Au total, 19 victoires au scratch, d’innombrables succès de classe et des émotions incroyables ont lié Porsche aux 24 Heures du Mans, l’événement de sport automobile le plus important et le plus traditionnel du monde, depuis plus de six décennies. Le 14 juin 1970, Porsche y remporte sa première victoire générale avec la 917 KH de 580 ch. 50 ans plus tard, ce week-end, le Musée Porsche présente la voiture victorieuse « dans son jus ».

Depuis que Porsche a participé à ce classique de l’endurance pour la première fois en 1951 et a remporté une victoire de classe d’entrée de jeu avec la 356 SL, cette course est devenue incontournable pour le constructeur de voitures de sport. Mais le long chemin vers le premier grand triomphe fut long. Jusqu’à la fin des années 1960, Porsche a habilement joué le rôle d’outsider et s’est concentré avec succès sur les classes de cylindrée plus petites. Porsche a -initié un changement de stratégie à la fin des années 1960. En 1969, Porsche n’était qu’à 75 mètres, soit une bonne seconde, de la victoire dans l’arrivée au Mans la plus serrée de l’histoire. Un an plus tard, Gerard Larrousse et Willy Kauhsen (Martini Porsche 917 LH), suivis par Rudi Lins et Helmut Marko (Porsche 908/02) ont pris la deuxième place et la troisième place respectivement, ce qui en fait un triomphe total pour Porsche.

Cette première victoire a créé un précédent: en 1971, 33 des 49 partants conduisaient une voiture de sport et de course fabriquée à Stuttgart-Zuffenhausen – un record qui est toujours détenu aujourd’hui. Une Porsche 917 KH a également remporté la course en 1971. En 1974, Porsche a inauguré l’ère du turbo au Mans avec le lancement de la 911 Carrera RSR 2.1 Turbo. Porsche a enregistré la première victoire turbo dans l’histoire de la course avec la 936 Spyder en 1976, cette même voiture s’imposant à nouveau un an plus tard en 1977. Une équipe privée est entrée dans la liste des gagnants deux ans plus tard. Le succès de la Porsche 935 K3 a marqué la toute première victoire d’une voiture de course à moteur en porte-à-faux arrière au Mans et d’une voiture de course basée sur la Porsche 911.

Entre 1981 et 1987, les Porsche sont restées invaincues au Mans. La plus longue domination d’un constructeur de l’histoire des 24 Heures a commencé avec la troisième et dernière victoire de la Porsche 936 Spyder. En 1982, l’usine a lancé la 956, monopolisant le podium dès ses débuts au Mans. Le 956 comportait le premier châssis monocoque en aluminium de Porsche et une aérodynamique innovante qui permettait une puissante force d’appui sans augmentation notable de la résistance de l’air. Avec la 956 et sa petite soeur, la 962 C, le constructeur de voitures de sport a fait avancer le développement des systèmes électroniques d’injection et d’allumage ainsi que la très populaire transmission Porsche à double embrayage (PDK) d’aujourd’hui. À partir de 1983, les clients Porsche ont également pris part à la course avec les 956 et 962 C. Neuf Porsche 956 figuraient dans le Top 10 en 1983, suivies de huit en 1984 et 1985 respectivement.

Les années 1990 ont vu quatre victoires au scratch de l’équipe d’usine et des clients Porsche avec trois types de voitures de course différents, en 1994 avec la Porsche 962 Dauer Le Mans GT, développée à Weissach et basée sur la 962 C, suivie par la TWR Porsche WSC Spyder développé par Porsche, qui a permis à Joest Racing de s’imposer en 1996 et 1997. En 1998, la Porsche 911 GT1 est entrée dans la course avec la première monocoque en fibre de carbone conçue par Porsche ainsi que les premiers freins en fibre de carbone utilisés par l’équipe d’usine. Sa victoire a coïncidé avec le 50e anniversaire de Porsche et la naissance de sa première voiture de sport, la 356 « No.1 ».

Suite à ce succès, Porsche s’est tourné vers la compétition-client et un soutien aux équipes privées. Au Mans, cet engagement a été récompensé par onze victoires de classe entre 1999 et 2018. L’année 2014 a vu l’équipe d’usine revenir pour concourir pour la victoire au général. Conçue « à partir de zéro » à Weissach, la Porsche 919 hybride propose des solutions techniques uniques. Seule la Porsche a généré de l’énergie électrique pour la batterie en convertissant l’énergie cinétique produite lors du freinage et en plus au moyen d’une unité turbogénératrice dans le flux de gaz d’échappement d’un moteur V4 turbocompressé. Le système global comprenant le moteur électrique et le moteur à combustion a délivré environ 900 PS. Cette solution d’avant-garde s’est avérée un succès: de 2015 à 2017, Porsche a réussi un hat-trick au Mans.

Avec 108 victoires en classe et 19 victoires au total à son actif, Porsche est le constructeur le plus titré des 100 ans d’histoire du Mans. En 2020, Porsche perpétue la tradition unique qui veut qu’une machine de Stuttgart participe au Mans chaque année depuis 1951: dans les 24 Heures du Mans virtuelles, la toute nouvelle Porsche Esports Team a pris le départ avec quatre Porsche 911 RSR (année modèle 2017).

En 1970, après exactement 4 607,811 kilomètres ou 343 tours, Hans Herrmann et Richard Attwood ont franchi la ligne d’arrivée en premier avec leue Porsche 917 KH de Porsche Salzburg portant numéro 23. «C’était une course dominée par la pluie et il nous a semblé qu’il fallait changer nos pneus pour nous adapter au mieux à la pluie dont l’intensité évoluait au fil de la course. Le fait que l’osmose avec l’équipe fut totale nous a conduit à la victoire. Participer à une course d’endurance de 24 heures avec seulement deux pilotes n’est pas une mince affaire », explique Hans Herrmann, bien des années plus tard.

De nombreux concurrents – parmi lesquels de nombreuses Porsche – ont progressivement abandonné au fil de la course. «Le Mans est une course où tout se passe bien, ou non. À cette époque, les 24 Heures ressemblaient plus à une vraie course d’endurance qu’à un faux sprint », se souvient Richard Attwood. « Gagner Le Mans avec Porsche et Hans était totalement inattendu parce que notre voiture n’avait pas une carrosserie favorisant la vitesse de pointe. Hans et moi faisions simplement partie d’une dream team. »

Et Hans Herrmann enchaîne: «A sa naissance, la 917 était une voiture de course très difficile à maîtriser. Elle ne se laissait pas dompter – jusqu’à ce que nous réussissions à optimiser l’aérodynamisme et à la transformer en une voiture gagnante. » De retour à Stuttgart, la victoire de Porsche a été célébrée avec un cortège à travers la ville et sur la place principale. «La victoire a gagné en importance au fil des ans. Qui aurait cru que Porsche deviendrait le détenteur du plus grand nombre de victoires sur cette course ? », se réjouit Richard Attwood. «Je ne savais pas non plus à l’époque que je faisais face à un autre défi personnel: je ne pouvais rien manger pendant la course et je ne pouvais boire que du lait pour rester en forme pour conduire. Parce que ce que je ne savais pas, c’est que j’avais attrapé des oreillons ! »