Deux courses dans les (petits) points au terme d’un week-end qui aurait pu être bien meilleur sans une véritable guigne collant aux chaussures du pilote JD. Revanche espérée à Budapest dès le week-end prochain.

Très affecté par le drame de Francorchamps impliquant deux jeunes avec lesquels il a passé du temps au Mans ou en stage à la montagne, Ugo de Wilde a vécu un nouveau week-end frustrant sur le plan des résultats avec une 10e et une 9e places lui permettant de marquer trois petits points tout de même.

« Avant toute chose, il convient de relativiser après les tragiques événements de samedi qui nous ont tous touchés, ainsi que nos familles, » explique Ugo. « Ce qui s’est passé est horrible. La minute de silence respectée juste avant le départ en mémoire d’Anthoine Hubert était un moment vraiment très dur pour tous les jeunes pilotes qui ont vu partir un des leurs. »

L’issue des deux courses de samedi et dimanche a été fortement influencée par le résultat des deux séances qualificatives matinales au cours desquelles Ugo a de nouveau été victime d’une noire malchance.

« Samedi matin, j’occupais le 8e rang provisoire et je produisais mon effort, le jus des pneus était juste en train de venir et je venais d’allumer en vert le premier secteur signe d’amélioration quand j’ai été coupé dans mon élan par un drapeau rouge, » se désole le Bruxellois de 16 ans. «Une fois revenu au stand, mon ingénieur a en outre commis l’erreur de baisser les pressions de mes pneus avant de sorte que quand je suis reparti pour les deux derniers tours après l’interruption, j’ai été incapable d’améliorer. Du coup, j’ai chuté au 15e rang. »

Bien parti à l’extinction des feux, Ugo avait déjà gagné trois places au premier virage, mais il devait freiner pour éviter un accrochage de son équipier juste devant lui ce qui le renvoyait en dernière position. Il entamait alors une remontée lui permettant de décrocher le point de la dixième place, à 35 millièmes du neuvième. Une maigre consolation…

« Le rythme en course était pas mal, mais il n’est pas évident du tout de dépasser sur ce circuit, surtout quand la moitié du peloton se tient en trois ou quatre dixièmes. »

Avec des réglages et une pression pneumatique nettement meilleurs que lors des courses précédentes, Ugo repartait le couteau entre les dents pour la seconde qualification qui démarrait très bien…

« Je me suis battu durant plusieurs minutes avec Oscar Piastri pour la première place. L’auto était bien. Je sentais que je pouvais signer une bonne performance. Malheureusement, dans mon 7e tour, alors que j’améliorais toujours, j’ai été ralenti par un Full Course Yellow suite à l’arrêt d’une voiture en bord de piste. Quand la neutralisation a été achevée, je suis reparti mais ma position sur la piste a fait que je n’ai plus pu effectuer que deux tours rapides avant de prendre le drapeau à damier alors qu’une douzaine d’autres pilotes a eu droit à un troisième tour. Sans compter que j’ai aussi commis une erreur, en pneus refroidis, en bloquant une roue en bout de ligne droite. Du coup, je suis passé de P1 à P11 lors des quatre dernières minutes. Vraiment navrant car on avait la vitesse pour partir dans les premiers. »

Onzième sur la grille de la course 2, Ugo prenait à nouveau un bon envol et achevait le premier tour au 9e rang, sa position à l’arrivée une demie heure plus tard. « J’ai doublé Frank Bird au départ et profité des ennuis mécaniques de Victor Martins. Ensuite, j’ai suivi le petit train coincé derrière Maini Kush durant toute l’épreuve. J’étais un poil plus rapide que lui mais dès que je me rapprochais, j’étais déventé dans les virages rapides. On a en outre testé un autre set-up à l’arrière qui n’a pas donné satisfaction. Il y a eu très peu de dépassements sur ce circuit. Ce sera pire encore le week-end prochain sur le tourniquet de Budapest où j’espère pouvoir enfin remettre tout en place et avoir un peu plus de réussite lors des qualifications qui s’avèreront cruciales. C’est très serré entre les quinze premiers et chaque détail compte. Je découvrirai la piste du Hungaroring dès mercredi après-midi avec une longue séance d’essais libres qui devrait bien nous aider pour apprendre le circuit et définir les bons réglages pour samedi et dimanche où, cette fois, la pluie pourrait jouer les trouble-fête. Je me suis bien préparé dans le simulateur. Ce tracé très technique n’est pas évident du tout, mais je m’y sens à l’aise. Je croise les doigts pour y signer de bons résultats. J’en ai besoin… »