Il n’a pas fallu longtemps pour comprendre que cette 69e édition des Total 24 Hours of Spa allait être le théâtre d’une intense lutte de tous les instants, indécise jusqu’au bout. Au cours de la première intervention de la Safety Car, suite à un accident entre deux voitures au début de la montée du Kemmel, plusieurs équipes optaient pour des stratégies différentes pour leurs voitures, ce qui a pour conséquence une valse ininterrompue de leaders différents. Pas moins de 7 constructeurs ont occupé à un moment la tête de la course.
Au moment de marquer les premiers points, après 6 heures de course, c’est la #99 Rowe Racing BMW M6 qui menait les débats devant les Audi #6 et #1 mais les autres n’étaient pas loin derrière. Plus de trace par contre de la #28 Audi Sport Team WRT R8 LMS, suit à un contact de la vouture pilotée par René Rast avec la #114 Emil Frey Jaguar de Jonathan Hirschi. La réparation coûtait 3 tours à l’équipage de l’Audi #28 .

1DX_2880

Au cours de la nuit, les deux Bentley Continental du team Bentley M-Sport se montraient aux avant-postes occupant les 1ère et 3eme positions à la mi-course, ce qui leur permettait d’engranger de précieux points au championnat. Entre les deux, la #6 Audi Sport Team Phoenix R8 LMS pointait à la deuxième place, la #99 Rowe Racing BMW M6 étant 4e, toujours dans le même tour que les leaders.

Alors que la #7 Bentley Tem M-Sport Continental perdait beaucoup de temps suite à des problèmes de direction, les trois autres voitures continuaient à se bagarrer pour la tête de la course tout au long de la matinée. Mais cette bagarre à trois se transformait en duel quand la #6 Audi Sport Team Phoenix prenait feu…. Un morceau de caoutchouc du pneu arrière droit crevé perforait une canalisation d’huile de l’Audi, mais heureusement, Christopher Mies pouvait s’extraire à temps de la voiture.

Avec des pluies intermittentes qui émaillaient les dernières heures de la course, les pilotes de la #8 Bentley et de la #99 BMW avaient des difficultés à constamment s’adapter aux conditions de course. A cause de plusieurs pénalités – drive-through – encourues pendant le déroulement de la course, il apparaissait alors que le rythme de la Bentley allait être un peu insuffisant en fin de course, avec un handicap d’une trentaine de secondes. Mais la copieuse averse qui s’abattait sur le circuit à 30 minutes de la fin allait encore redistribuer les cartes. La Bentley rentrait en effet au stand pour chausser des pneus pluie sous régime de drapeau vert alors que, au même moment, plusieurs voitures partaient en aquaplaning au freinage de la dernière chicane, provoquant le début de la procédure Full Course Yellow. Et les voitures placées en 3e, 4e et 5e position en profitaient pour rentrer à leur tour au stand, cette stratégie leur permettant de dépasser la Bentley. C’était le cas pour la #86 AMG-Team HTP Motorsport Mercedes AMG qui était en passe d’hériter d’un podium inattendu mais l’équipe écopait d’un drive-through pour avoir libéré la voiture d’une manière dangereuse à la fin de son arrêt. Maxi Götz voyait alors le podium s’éloigner et rétrogradait au 5e rang. Felix Rosenqvist, au volant de la #88 AMG-Team AKKA ASP Mercedes AMG héritait de la deuxième place, juste devant Laurens Vanthoor et la #28 Audi Sport Team WRT R8 LMS, menaçant jusqu’au bout mais devait finalement se contenter de la 3e marche du podium.

1DX_0618

Devant, pas de réel danger pour Alexander Sims et sa nouvelle BMW M6 GT3 qui pouvait passer sous le drapeau à damier sous les acclamations de toute l’équipe Rowe Racing et de ses équipiers Philip Eng et Maxime Martin. Pour le Belge, cette victoire était chargée d’émotion, lui qui succède au palmarès à son père Jean-Michel Martin, 4 fois vainqueur ici.

