Ce dimanche, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) préférait assurer sur les routes enneigées et gelées du deuxième rendez-vous de la saison. Vainqueur avec 53 »7 d’avance, l’Estonien s’emparait par la même occasion des commandes du Championnat du Monde FIA des Rallyes avec sept points d’avance sur son plus proche rival.

Au cours des quatre jours de l’épreuve, Ott Tänak s’était rapidement porté en tête avant de perdre du terrain lorsque les conditions ne lui étaient pas favorables vendredi après-midi. Il reprenait toutefois la main dès samedi quand son adversaire Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) partait à la faute dans la neige.

Le pilote Toyota héritait alors d’une avance d’une trentaine de secondes qu’il portait ensuite à près d’une minute, lui permettant ainsi de gérer sur les trois dernières spéciales dessinées autour de Torsby dimanche. Son succès faisait de lui le quatrième pilote non-scandinave seulement à remporter la seule manche 100 % hivernale du calendrier. Une victoire qu’il tenait à dédier à son mentor et compatriote, Markko Märtin.

« Je sais à quel point mon bon ami Markko a tout donné pour s’imposer en Suède », confiait-il dans la foulée de sa septième victoire en WRC. « Une fois, il en a même été tout proche… Je suis donc ravi d’avoir fini le travail et d’apporter cette victoire à notre équipe. »

Derrière lui, une bataille titanesque se jouait entre quatre pilotes pour les deux dernière marche du podium.

Au début de la Wolf Power Stage, Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC) comptait 4 »4 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), mais le Belge semblait revenir jusqu’à ce que le Finlandais ne maintienne son rival à 3 »0 à l’arrivée. Le pilote Citroën pouvait également se réjouir d’avoir survécu vendredi à un tête-à-queue à haute vitesse l’envoyant presque en tonneau.

Ayant aussi survécu à plusieurs tête-à-queue, Thierry Neuville devançait son équipier Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) pour 8 »7. Le Norvégien avait attaqué la dernière étape deuxième ex æquo avec Esapekka Lappi, sans parvenir à suivre son rythme dans le sprint final.

Auteur d’un week-end irrégulier, Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC) pointait au cinquième rang à 2 »8. Le Gallois précédait toutefois Kris Meeke (Toyota Yaris WRC), qui résistait jusqu’au bout au retour de Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC). Le nonuple Champion du Monde ne cachait pas quelques difficultés pour adapter ses notes au rythme rapide requis par les spéciales suédoises.

À domicile, Pontus Tidemand (Ford Fiesta WRC) terminait huitième devant le vainqueur du WRC 2, Ole Christian Veiby (Volkswagen Polo GTI R5). Janne Tuohino (Ford Fiesta WRC) complétait le top dix à l’arrivée.

Le prochain rendez-vous du Championnat du Monde FIA des Rallyes mènera les concurrents sur la terre pour la première fois de la saison à l’occasion du Rally Guanajuato Mexico, organisé autour de León du 7 au 10 mars.

Source: Com