Double succès, en WRC Trophy et dans le Citroën Ultimate Challenge

La saison 2017 démarre idéalement pour J-Motorsport. Les deux pilotes présents au départ du Rallye Monte-Carlo sur des Citroën du team flandrien ont chacun remporté un classement les concernant. Inutile de dire que Jourdan Serderidis et Fred Miclotte, les propriétaires du team, étaient rayonnants à l’arrivée.

« Je suis surtout heureux pour Emil Bergkvist, le jeune Suédois qui roulait sur une de nos DS3 R5, » s’exclame Jourdan Serderidis. « Après un début de course un peu contrarié, il a vite été débarrassé de la concurrence dans l’Ultimate Challenge mis en place par Citroën. Il devait alors absolument rejoindre l’arrivée mais il l’a fait avec panache, signant de bons chronos pour sa découverte de l’épreuve. Quant à nous, si on m’avait dit avant le départ que nous allions terminer 29èmes, je ne l’aurais pas cru. Sportivement, nous terminons même 22èmes car nous avons écopé d’une pénalité administrative de 6 minutes pour un timing d’assistance flexible qui n’a strictement rien à voir avec le sportif. Il reste qu’avec notre DS3 WRC de 2014, nous avons marqué le maximum de points dans le WRC Trophy. C’est le plus beau résultat intrinsèque de ma carrière en rallye. »

Jourdan Serderidis et Fred Miclotte ont évité toutes les embûches pour réaliser une bonne opération dans le WRC Trophy. (photo Jo Lillini)

Jourdan et Fred voulaient effacer leurs abandons des deux dernières années au Monte-Carlo et ils y sont joliment parvenus. La performance est d’autant plus remarquable que les conditions de course étaient très difficiles.

« Je ne pense pas avoir vu précédemment des conditions aussi changeantes au Monte-Carlo, » confirme Cédric Pirotte, qui officiait avec Frédéric Béco comme ouvreur pour Jourdan et Fred. « Non seulement l’adhérence était très variable d’un secteur à l’autre dans chaque spéciale, mais les concurrents étaient parfois confrontés à une toute autre spéciale lors du 2ème passage. C’était vraiment difficile. »

On peut dès lors se demander s’il n’est pas frustrant pour un pilote de devoir rouler constamment sur la défensive.

« Je n’ai pas roulé sur la défensive, » rétorque Jourdan Serderidis. « J’ai pris le départ sans me mettre de pression. Nous étions par contre très concentrés sur les changements incessants de rythme liés aux variations d’adhérence. Ce contexte nécessite une véritable adaptation. Et nous avons attaqué quand on le pouvait, notamment toute la journée de dimanche, quand les routes étaient plus sèches. Nous avons ainsi signé un 18ème et un 23ème temps au scratch, puis encore un très bon 21ème chrono dans la Power Stage où les conditions étaient de nouveau difficiles. Je suis très satisfait de mon rythme et je me suis senti immédiatement à l’aise dans la fabuleuse DS3 WRC. »

Emil Bergkvist a bien entamé la saison avec un premier succès dans le Citroën Ultimate Challenge. (photo Eric Van ‘t Land)

Emil Bergkvist est tout aussi enchanté de sa 6ème place en WRC2 (17ème au général): « La satisfaction est énorme! Je ne peux pas la décrire. Je n’aurais jamais imaginé que la course allait être aussi difficile. De longues spéciales, de longues journées et être constamment attentif, à l’affût des pièges. La course n’avait pas bien commencé puisque nous avons été retardés par un bris de boîte de vitesses le premier soir. Mais par la suite, tout s’est bien passé, à part quelques crevaisons et des problèmes de freins le dernier jour. Nous sommes donc soulagés d’être à l’arrivée. J’ai roulé à mon rythme, sans m’occuper des chronos de nos adversaires. Le but était de prendre un maximum d’expérience sur ce Monte-Carlo et de terminer premier des pilotes de DS3 R5. Grâce à nos ouvreurs et au team J-Motorsport qui ont tous fait de l’excellent travail, l’objectif est atteint. Avec en plus cette belle 6ème place en WRC2. Vivement, maintenant, le prochain rendez-vous sur nos terres, en Suède, où nous allons rouler pour la victoire en WRC2. »

Jourdan Serderidis et Fred Miclotte se réjouissent aussi du résultat de Bergkvist: « Nos deux voitures ont rallié Monaco. Celle d’Emil est la seule R5 du groupe PSA à l’arrivée. L’équipe J-Motorsport a ainsi démontré qu’elle connaît le matériel qu’elle aligne et qu’elle peut réaliser de belles choses avec ce matériel. Nous avons quand même parcouru 360 km contre le chrono… »

La bonne opération réalisée dans le cadre du WRC Trophy ne pousse pas encore Jourdan Serderidis à revoir son programme: « Les prochains rendez-vous restent fixés au Rallye des Ardennes avec la DS3 et au Rallye de Wallonie, probablement avec une C4 WRC. Pour le WRC Trophy, la prochaine étape sera la Pologne. Nous verrons quels résultats nos adversaires vont réaliser entretemps. Quoi qu’il en soit, nous serons encore en tête de la catégorie, au pire à égalité, après le Rallye de Suède… »

(photo Intro by Erik van ‘t Land)