Un rêve devenu réalité : les aspirations les plus folles du Team WRT se sont concrétisées lors de sa première participation aux 24 Heures du Mans, alors que l’équipe belge a dominé la catégorie LMP2 pendant les trois quarts de la course et a remporté un succès fulgurant avec Robin Frijns, Ferdinand Habsburg et Charles Milesi.

Ce fut un dimanche d’émotions fortes, dans tous les sens du terme, alors que le Team WRT se dirigeait vers un incroyable 1-2 avec ses deux Oreca 07 Gibson, mais le scénario avait gardé un coup de théâtre final parfaitement dans le style de la course où tout peut arriver. Dans le tout dernier tour, la voiture n°41, pilotée par Yifei Ye, qui était en tête des LMP2 devant la voiture n°31, s’immobilise brutalement, privant le Chinois, Louis Delétraz et Robert Kubica d’une victoire qui leur paraît certaine. Heureusement, la voiture n°31 pouvait prendre le relais, Robin Frijns franchissant la ligne d’arrivée avec à peine 0,7 seconde d’avance sur le plus proche rival !

L’exploit a été complété par une 6e place au classement général et une belle récolte de points FIA WEC : la voiture n°31 est désormais deuxième au classement LMP2, à seulement un point du leader.

L’adrénaline était toujours à son comble après la fin de la pluie, des larmes de joie et de tristesse coulaient sur les joues de tous les membres de l’équipe. Le Team Principal Vincent Vosse a été le premier à estimer qu’il se battait avec des sentiments mitigés : « C’est une journée fantastique, venir au Mans pour la première fois et gagner est incroyable, toute l’équipe a fait un travail remarquable. Bien sûr, il y a de la joie et de la tristesse, car ce fut une grande déception de voir la voiture n°41, qui avait la victoire en poche, s’arrêter à un tour de l’arrivée. C’est tout simplement cruel, et heureusement, notre autre voiture était deuxième, mais il est difficile de profiter pleinement d’un tel succès quand on est dans une situation comme celle-là. Pourtant, c’est une journée extraordinaire pour l’équipe, qui a fait un travail formidable, depuis la préparation de cette course et tout au long de la semaine. Si je dois en juger par le nombre de messages que nous recevons, nous avons vraiment réussi quelque chose. »

La semaine a commencé en douceur pour l’équipe belge, avec d’excellents retours dès la journée d’essais et les deux voitures parmi les leaders LMP2 tout au long des différentes séances. La voiture n°41 a atteint l’Hyperpole, prenant la deuxième place de la catégorie, la voiture n°31 étant qualifiée en 11e position.

Plusieurs incidents se sont produits sur la piste glissante au cours des deux premières heures, mais les deux voitures du Team WRT, avec Robert Kubica (#41) et Robin Frijns (#31) au volant ont évité les ennuis, grâce à une approche très prudente, en gardant le bon rythme pour ne pas quitter le top 6 de la classe.

Le tournant s’est produit à la septième heure, lorsque trois des principaux adversaires ont été impliqués dans des incidents et que le Team WRT, pour une fois, a bénéficié d’une des périodes de safety-car, gagnant environ une minute. Cela a placé la voiture n°31 en tête, suivie de la voiture n°41. La nuit s’est déroulée sans fait majeur à signaler et la situation s’est poursuivie pendant la matinée.

Le seul changement s’est produit à moins de trois heures de la fin, lorsque les positions entre les deux voitures ont été échangées, en raison d’un arrêt au stand plus long pour la voiture n°31 causé par le blocage des vérins pneumatiques. Depuis là jusqu’au drapeau à damier à 16h, il s’agissait de maîtriser les choses, y compris le… stress mais Le Mans a rappelé à tous que c’est une course unique et que rien n’est fait tant que le drapeau à damier n’est pas brandi. Dans le dernier tour, la voiture de tête, avec Yifei Ye au volant, s’est arrêtée sur la piste, avec un capteur d’accélérateur cassé. Robin Frijns dans la voiture n°31 a dû réagir immédiatement au milieu de la circulation pour assurer la victoire de l’équipe, car son rival le plus direct était littéralement sous son aileron arrière. L’écart final était de 0s727…

« Nous devions perdre et à la fin, on gagne… incroyable ! », ajoute Robin Frijns. « Ça a plutôt mal commencé pour nous, j’ai perdu du temps et des places dans les deux premiers tours sous une pluie battante, j’avais du mal avec la voiture, puis les choses sont allées dans notre sens et tout allait bien pendant la nuit et après, jusqu’à ce problème avec les air jacks de le voiture. Comme nous ne pouvions pas changer tous les pneus, l’équilibre de la voiture était affreux, puis nous nous sommes fait toucher par une Porsche et c’était encore pire. Pendant ce temps, notre voiture sœur volait et le dernier tour dramatique nous a remis en tête. Il y a des sentiments mitigés dans l’équipe, mais c’est la course. Quant à moi, je suis juste épuisé… »

Source: Com