Pro-Am Cup : IMSA Performance remporte les lauriers de la victoire

En Pro-Am Cup aussi, les premières heures ont été le théâtre d’une lutte très disputée en tête de la catégorie, avec de nombreux changements de leader. Au terme des six premières heures de course, les point tombaient dans l’escarcelle de la #44 Oman Racing Team Aston Martin, qui devançait la #100 Attempto Racing Lamborghini et la #89 AKKA-ASP Mercedes AMG, séparées par moins de 15 secondes. Pendant la nuit, les pilotes de la #74 ISR Audi effectuaient une splendide remontée vers la tête de la catégorie, s’intercalant également dans le Top 10 du classement général à mi-course. Ils perdaient alors leur avantage dans la matinée du dimanche, alors que dans le même temps la #76 IMSA Performance Porsche remontait au classement pour s’installer en tête et même compter un tour d’avance en fin de course. Pour l’équipage 100% français Patrick Pilet, Maxime Jousse, Raymond Narac et Thierry Cornac, c’était la première victoire depuis leur engagement en Blancpain GT Series au début de la saison. Patrick Pilet, pilote officiel Porsche, rajoutait donc cette victoire en Pro-Am Cup à son palmarès après ses deux accessits obtenus en 2010 et 2013, sur une voiture qu’il partageait déjà avec Raymond Narac.

La #74 Audi ISR se battait pour conserver sa deuxième place et parvenait finalement à tenir à distance la #666 Barwell Motorsport Lamborghini. C’est la 3e fois consécutive que l’équipe Barwell grimpe sur le podium de ces Total 24 Hours of Spa.

Le leader de la catégorie Michal Broniszewski a connu une course difficile, c’est le moins que l’on puisse dire, en étant entre autres harponné par une autre voiture au virage de la Source, mais il a pu grappiller des points après 6 et 12 heures de course, et une 5e place au final lui permet de conserver une avance confortable au championnat.

Am-Cup : la fiabilité a été déterminante

En Am-Cup, la #49 Kapersky Motorsport Ferrari semblait pouvoir dominer la course. Après 6 heures de course, la Ferrari blanche et verte était en effet largement en tête, mais des ennuis mécaniques ont ensuite eu raison de la Ferrari 458 Italia. Cétait l’abandon après 200 tours bouclés en tête… Ce coup du sort a permis d’assister à un splendide duel entre la #888 Kessel Racing Ferrari et la #52 AF Corse Ferrari, un duel qui a trouvé son épilogue quand Rino Mastronardi était heurté par une autre voiture trois heures avant la fin de la course. Liam Talbot, Marco Zanuttini, Vadim Gitlin et Nicola Cadei n’ont pas commis la moindre faute et sont finalement récompensés par la plus prestigieuse des victoires. Avec leur succès au Paul Ricard Blancpain 1000, ils dominent le championnat dans la catégorie Am Cup de la Blancpain GT Series.

Coupe du Roi: Audi triple la mise

Audi a remporté la Coupe du Roi pour la 3e fois consécutive. Ce prestigieux trophée récompense le constructeur le plus performant au classement Overall, Pro-Am et Am. Avec respectivement, trois, deux et une voiture marquant des points dans chacune de ces catégories, Audi remporte la Coupe avec 109 pts, contre 92 pour Ferrari et 74 pour Lamborghini.

National Group: RMS leader depuis le depart

L’équipage très expérimenté de la #911 RMS Porche 911 GT3 Cup – Fabrice Notari, Jean-Marc Bachelier, Yannick Mallegol et Howard Blank – n’a connu aucun souci pour s’imposer. Ils se sont rapidement ménagés un avantage de 2 tours sur leur adversaire et malgré une crevaison, ils n’ont jamais douté de la victoire.

Intercontinental GT Challenge: Mercedes-AMG réduit l’écart

En terminant 1er (#88 AMG-Team AKKA ASP) et 4e (#86 AMG-Team HTP Motorsport) des voitures engagées dans l’Intercontinental GT Challenge, Mercedes-AMG a réduit l’écart au classement constructeurs sur Bentley à deux points. Côté pilotes, Laurens Vanthoor additionne les points de sa deuxième place à ceux de la 3e acquis au Liqui-Moly Bathurst 12 Hour et prend la tête du classement. En Am Cup, c’est Thierry Cornac (#76 IMSA Performance Porsche) qui est au commandement, devant Henry Hassid et Philippe Giauque (#74 ISR Audi).

Photos Jacques Letihon