Conditions météo idéales, bonnes sensations avec la voiture, confiance au top : tous les voyants étaient au vert pour un gros résultat pour Ulysse De Pauw et Ugo de Wilde aux 4 Heures du Castellet sur le circuit Paul-Ricard. Un accrochage de sa Ligier n°13 LMP3 en aura décidé autrement, privant le pilote belge de son relais en course et l’empêchant de confirmer ses ambitions à la hausse en European Le Mans Series avec Inter Europol Competition.

C’est sous le soleil du Var qu’Ulysse De Pauw et Ugo de Wilde entamaient son deuxième meeting en European Le Mans Series, le week-end dernier au Paul-Ricard. Bien que familier avec le circuit depuis son passage en F4, le parcourir au volant d’un prototype LMP3, plus lourd mais surtout plus puissant qu’une monoplace, était une expérience de plus à rajouter au CV de l’espoir belge. L’acclimatation ne durait qu’un temps au volant d’une Ligier-Nissan lui donnant d’emblée satisfaction. “L’équipe a beaucoup travaillé après le Red Bull Ring pour bien préparer la voiture, notamment au niveau des freins qui nous avaient causé des problèmes”, explique-t-il. “A part pour l’équilibre aérodynamique, trop configurée pour les lignes droites au détriment des virages, la voiture se comportait très bien dès les premiers essais.”

Dans le rythme aux premiers essais du vendredi, le trio De Pauw-De Wilde-Hippe confirmait le samedi matin en épinglant le meilleur chrono LMP3 dans la deuxième séance libre, de bon augure en vue de l’ultime exercice chronométré. Ugo De Wilde mettait à profit les dix minutes qualificatives pour signer le cinquième temps de la classe, à deux dixièmes de la Ligier de référence et à plus d’une seconde de la voiture-soeur d’Inter Europol Competition.

Dimanche à 11 heures, Martin Hippe, le pilote Bronze de l’équipe, prenait le départ au coeur d’un peloton de 41 machines prêtes à en découdre. “Martin a vraiment réalisé un bon début de relais de la cinquième à la troisième place,” raconte Ulysse, concentré sur l’entame de course de son équipier depuis le stand.“Tout se passait bien jusqu’à ce que son rythme soit coupé net par un accrochage avec une autre voiture. Le choc a endommagé la suspension arrière et le radiateur, c’était impossible pour lui de continuer.”

Le double contact, survenu lors d’une tentative de dépassement sur une GT attardée peu avant le quart de la distance, mettait un terme prématuré aux espoirs de victoire de la Ligier n°13, un objectif légitime au vu du potentiel de l’équipe. “C’est la première fois que je viens à une course sans pouvoir y rouler,” regrette-t-il. “C’est d’autant plus frustrant qu’on avait la voiture et la vitesse pour être premier, minimum deuxième de classe. Le sport auto peut parfois être cruel mais c’est ainsi. Je tiens à remercier toute l’équipe Inter Europol Competition pour le super boulot tout le week-end.”

Ulysse De Pauw sera de retour en piste au volant de la Bentley Continental GT3 du team CMR, du 18 au 20 juin, pour la deuxième manche du GT World Challenge Europe – Sprint Cup sur le circuit de Zandvoort, aux Pays-Bas, tandis qu’Ugo de Wilde sera en action le même week-end du côté de Spa-Francorchamps en Alpine Elf Europa Cup.

M.B avec Com