Chasse gardée des équipages scandinaves vingt-huit éditions durant, le rallye de Suède a depuis vu trois binômes latins seulement, s’y imposer. Vainqueurs pour la première fois en 2013, Sébastien Ogier et Julien Ingrassia sont les seuls d’entre eux à avoir réussi cet exploit à trois reprises (2015 et 2016), signe qu’ils maîtrisent les subtilités de cet exercice de haute voltige sur des pistes toujours très rapides. Un exercice chaque année différent en raison de conditions d’enneigement qui peuvent varier radicalement d’une édition à l’autre.

Crédités au Monte-Carlo de la centième victoire de l’histoire de Citroën Racing en WRC, la quarante-cinquième également de leur carrière, Sébastien et Julien auront du même coup la lourde tâche d’ouvrir la piste avec la C3 WRC et d’y faire la trace pour les suivants en cas de présence de neige fraîche en surface. Une difficulté supplémentaire sur une épreuve qui n’en manque déjà pas.

« C’est un rallye que j’ai toujours beaucoup apprécié, on y ressent des sensations vraiment sympas au volant de nos WRC. », explique Sébastien Ogier. « Aussi, j’espère que les conditions seront au rendez-vous pour que l’on fasse se plaisir, même si j’ai conscience que faire la trace y est souvent très handicapant, en raison de l’épaisseur de neige recouvrant la glace. Il faudra voir également comment va évoluer le terrain sur les deuxièmes passages, mais je crains qu’avec la couche de glace présente actuellement, la terre apparaisse rapidement. En essais, le feeling est allé dans le bon sens au fil des kilomètres et comme toujours, nous allons essayer de faire de notre mieux. «