Cette année, ASO a décidé de faire honneur à la glorieuse histoire du Dakar en lançant une catégorie Classic réservée aux bolides du siècle dernier. L’occasion de revoir des engins qui nous ont fait rêver étant plus jeunes. Au programme, pas de vitesse pure mais de la régularité sur des terrains adaptés à ces mamies légendaires.

Cette première édition du Dakar Classic a un accent très belge. En plus d’Alain Lopes qui a défini le parcours en compagnie d’Yves Loubet, le noir-jaune-rouge est en force sur le bivouac. Le deuxième équipage inscrit, le n°201, est composé de deux compères bien connus dans le milieu de la 2CV et de la VW Fun Cup : Emmanuel Eggermont et Édouard de Braekeleer, engagés sur un buggy VW APAL (salut la famille Herman !). Manu ne vient pas seul puisqu’il a emmené avec lui son écurie Racing Wings qui engage également un buggy VW Baja pour Benoit Callewaert et Ghislain Morel (n°204) ainsi qu’un MAN 41460 pour son associé Didier Monseu, Niels Lescort, Edouard Fraipont (n°250).

« Le Dakar, c’est un virus », explique Manu Eggermont qui a déjà cinq Dakar ‘modernes’ sous la ceinture. « Quand on l’attrape on a du mal à s’en défaire. Malheureusement, cette course était devenue pour moi financièrement inaccessible. On est une bande copains à s’être tournés vers les rallyes historiques. On a monté le team Racing Wings, on prépare des véhicules pour ce type de compétitions. Avec la création du Dakar Classic, on s’est dit que c’était l’occasion de replonger. Ayant connu l’Afrique et l’Amérique du Sud, j’étais également curieux de découvrir l’Arabie saoudite. On aura avec nous deux jeunes passionnés de mécanique qui vont découvrir le Dakar des étoiles plein les yeux. Pour nous l’objectif se sera avant tout de se faire plaisir avec les copains. Partager tout ça ensemble et bien évidemment essayer de terminer la course. »

En plus de cela, il faut rajouter une très belle Porsche 911 SC 3 litres préparée par Stéphane Henrard. Reconnaissable à sa livrée rappelant la victoire de Metge-Lemoyne en 1984, elle est domptée par un duo 100% féminin composé de l’Américain Amy Lerner et de la Belge Sara Carmen Bossaert.

A l’issue de la 2ème étape entre Bisha et Wadi, la Porsche de Lerner-Bossaert est 16ème du général, juste devant Callewaert-Morel. Vingtième place pour Eggermont-De Braekeleer, trois échelons devant Monseu-Lescort-Fraipont. C’est l’impressionnant buggy Sunhill du duo français Douton-Étienne qui mène la danse. Gageons que nous vous tiendrons régulièrement au courant des péripéties de ce beau monde au fil du rallye.

M.B.