

Base : plateforme MQB.

 

Design : 100% identifiable comme Volkswagen ; position assise surélevée, carrosserie robuste au style sportif avec passages de roue musclés ; porte-à-faux courts, empattement long (2603 mm), voies larges, ligne de toit relativement basse style coupé, calandre large, gabarit urbain et dynamique (4.23 m de long, soit 25 cm de moins que le Tiguan).

 

Premier SUV VW disponible en peinture bicolore (série ou option).

 

Habitacle : fait écho au design extérieur ; tableau de bord à structure horizontale lumineuse ergonomique ; 5 places ; coffre :  445/ 1290 lit.

 

Equipement (série ou option selon version) : systèmes d’infodivertissement (verre en option ; écran jusqu’à 8 pouces.) et Active Info Display de nouvelle génération, détecteur de fatigue, régulation adaptative du châssis DCC (option), rechargement par induction, audio Beats 8 canaux de 300 W, climatisation, feux diurnes LED ronds (pare-chocs), feux arrière LED, protection de soubassement noire, « Keyless Access », Climatronic bi-zone, volant chauffant, toit vitré panoramique ouvrant et coulissant…

 

Sécurité : large gamme de systèmes d’aide à la conduite : Front Assist avec fonction de freinage d’urgence en ville et Lane Assist de série, Traffic Jam Assist (option), reconnaissance panneaux signalisation, caméra de recul Rear View, capteur angle mort…

 

Finitions : « en Y », comme la nouvelle Arteon, avec 2 hauts niveaux de finition proposés en parallèle : Style et Sport. Version Sport essentiellement identifiable à feux arrière et lunette arrière teintés, étriers de frein rouges, pédalier alu.

 

Moteurs/ Transmissions : 6 blocs turbocompressés ; 3 essence TSI (1.0-115 ch, 1.5-150 ch et 2.0-190 ch) ; 3 diesel TDI (1.6-115 ch, 2.0-150 ou 190 ch) ; Traction avant ou transmission intégrale 4MOTION ; boîte 6 manuelle ou DSG7 (boîte double-embrayage).

 

Prix/ Cibles : aux alentours de 20.000€ (Allemagne) ;   Renault Captur, Nissan Juke, Jeep Renegade…

 

Commercialisation : novembre 2017 ; préventes dès septembre 2017.

 

 

More videos VW.