Denis Dupont entame son programme mondial le prochain week-end. Au volant de l’Audi RS3 LMS aux couleurs du RACB National Team, notre compatriote sera sur la grille de départ du meeting inaugural au Maroc. Trois courses dans lesquelles le Belge espère briller tout en étant conscient du niveau très élevé de cette Coupe du Monde des voitures de Tourisme.

Denis Dupont a faim. Tant mieux: le menu de sa saison 2018 est copieux et planétaire. Dix meetings au total avec, par ordre chronologique: un rendez-vous en Afrique, quatre en Europe, un en Amérique et quatre en Asie.

C’est sur le circuit Moulay El Hassan, à Marrakech, qu’il entamera les hostilités dans les prochains jours. «Comme ce sera le cas sur la plupart des rendez-vous cette année, je vais débarquer en terre inconnue», explique Denis. «J’ai bien tenté de dénicher cette piste sur un simulateur mais, apparemment, c’est introuvable. Pour me familiariser avec l’enchaînement des courbes, j’ai donc regardé un maximum de caméras embarquées.»

Pour constater que les dégagements sont peu nombreux sur ce tracé qui, à l’origine, était urbain. «L’erreur sera immédiatement sanctionnée par un contact avec le rail. Quant à la grille de départ, il est vraisemblable qu’elle conditionnera beaucoup le résultat. Apparemment, les dépassements ne seront pas simples.»

Audi RS 3 LMS #20 (Comtoyou Racing), Denis Dupont

Qu’importe. Denis Dupont se dit prêt: «Nous avons effectué six journées d’essais ces dernières semaines. Je pense désormais cerner le comportement de l’Audi RS3 LMS. Et si, d’aventure, la piste de Marrakech est humide, je sais comment ma voiture se comporte dans ces conditions tant nous avons additionné les kilomètres sur le bitume détrempé. Sur le plan physique aussi, le travail de préparation réalisé cet hiver devrait porter ses fruits.»

Outre le fait qu’il ne connaît pas la piste, notre compatriote sera également confronté à d’autres découvertes: «Désormais, chaque meeting est composé de trois épreuves: deux de 30 minutes environ et une de 35. Nos voitures sont chaussées par Yokohama. Les gommes sont un peu plus tendres; on sera plus rapide d’une seconde environ sur les deux premiers tours. Il faudra gérer les pneus et les freins. D’autant que toutes les voitures affichent un lest de 60 kg pour les premières escarmouches.»

Tant d’éléments à apprendre pour le représentant du RACB National Team qui est conscient de l’exceptionnelle opportunité à saisir cette année. «Ce copieux programme décuple ma motivation», conclut Denis Dupont. «Je sais combien le niveau de la Coupe du monde des voitures de Tourisme est particulièrement élevé mais je vais donner le meilleur de moi-même à chaque fois que je monterai en piste.»