Seb Ogier et Esapekka Lappi ont remporté chacun deux des six spéciales caillouteuses proches de Marmaris programmées ce samedi au Rallye de Turquie, par des températures avoisinant les 35°C. Le Français a inversé l’ordre de la première étape en dépassant l’autre C3 de son collègue dans l’avant-dernière spéciale après que celui-ci a calé dans une épingle.

Cette journée a donc été mauvaise pour le leader du Championnat du Monde FIA des Rallyes, Ott Tänak, qui a abandonné sur le secteur de liaison menant à la deuxième spéciale du jour quand l’unité de contrôle moteur de sa Toyota Yaris est tombé en panne.

La deuxième étape n’a pas été bien meilleure pour Neuville, deuxième au championnat et troisième vendredi soir. Il est sorti de la route dans la poussière en suspension de la première spéciale et plus de quatre minutes se sont écoulées avant que sa Hyundai ne reparte. Il est désormais huitième.

« Nous pouvions viser la victoire ici, admet Neuville dans des propos recueillis par SPEED Magazine. Tout le monde a vu ce qu’il s’est passé et on ne peut pas faire machine arrière. Cela aurait pu être évité. Nous avons continué le rallye en bons professionnels mais il n’y a plus le même enjeu. »

« Je serai 3ème sur la route ce dimanche. Il va falloir faire avec et essayer de faire un carton plein sur la Power Stage, même si ce ne sera pas facile au vu de notre position. », ajoute-t-il.

Ogier, alors à près de 18 secondes de Lappi, a parié ce matin sur un package mixte de deux pneus Michelin durs et deux medium. Il en a recueilli les dividendes en parcourant les 33,00 km de la spéciale d’ouverture en 16 »7 de moins que Lappi, son plus proche poursuivant dans celle-ci.

Puis le Français a superbement géré ses gommes dans les deux spéciales restantes de la matinée, avant de réitérer son attaque l’après-midi lors du second passage dans la longue spéciale alors que l’usure des pneus était extrême. Il était en position parfaite pour profiter de la petite erreur de Lappi.

“C’était toujours un peu risqué d’être agressif dans le choix des pneus mais j’étais confiant dans le fait que ça fonctionnerait. C’était un vrai défi cet après-midi car les routes étaient très abrasives et j’ai fini la boucle avec de vrais slicks sur la voiture. Nos rivaux ont eu des ennuis, maintenant on doit finir le boulot demain”, a déclaré Ogier.

Andreas Mikkelsen a dépassé Teemu Suninen pour la quatrième place mais ce dernier a bien lutté et maintenu sa Ford Fiesta à 9 »8 seulement, en fin d’étape, de l’20 pilotée par le Norvégien.

Dani Sordo est un solitaire cinquième sur une autre Hyundai, à près d’une minute de Suninen et pas loin de 50 secondes devant la Yaris de Jari-Matti Latvala.

Le Finlandais est passé devant son équipier Kris Meeke à la faveur d’un tête-à-queue de celui-ci le matin. Le Britannique a repris l’avantage dans l’avant-dernière spéciale, avant de glisser en dehors de la route dans la suivante avec ses pneus très usés et de se retrouver à 15 »1 de Latvala.

Derrière Neuville, Pontus Tidemand et le leader du WRC 2, Kajetan Kajetanowicz, complètent toujours le top 10.

L’étape finale et de poche du dimanche ne comprendra que 38,62 km répartis sur quatre spéciales. Le second passage dans les 7,05 km de Marmaris fera office de Wolf Power Stage avec des points de bonus pour les cinq équipages les plus rapides.

Avec Com