Passionnante de bout en bout, la 23ème édition du Rally van Haspengouw s’est terminée en véritable apothéose avec une dernière spéciale extrêmement riche en rebondissements. Si Ghislain de Mevius a encore offert une bellerésistance à Kris Princen durant la première moitié de la dernière boucle, on pensait que le héros local avait fait un pas décisif vers la victoire en prenant 2″5 à son adversaire dans l’avant-dernier chrono. Mais le secteur d’Halle-Booienhoven aura été bien sélectif cette année. Trois des quatre premiers classés avant de l’aborder y crevaient un pneu. Princen et sa Citroën C3 R5 concédaient 28″ sur le meilleur temps réalisé par… Ghislain de Mevius, qui s’imposait donc pour la première fois dans une manche du JobFIXers Belgian Rally Championship.

« Avant cette dernière spéciale, je ne pensais plus pouvoir l’emporter, » avouait Ghislain. « J’y ai quand même roulé vite en me disant qu’on ne sait jamais. Pour moi, ce fut un rallye quasi parfait. J’ai seulement été un peu trop prudent dans l’averse. Je ne pensais jamais remporter ma première victoire au Haspengouw. L’an dernier, cela avait été mon plus mauvais rallye. Nous n’avons reçu la nouvelle Fabia R5 Evo que mardi. J’ai fait un peu d’essais jeudi seulement. Mais j’ai eu directement de bonnes sensations à son volant. Je ne veux pas penser au titre dès maintenant. On verra comment les choses évoluent par la suite. »

La déception de Kris Princen contrastait évidemment avec le bonheur de de Mevius. « Ce coup du sort est triste pour le rallye belge en général et plus encore pour Citroën, qui semble reprendre largement goût au rallye, » regrette Kris. « Moi, je roule davantage pour le résultat que pour le championnat. Une seule place m’intéresse: la première. Et ici, c’est l’endroit le plus important pour la décrocher. » Troisième grâce à la double crevaison qui coûtait 1’28 » à William Wagner, rétrogradé à la 6ème place, Adrian Fernémont estimait comme Princen que sa crevaison ne relevait que de la malchance: « Tous deux, nous avons crevé à l’entrée de la portion sur terre. Sans doute, avec le ruissellement de la pluie, des pierres ont-elles émergé de la terre. Je n’ai pas senti de contact. Mais l’an dernier, j’avais abandonné après 3 spéciales ici. Le résultat est donc bien meilleur. » Un autre bénéficiaire des rebondissements de fin de course est Grégoire Munster qui progresse à l’arrivée de la 5ème à la 4ème place. « Quand on prend le départ d’un rallye, c’est toujours dans l’espoir de le remporter, » avouait le pilote Hyundai à l’arrivée. « Mais le résultat est quand même prometteur quand on sait que je n’avais que très peu testé avant le départ. Pour les routes belges, la Hyundai doit encore progresser au niveau de la suspension. J’ai hâte de signer mon premier scratch à son volant. Ici, ce fut un 2ème en vue de l’arrivée. » 

A force de régularité, Vincent Verschueren a finalement hissé sa Volkswagen Polo R5 dans le Top 5, juste devant le malheureux William Wagner. Guillaume Dilley ayant dû renoncer dans le dernier chrono suite à une crevaison ayant endommagé le train avant de sa Skoda Fabia, Guillaume de Mevius a gagné une place sur sa Citroën C3 R5. Il termine ainsi devant Chris Van Woensel, que l’on espère revoir cette saison sur sa Mitsubishi Lancer WRC, Jonas Langenakens, lauréat de la catégorie NCE sur sa Mitsubishi Lancer Evo9, et Tuur Vanden Abeele, tout heureux d’avoir été le meilleur des seconds couteaux en R5. Si Gunther Monnens, Dirk Deveux et Patrick Diels l’ont finalement emporté haut la main respectivement dans le peloton Porsche, en Historic et dans la M-Cup, la dernière boucle a été palpitante aussi dans le Junior BRC. Leader depuis le départ, Gilles Pyck effectuait un tête-à-queue dans l’ES 10. Charles Munster en profitait pour passer devant. Mais Pyck se battait jusqu’au bout sur sa Peugeot 208 R2 et coiffait l’Opel Adam du cadet des Munster dans l’ultime chrono pour… 0″6. La 23ème édition du Rally van Haspengouw a donc tenu toutes ses promesses. Rendez-vous pour la prochaine dans un an.

Source: Com